lundi 19 décembre 2011

enfants du sacrifice ...


Dzovinar - pastel (inspiré de Michel Ange Buonarroti)

A cette heure déjà les enfants dorment.
Leurs traits lisses, calmes et détendus
les montrent sereins, tels de sages divinités
que n'atteignent pas le chaos du monde.
Leurs cheveux fins et soyeux auréolent
leur visage semblable à ceux des anges
peuplant leurs rêves, mais qui,
désormais ont déserté leur chambre.

Pauvres enfants
jouets de l'inconscience
de qui vous jette sans remords
dans la laideur d'un monde dégénéré
où tout est prêt depuis longtemps
pour faire de vous, mes innocents,
sans que nul ne puisse vous sauver
les malheureux agneaux du sacrifice.

Dzovinar

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar