dimanche 16 décembre 2012

COMMENT NE PAS ENRAGER !


"Il ne suffit pas de pleurer pour souffrir. Il ne suffit pas de souffrir pour mourir. Il ne suffit pas de mourir pour avoir raison. Il faut montrer la barbarie du bourreau. Sinon le crime contre l’humanité n’est qu’un crime."
 Nikos Lygeros

http://armeniantrends.blogspot.fr/2012/ ... eized.html

Georges Festa

***

2012 Declaration : A History of Seized Armenian Foundations Properties in Istanbul / Déclaration 2012 : histoire de la confiscation des biens des fondations arméniennes à Istanbul

par Raffi Bedrosyan

The Armenian Mirror-Spectator, 15.12.2012


TORONTO – Après deux années de recherches des plus minutieuses à travers des milliers de documents, la Fondation Hrant Dink d’Istanbul vient de produire un ouvrage monumental, qui explique l’histoire globale et la situation actuelle de tous les biens fonciers appartenant aux fondations caritatives arméniennes d’Istanbul, saisis par le gouvernement de l’Etat turc durant les dernières décennies. 

Cette étude exhaustive, longue de quelque 400 pages, compile pour la première fois une liste de tous les biens saisis, illustrant ainsi le panorama général et l’énormité du pillage subi par les écoles, les orphelinats, les églises et les hôpitaux arméniens d’Istanbul, lesquels dépendaient de l’unique revenu procuré par ces biens pour leur survie.

Le titre, Déclaration 2012, fait référence à la Déclaration décrétée en 1936 par l’Etat turc, qui ordonna la même année aux fondations caritatives des minorités de recenser leurs avoirs et leurs propriétés.

Au plus fort de la crise de Chypre en 1975, l’Etat légiféra arbitrairement le fait que chaque bien foncier acquis par les fondations caritatives des minorités, après 1936, au moyen de donations, d’héritages, de testaments et de dons, était considéré comme illégal, puisque non recensé dans la Déclaration de 1936. Déclaration 2012 renvoie à cette législation illogique et met au jour la saisie ou le vol par l’Etat, légalisés, mais contraires à la loi, qui eurent lieu, ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar