lundi 1 août 2011

Cigognes blanches d'Arménie


(Pastel - Dzovinar)

Migratrices africaines
fidèles au rendez-vous
votre instinct vous conduit
chaque printemps
quand sonne l'heure à l'horloge du temps
depuis la méditerranée
 - passage du Bosphore -
pour venir vous reproduire,
mémoire de votre survie,
dans ce pays devenu vôtre
cigognes blanches d'Arménie !
Je vous contemple et vous admire
quand, au faîte des pylônes électriques
qui se déploient le long des routes,
on peut vous voir, émouvantes nichées,
enfouies dans d'épais et profonds nids de brindilles
 pour que se renouvelle, immuable rituel,
la procréation de l'espèce future.
Et quand, l'oeuvre accomplie,
viendra un jour l'instant du départ
   quelle mystérieuse carte
à jamais gravée dans votre mémoire
vous guidera-t-elle sans peine
 sur le chemin du retour ?

Dzovinar

*****
LE SAVIEZ VOUS ?

Le nid de cigognes le plus haut a été trouvé en Arménie, à 2 000 mètres d'altitude !
Les photos nous montrent ici, 6 nids de cigognes installées très confortablement sur une grue... Le chantier a été déserté pour préserver les cigognes et.. leurs cigogneaux !

La cigogne, oiseau migrateur, représente la sagesse en Arménie et est aussi le symbole de piété,
associé à la famille.
Légendairement, considérée de bonne augure, la cigogne est de plus protégée en Arménie.
On la retrouve parfois, symboliquement sculptée dans les bas-reliefs des monastères arméniens.

La cigogne se plait en Arménie :
Les zones de marais ou de prairies humides, les vallées fluviales ou les plaines parcourues de cours d'eau sont particulièrement prisées par les cigognes.
Près de 75 % des nids y sont installés. En revanche, on ne rencontre jamais la cigogne blanche au bord de la mer, sauf si elle s'est égarée.
La Cigogne blanche utilise pour nicher les grandes arbres ensoleillés, vivants ou morts, ainsi que les installations humaines tels que les églises, les tours, les cheminées les toits les murs, les ruines, les piles de foins et de pailles, et même les grues  !!
L’espèce niche souvent en solitaire mais des colonies d’une trentaine d’oiseaux ont déjà été notées. Le nid consiste en un amas de branches (3 – 4 cm d’épaisseur) auquel elle rajoute de la terre, du fumier, du gazon, des brindilles, de l’herbe et parfois du papier et des chiffons. Le nid fini mesure entre 1 et 2 m de hauteur pour 80 à 150 cm de diamètre. Le nid est réutilisé chaque année, par conséquent ils peuvent atteindre des volumes énormes : jusqu’à 2 à 5 m de hauteur et plus de 2 m de diamètre.


Extrait du Blog Les défenseurs de l'environnement :
"Karen Aghababyan : défenseur des cigognes et des zones humides en Arménie."

"Les recherches du Docteur Karen Aghababyan sont centrées sur la vallée d'Ararat, terres d'agriculture depuis des milliers d'années en Arménie.
Pendant la période soviétique, les zones humides ont été réduites à cause du drainage: l'Arménie a reçu 200 millions de dollars pour le développement d'infrastructures, y compris le drainage des zones humides d'Ararat à la base du mont Ararat, pour la conversion à l'agriculture.

Cependant, l'Arménie est d'une grande importance pour les oiseaux. Plus de 350 espèces ont été enregistrées dont des oiseaux menacés dans les zones humides tels que l'erismature à tête blanche, le pélican frisé, et la grande bécasse.
Ces zones humides de la vallée Ararat sont donc d'une importance particulière ; or aujourd'hui, il ne reste plus que 17000 ha.

Pendant des siècles, la cigogne blanche a été considérée avec beaucoup d'affection en Europe. Bien qu'elles étaient autrefois prolifiques, l'intensification de l'agriculture et l'assèchement des zones humides a abouti à un déclin de leur population.

Les cigognes aiment garder les pieds dans l'eau pour s'alimenter que ce soit des zones humides, des fossés ou des étangs; elles y capturent les grenouilles, lézards et petits rongeurs.

Nombre d'Arméniens, indifférents à l'assèchement des zones humides,  considèrent cependant les cigognes blanches comme une icône culturelle.
Celles-ci sont rarement poursuivies et lorsqu'un nid de cigognes est proche des habitations, c'est un signe de bonne fortune.
Le docteur Aghababyan a rendu les oiseaux populaires en Arménie en enseignant leur identification en anglais, russe et arménien.
En utilisant la Cigogne blanche comme une espèce emblématique, le Dr Aghababyan a lancé le projet 'Nest neighbours' ("nids voisins"), en collaboration avec les agriculteurs et les villageois, afin de permettre une meilleure compréhension des cigognes et de leur habitat.

Devenant impliqués pour la conservation des zones humides, le peuple arménien a commencé à s’intéresser au projet sur l'utilisation des ressources naturelles aux niveaux local, national et international.

A présent, 500 familles sont impliquées dans ce projet "Nest neighbours" et surveillent régulièrement la population des cigognes."  fin de l'extrait




(Photos D. Haig)


*****

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar