jeudi 19 avril 2012

Robert Doisneau aurait eu cent ans ...

HOMMAGE à ROBERT DOISNEAU
(14 avril 1912 - 1 Avril 1994)

Au cours d'une exposition à Gentilly que cette ville, dont il était originaire, lui a consacrée le 5 avril 2012,
rencontre  avec Robert Doisneau dont je ne
connaissais que le travail de photographe de notoriété internationale, notoriété dont il s'étonnait toujours ... 

 Mais cette circonstance fut pour moi l'occasion de
 découvrir un homme d'une nature simple et généreuse 
 et qui reste aujourd'hui, toujours aussi vivant dans le coeur
de tous ceux qui l'ont connu.
Glanés au fil de reportages, d'articles de journaux, 
ces titres résument en quelques mots qui était
Robert Doisneau l'humaniste
 "Le chiffonnier des temps perdus", "Le magicien",
 "L'homme qui aimait les gens" ... 







(Préparation du reportage filmé)


DOISNEAU et ...

 l'humour

 le bonheur

 l'insouciance

la  malice

 la nostalgie


Doisneau et les rencontres






Doisneau l'humaniste

Doisneau et l'avenir 


Ce qu'il dit :


 Photos : je photographie par refus de mourir.
 Je trouve inconcevable l'idée de la mort. 


Photos de nus : C'est pas mon truc. Moi, je travaille dans la rue, et dans la rue j'ai rarement rencontré des gens complètement nus. 


Une belle photo : Personne n'a inventé la recette pour réussir 
les lois de l'émotion. 


La photo impossible : ça arrive quand la grosse mistoufle te tombe sur le poil. T'es plus disponible. T'es écrasé. Alors là, tu portes un costard de plomb. 


La photo fabriquée : Bien sûr que je les fabrique, mes photos. Le fait de choisir un instant, un lieu, c'est fabriquer. C'est la preuve de l'existence de Dieu ou du Diable ; aidée par le hasard.


 La photo d'aujourd'hui : Elle est totalement glaciale !
 Elle est théorique. 


La photo de demain : S'il vous plaît, non ! Qu'est-ce que je vous ai fait ?


(Extraits de confidences - Vie Ouvrière du 14 avril 1994


Ce qu'on dit de lui :


 Doisneau, l'humour, la gentillesse,
 la générosité


 "Je me souviens de ses yeux pleins de malice ...
J'avais l'impression qu'il me détaillait
comme s'il me photographiait avec ses yeux ..."


 "Il  n'y avait rien d'exceptionnel avec Doisneau.
Je n'étais pas un proche.
Il est juste venu déjeuner à la maison.
Il nous a juste pris en photo."


 "Mon père me racontait toujours la question
qu'il avait posée à Monsieur Doisneau :
- Que faut-il faire pour réussir de bonnes photos ?
- Eh bien ... Avoir de bonnes chaussures !!"


(extraits du catalogue "Les Gentilléens fêtent les
100 ans de Monsieur Doisneau" 


******

2 commentaires:

  1. Bonjour une belle page en hommage à ce photographe si attachant j'avais parcouru ses dernières images à Monaco un délice ...
    et une grande tendresse se dégage de ses regards
    Merci pour votre passage "au gré des jours"
    ravie de vous découvrir
    Arlette

    RépondreSupprimer
  2. Merci à vous. J'ai aimé ce que j'ai découvert sur votre blog. Amitiés.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar