vendredi 16 septembre 2011

Lune blafarde


Comme tu es froide
dans ce décor austère
et pourtant
tu es bien ronde
posée au faîte de tristes rectangles
tu es le disque parfait
régnant au-dessus
de cubes abstraits
je n'entends aucun murmure
de vies humaines
le monde s'est enfermé
dans des cages
qui lui conviennent.
Es-tu toujours la même
lune blafarde
Es-tu celle qu'autrefois
j'aimais
et qui trônait
reine absolue
au firmament des nuits ?
Tu me semblais
si belle alors
parée de ton manteau
d'étoiles
c'était d'un coeur
léger qu'à toi, ô ma divine
je confiais tous mes espoirs
je voulais croire
à la magie de tes vertus ...
Ce temps n'est plus.
Ce soir, le bonheur est raisonnable
c'est dans la musique d'un piano
qu'il s'est assis.

6 commentaires:

  1. Peu importe si le bonheur change de lieu de résidence, l'important c'est qu'il soit là et nous parle au cœur de temps et temps.
    Ton poème est très mélancolique, certes mais, il reste très touchant.

    Merci

    Roger

    RépondreSupprimer
  2. C'est gentil de me le dire ; on est toujours heureux de savoir que l'on a pu, avec ses mots, toucher quelqu'un, quelque part. Alors merci.

    RépondreSupprimer
  3. Tu sais bien que tu m'enchantes à chaque fois . Tu me touches au coeur à chaque mot , chaque dessin . je t'admire et je t'aime inconditionnellement djanès.
    ta K.

    RépondreSupprimer
  4. Ah l'amitié véritable, qui se contente d'aimer, seulement

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar