samedi 9 juillet 2011

PROMENADE A NAUPLIE (Nàfplio) - Péloponnèse

Nauplie (Nàfplio)-Palamidi - Première capitale grecque (1828-1834)
(Eponyme de Nauplios, fils de Poséïdon et d'Amymoné, fondateur de la ville, selon la mythologie ( ?e s. av. J.C.). 

Sur la côte Est du golfe argolien, à l'ombre d'un éperon rocheux et d'une haute colline abrupte, le ville émerge de l'élément liquide qui l'entoure, encadrée par un admirable paysage naturel.

Vue partielle de la côte

Palamède (Palamidi) et la citadelle

La citadelle vénitienne couronne l'éperon rocheux, au pied duquel s'étend la ville néoclassique. On accède à Palamède, soit à pied par les 857 marches qui débutent près de l'hôtel Xenia, soit par la route (3 Km) qui passe à travers la nouvelle ville. De longs murs réguliers ferment cette forteresse édifiée entre 1711 et 1714, par l'architecte français Lasalle. Les bastions conçus pour résister indépendamment ont toutefois été pris, un an après leur achèvement, par les Turcs...

Il vaut mieux s'y prendre le matin pour la balade (si l'on veut survivre - vertical le soleil !) et découvrir la vue superbe sur la ville, le golfe et l'Îlot Bourtzi, et l'Argolide



La petite route qui redescend vers la vieille ville ...

...longe la citadelle ...

...la petite chapelle St Andréas, non loin de laquelle fut emprisonné Théodoros  Kolokotronis ...

...des figuiers de Barbarie.

Retour en ville ...

...Place Syntagma (Place de la Constitution) dite "Place Vénitienne" d'où l'on accède au musée archéologique, autrefois arsenal pour la flotte, puis caserne (1713).

Eglise devenue lieu culturel, salle de concert, où nous avons pu entendre une pianiste turque, invitée par la ville... La résonnance était telle que les "fortissimo" transformaient le jeu, disons, puissant de l'interprète, en véritable bataille de guerre des sons  ! (J'ai pensé à l'expression "taper comme un sourd" ! Allez savoir pourquoi ...)

Une dernièe promenade dans le parc de Nàfplio ...

... où les enfants ont leur espace ...

...les grands hommes, leur statue, tel Théodoros Kolokotronis, grand résistant pendant la guerre de libération menée et gagnée en novembre 1822, contre les Turcs...

...sous un dôme luxuriant de feuillages et de fleurs.




Nàfplio, cité posée sur la mer, garde intacte, dans ses ruelles, ses maisons, ses pierres, la mémoire de ceux qui, parfois aimés, souvent haïs, ont présidé à sa destinée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar