vendredi 2 septembre 2011

JARDIN D'ARTSAKH

Dzovinar (pastel)


Dans ce jardin d'Artsakh où
tout pousse d'instinct, 
des broussailles mêlées de fleurs
au verger vert taché du rouge
des tomates, 
sur le sol jonché de "tut"*
aussi sucrés que mes rêves d'antan,
près de l'arbre vénérable,
un banc de fortune 
- une planche posée sur les squelettes
rescapés d'anciens tabourets -
m'attendait...
Et, sous le ciel serein d'un matin clair,
 trônant telle une reine que le sort a bénie,
je me suis sentie chez moi
bien plus que je n'aurais pu l'être
dans le parc et les bosquets fleuris
d'une demeure de maître.


Dzovinar

* "tut" (se prononce "toute") fruits rouges du mûrier-platane originaire du Caucase


2 commentaires:

  1. Un joli dessin, un peu naïf, pour illustrer ce poème plein de calme.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour chère Amartia !

    Oui, comme tu dis, un dessin naïf - même très naïf ! Mais bon, il illustre un souvenir plein de sérénité et de grand bonheur; celui où j'ai pu partager un moment de ma vie avec des êtres devenus proches dans le pays si cher à mon coeur.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar