lundi 3 janvier 2011

Pour un ami

En ces jours de lumière
où chacun pense à l'autre
pour combler de plaisir
le banal quotidien
égayer d'ornements
les branches d'un sapin
effacer pour un temps
toutes les inquiétudes
et ne laisser place
qu'aux flammes qui réchauffent
de douces traditions, survivances,
je voudrais qu'à la table
où l'on sert le bonheur
vienne s'asseoir un ange :
dans ses yeux scintillant d'étoiles,
dansent à l'infini les rêves
que verront s'épanouir peut-être
les hommes de l'avenir ...
Etre de bonté, facile à reconnaître
seul ange que la Providence
ait envoyé sur terre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar