mardi 25 janvier 2011

DENIS DONIKIAN


QUELQUES IMAGES
D'UNE JOURNEE DE TOURNAGE
DANS L'UNIVERS DE
DENIS DONIKIAN




Ecrivain, plasticien, il s'attache à sonder pour nous les facettes multiples de notre Arménie et de son peuple qu'il décrit avec beaucoup de poèsie, d'humour ou de causticité, c'est selon. Capable d'émouvoir profondément par la justesse de sa perception, lorsqu'il aborde leur quotidien problématique,  comme de laisser éclater la plus franche gaieté lorsqu'il brosse le caractère arménien, dans ses oeuvres où transparait néanmoins une vraie tendresse pour ce peuple que nous regardons vivre de loin ...De plus, ce qui ne gâte rien, Denis est un ami que j'estime infiniment pour son évidente honnêteté intellectuelle, qui se constate et dans son oeuvre et dans sa façon d'être.

Extrait : La démocratie par le feu

http://denisdonikian.wordpress.com/2011/01/23/la-democratie-par-le-feu/

La honte ! La honte ! Les Arméniens rasent les murs, ferment leur chapka et remontent le col de leur veste. Ils ne veulent pas être reconnus. Vous vous rendez compte, un peu ! Les Tunisiens ont renversé en quelques jours leur Ben Ali. Mais les Arméniens braillent depuis des années sans faire bouger Sarkissian d’un poil. Un type se transforme en chachlik et voilà toute la Tunisie qui s’embrase.  Pourtant, le chachlik, les Arméniens ils connaissent. Ils ne font même que ça. Eh bien, rien à faire. Ça ne les fait pas descendre dans la rue et ça n’ébranle pas le président. Un jour, à un jeune qui sirotait son café glacé sur une terrasse, je lui ai dit, mais brûle-toi, tu sauveras ta patrie ! Me brûler ? il a répondu. Mais pour quoi faire ? J’ai des cousins en Amérique. Qui paierait mon café glacé sinon ? Et pour me narguer, il s’est allumé une cigarette. En Arménie, les briquets servent à ça, pas à se donner le feu. Les corps s’enfument, et ça fait marcher le bizeness. C’est qu’un Arménien, c’est pragmatique. Un briquet, ça sert à mettre le feu au bois pour le chachlik et ensuite à s’allumer une cigarette.  Chaque Arménien mâle préfère mourir à petit feu dans une pseudo-démocratie plutôt que de se transformer en torche simplement pour refuser cette même pseudo-démocratie. Reprends tes esprits, khyiâr (comprendre cornichon) ! D’ailleurs les militants LTP ont horreur de la violence. Ils ont appris ça chez Gandhi.  Mais si Gandhi a réussi à chasser les Anglais, LTP qui avait été chassé par la rue comme président n’est toujours pas arrivé à chasser le président Sarkissian ...

VOUS EN SAUREZ DAVANTAGE SUR LE REPORTAGE EN CLIQUANT ICI :

http://denisdonikian.wordpress.com/2010/02/15/lamarieemiseanu/

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar