lundi 3 janvier 2011

Comme autrefois ...

Qu'importe la façon dont on use des mots
si leur sincérité conduise à l'émotion ;
ce sont des confessions où l'on peut reconnaître
des êtres solitaires le profond désespoir.

La musique même, déroutante aujourd'hui,
si diverse dans ses multiples formes,
taille sa place et s'inscrit dans un monde
en incessante quête de nouveaux repères.

J'entends tout cela, j'en accepte l'augure
s'il le faut ainsi pour l'humanité future ...
Mais je garde ancrés au plus profond de moi
la forme et le fond des poèmes de naguère
et s'il me faut un jour aller vers d'autres sphères
que ce soit sur les ailes de l' Andantino de Mozart !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar