lundi 11 février 2013

"CAR LA PLAIE A UNE MEMOIRE ET LE COUTEAU UN APPETIT " - Denis DONIKIAN

 Exposition à Erevan (Arménie) - (Peintre arménien)

La plaie et le couteau

Je suis pour le rapprochement des peuples. Les hommes ne deviendront des hommes que le jour où ils s’inviteront à la même table pour se partager une même pizza.

Mais attention ! Cette table devra être ronde et la pizza prédécoupée en parts égales. C’est ainsi que veut faire l’Europe : partager les mêmes valeurs.

Seulement voilà : les valeurs ne conviennent pas aux voleurs. Toute valeur est contraignante, à commencer par l’obligation d’avoir à vivre avec l’autre.

Dans le partage de ces valeurs, les hommes qui sont assis à la même table n’ont pas la même identité. Les uns arrivent avec une plaie en plein cœur, les autres avec un couteau entre les dents.

Tout le problème du rapprochement des peuples est de faire dialoguer la plaie et le couteau. Car la plaie a une mémoire et le couteau un appétit. Et la mémoire est un passé dans le présent, l’appétit un présent dans le futur.

Je rêve qu’un jour la ville de Catane en Sicile soit jumelée avec le Vatican, que Lassa le soit avec Pékin, et Erevan avec Ankara.

Je rêve qu’un jour Washington soit jumelée avec la forêt amazonienne, le Japon avec les baleines, les voitures avec l’air, les agriculteurs avec les nappes phréatiques, l’argent avec le bonheur, les hommes avec l’humanité.

Moi avec mon ennemi et mon ennemi avec moi.

Denis Donikian (Novembre 2004)


*******

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar