samedi 8 janvier 2011

ARTSAKH, TERRE QUI GARDE MON AME


Artsakh, ma terre,
comment n'être pas séduite
par ton âme d'un autre temps.
Tout en toi conduit au repos de l'esprit.
Comment fais-tu pour être si belle
toi qui as connu tant de tourments
qui a vu mourir tant de tes enfants.
Ta beauté sereine partout domine
des collines aux cimes, des montagnes de pierre
aux claires rivières ; et les monastères,
austères et dignes, veillent sur les vivants
et leur rappellent que ni les guerres,
ni le temps, ne pourront altérer, ni détruire,
de ton existence, l'essence.

Dzovinar 

Ciel d'Artsakh

Monts d'Artsakh


Pays de pierre
millénaire
né des chutes
d'un tamis divin,
tel fut ton destin.
Brûlé
au soleil d'été,
livré
aux morsures d'hiver
tel est le fer
dont ton âme est forgée !


Symbole d'Artsakh


Monastère d'Artsakh




Notre vie est ici.
Dans le pays des pierres.
Mais qu'est la vie lorsque tout manque ?
Si je ne peux offrir la simple nourriture
à nos corps affamés
et si mon dur labeur n'y peut suffire ?
La nuit, j'observe les étoiles,
si brillantes dans le ciel obscur
et je pleure, ô ma femme,
de ne plus trouver leur éclat
dans ton regard.
Que peut toute la beauté du monde
quand nos enfants manquent de pain ?
Seule, Dadik* murmurant les contes d'antan
peut briser le silence
qui s'emplit alors 
de leur innocent babil.
A l'heure où tout sommeille
les sombres pensées m'assaillent :
quel sera pour eux l'avenir ?
La puissance de notre amour
saura-t-il leur ouvrir les portes
d'un meilleur destin ?
Je voudrais tant que ma vie ne fut pas inutile
et croire
que de notre misère
un jour, naîtra leur bien.

Dzovinar 

(* Dadik - grand-mère)

*******************************************

Vol au-dessus de l'Artsakh

Nikos Lygeros

Nous volions au-dessus de l'Artsakh
pour étudier nos positions
mais aussi où se trouvaient les nôtres
ceux qui n'avaient jamais abandonné
malgré la peur et la guerre
malgré la barbarie de l'ennemi
qui ne cessait de les torturer.
Au-dessus de notre terre,
toutes les têtes semblaient fichées
dans le sol comme des fleurs
sauvages qui puisaient leur force
dans les profondeurs d'antan.
Voilà ceux que nous devions protéger.



L'air du temps

N. Lygeros

À travers l'air 
et le temps 
nous écoutions 
l'air du temps 
comme si c'était 
une nouvelle chanson 
d'autrefois 
et puis doucement 
nous chantions 
le souvenir 
d'une mémoire 
en danger 
grâce au son 
de notre duduk 
alors nos montagnes 
et nous, étions 
à nouveau prêts 
pour la guerre 
contre l'oubli ! 


******

Le duduk en Artsakh

Nikos Lygeros

Quand les négociateurs
nous expliqueront
la nouvelle donne
d'un jeu de cartes
qui n'a pas changé
malgré leurs dires,
il ne faudra pas
que tu oublies le son
du duduk en Artsakh
sinon Papik et Tatik
ne seront que deux têtes
décapitées par la barbarie
que nous aurons aidée
par peur de revendiquer
la terre de nos ancêtres.

******

Artsakh historique

Nikos Lygeros

Ne regarde pas le trait sur la carte
car notre sang a coulé
bien au-delà
pour défendre
ce que les autres
voient comme un détail.
La géographie des puissants
ne tient pas compte
de l'histoire des peuples,
il te faut parcourir
nos montagnes
pour nous comprendre
et vivre à nouveau
dans une paix sans guerre
pour les diplomates
mais une guerre sans paix
pour les anciens.


******
Les monastères de la résistance

N. Lygeros

Si tu n'examines
que la religion
tu ne peux comprendre
les monastères
comme des lieux de résistance
face à la barbarie
et tu ne peux voir en eux
une nouvelle forme
non seulement de khatchkars
mais de véritable dragon
qui malgré les blessures
continue de protéger
ceux que la terre nomme
les siens !

******

Sculpture de la mémoire

N. Lygeros

Qui peut comprendre
ce que signifie
sculpture de la mémoire
en Artsakh
sans avoir vu
de khatchkar ?
Car il ne s'agit pas
seulement
d'une croix de pierre
mais d'un symbole
qui a traversé les âges
pour accompagner
les hommes
face à la barbarie.
Sinon ils n'auraient été
que des victimes
sans avenir.

******

2 commentaires:

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar