mercredi 27 avril 2011

ETNA



Nul jaillissement incandescent
mais une épaisse fumée
qui s'étend, enveloppe tout ;
les contours s'estompent,
disparaissent ;
fantasmagorie
d'un paysage onirique
où la montagne est engloutie
proie d'un géant formidable !
Nous voici errants sur la terre
noire comme l'enfer,
d'un monde dévasté,
où seuls subsistent,
les résidus grisâtres
d'anciennes éruptions :
tu m'as donné un frisson
de mort, Etna !


Mais voici qu'un lambeau de ciel,  aussi bleu
 que celui d'un beau jour d'été,
apparaît ;
et la vie aussitôt renaît ;
oubliées les tristes pensées
adieu au sinistre fantôme
là-bas dans la vallée
déjà les jardins fleurissent :
j'y cours, je veux les voir,
remplir mes yeux de leur beauté
oublier un instant
 que je suis mortelle !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar