mardi 29 mai 2012

Poème de Denis Donikian



Tu marches…

Les mains devant à tâter l’inconnu,

Guidé par ta blessure vers la lumière des arbres.

Même rituel, terrible, aveugle et lent.

Qu’as-tu perdu que toujours tu le quêtes ?

Fille de ton corps avant toi disparue,

Tout au bout de ta voix,

Quand tu parles

Des petits riens qui te ruinent le temps.


Denis Donikian

2 commentaires:

  1. très fort et si tendre. bonne journée Dzovinar

    RépondreSupprimer
  2. Les oeuvres littéraires de Denis Donikian sont empreintes de force, de véhémence, d'âpreté, de lucidité, d'humour, de tendresse. Beaucoup l'ont déjà reconnu comme un très grand écrivain - mais pas assez encore - Merci pour lui d'avoir su entrevoir son immense talent.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar