mercredi 29 août 2012

Il est un coin de France ...

Il est un coin de France ...

Un village perché dans la montagne à quelque
1600 m d'altitude, et que le regard découvre avec un plaisir
qui s'accroît au fil des paysages en même temps que grandit
le bonheur simple et tranquille que l'on cueille, parfois même, à son insu, et dont on prend conscience au moment
où, par surprise, un bien-être nouveau vous envahit ...
tout invite au repos de l'esprit ; la magie des sommets opère
et tout devient simple et facile 
un lac aux eaux changeantes, précieuse incrustation
d'une nature généreuse, s'étend largement au pied des monts verdoyants ; avec le temps, la vie s'est organisée sur ses bords
où, là encore, été comme hiver,  le promeneur s'étonne de tant d'harmonie

il ne faut pas s'inquiéter des brumes matinales
qui en recouvrent sa surface d'un voile opaque
 et cotonneux ; l'apparition du soleil en disperse
 sans pitié les moindres lambeaux

En pays catalan, on revendique  haut et fort sa catalanité
la mairie du village n'y déroge pas
... et le travail de ses artisans sculpteurs 
est dignement mis a l'honneur ...
Mardi,  jour de marché
la rue principale, condamnée aux voitures d'un
bout à l'autre,  est livrée aux étals de toutes sortes 
que les commerçants ambulants  déploient dès l'aube ; 
l'animation qui règne incite à la flânerie,
 même si  l'on n'a pas de projets d'achats ...
 de plus, les commerçants offrent des dégustations de leurs produits ; je me souviens avoir testé bon nombre d'entre eux
à un moment de la matinée où, justement, mon estomac commençait à crier famine ! ...   
ici, le palais des délices : d'incroyables tommes de ... nougat 
artisanaux : aux fruits secs, au nutella, au miel, aux fraises,  aux abricots  ... que sais-je encore ! C'était très difficile de ne pas craquer ... alors j'ai craqué !
mais les temps sont durs, le commerce incertain ;
alors il faut faire preuve d'imagination pour attirer
les regards de la clientèle.
Depuis le village, des routes grimpent vers les hauteurs
où nichent des châlets livrés à la nature ;  leurs fenêtres 
s'ouvrent sur l'espace magnifique peuplé de sapins et sur l'horizon lointain des crêtes montagneuses, 
 écrin d'un joyau de saphir ...


loin de l'animation du village, le promeneur
n'entend que le silence ;
et, parfois, le murmure insolite des branches ...
en contrebas de la route de petits sentiers de chèvre
titillent la curiosité :  d'autres mystères végétaux peut-être ...
 tapis de chardons bleus des montagnes
 aconit solitaire ...

Eté comme hiver, un téléphérique hisse les   
amoureux des hauteurs, peu fréquentées l'été il est vrai,
 jusqu'à 2000 mètres. Même si le manteau neigeux immaculé qui enveloppe en hiver 
les paysages grandioses auxquels on accède
 offre un tableau sans concurrence,
c'est tout de même une plongée lénifiante dans 
la beauté sauvage du site et l'indicible sentiment
 de liberté qui s'en dégage 
   



  
Au retour de randonnées pédestres, d'ascensions sportives en VTT, une halte est bienvenue dans ce châlet lui aussi, tout à fait solitaire ...          

Et puis, il y a les jours de brume
et le village devient fantôme 

on dirait alors une toile peinte
 que n'aurait pas reniée
Vincent van Gogh ... 
    

samedi 25 août 2012

TOUS LES MATINS DU MONDE et DANS LE MATIN DU MONDE - Dzovinar - Nikos Lygeros


Tous les matins du monde
Dzovinar

Jamais on ne regrette
ces réveils à l'aube
ni la tiédeur du lit
lorsqu'au dehors
le ciel ne cesse
de produire
les tableaux
d'un peintre de génie 
que ne connaît
pas le repos


Et quand la brume affleure  à la surface du lac
on croit voir le souffle puissant de quelque dieu des ondes


Parfois le ciel roule des nuages
sombres et menaçants
écartant l'éclat d'un soleil naissant,
 mais
les sapins élancés que
rien ne semble émouvoir
se dressent, face au danger,
 aussi dignes
que de vaillants guerriers 
prêts à tous les sacrifices


Non,  jamais on ne se lasse  ...

**********
*****
*

Dans le matin du monde
Nikos Lygeros

Dans le matin du monde
Nous recherchions cette musique
entendue au crépuscule
pour saisir l'essence
de cet instant miraculeux
auquel nous ne prêtons attention
alors qu'il est capable
de transformer notre vie
de manière définitive
en raison de sa puissance
mais aussi de son intelligence
qui traverse les siècles
pour nous dire que le soleil
n'est pas le roi mais le fou
accusé de jouer au théâtre
et de composer le soir.

********
*****
*
http://dzovinar.blogspot.fr/2013/03/httpwww.html

(Vidéo)

dimanche 5 août 2012

samedi 4 août 2012

Promenade nocturne - N. Lygeros




Promenade nocturne 

Nous marchions le soir
comme dans les siècles noirs
pour ne pas oublier
les combats d'antan
qui nous avaient unis
devant l'adversité
et chaque fois que nous voyions
le firmament couvert d'étoiles
nous pensions aux nôtres
qui avaient péri pour nous
afin de nous permettre
de nous promener librement
sur nos terres aussi anciennes
que notre propre histoire.

Nikos Lygeros


Ballade n°4 Frédéric Chopin
Natacha Melkonian

vendredi 3 août 2012

Couleurs du soir


 Séduction, magie, 
génie de la création, 
quand toute la palette de l'éther 
s'embrase dans une apothéose
 flamboyante ... 
 Les sens en éveil 
 assoiffés de perfection 
 quêtent dans le murmure 
 des nuages 
 le message d'amour 
 d'un monde 
 qui s'offre à l'infini des rêves ... 
 Emportées, disparues 
 les souffrances terrestres, 
 les nostalgies de l'âme ... 
 Le miracle se produit 
 l'être tout entier 
s'abandonne 
sombre et se fond  
 dans la somptueuse harmonie 
 d'un miraculeux soir d'été. 

Dzovinar



Natacha Melkonian
 Chopin nocturne en ut# mineur