lundi 30 juillet 2012

Jour d'été

L'enfant joue dans l'allée ; 
je l'aperçois de mon balcon ; 
il gonfle ses joues, et souffle 
dans un petit objet qu'il porte à ses lèvres ; 
aussitôt, dans l'air transparent 
s'échappent des bulles irisées 
et toutes, l'une après l'autre, 
légères, éphémères éclatent, à peine nées. 
Je pense aux notes qu'égrène un piano ; 
leurs sons se prolongent un instant 
dans une pièce aux persiennes tirées 
où la fraîcheur et la pénombre apaisent 
la pensée meurtrie, l'âme affligée ; 
puis, elles aussi, doucement s'éteignent ... 
Ah, comme vous avez bien fait mes yeux 
tout à l'heure, d'imprimer les couleurs 
et toi mon coeur de ce thème unique 
d'avoir su, profondément, en graver la beauté ... 

Dzovinar

4 commentaires:

  1. Un moment de tendresse et d'enfance que tu as su croquer en toute simplicité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Amartia ; les coffres de l'enfance sont pleins de ces souvenirs qui me donnent beaucoup de plaisir et de mélancolie quand une circonstance... impromptue... les rappellent à moi.

      Supprimer
  2. Bravo et merci pour ce partage Dzovinar. On prend plaisir à ouvrir ces coffres avec vous, ils nous rappellent aussi ces moments perdus. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  3. Merci d'avoir poussé la porte.. Belle journée à vous.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar