dimanche 5 mai 2013

ARMENIADES - Georges Festa

Obsidienne d'Arménie

Arméniades

La vague figée. Transparente,
coupante.
Epousant les plis. Lascive et funèbre.
intacte.
Guettant on ne sait quel séisme. 
Lacérations, falaises
prêtes à se mouvoir.
Les immémoriales. Irisées de nuits
et de soleils.
Telle une chevelure d’écume.
Nul visage. Nulle carte.
Puisque tout se confond. 
Mirage des paradoxes, reflets
d’errance.
Dans cette partition fauve
quels silences et pulsations.
Lorsque la pierre interroge,
s’arc-boute.
Les certitudes s’effacent. Horizons
vacillants.
Béances, instantanés d’aubes
noires.
Emporté par la lame.
Zéniths et naufrages. En trompe l'oeil.
Se fondre dans la pierre. Zébré
d’éclairs.
En attendant la marée.
Fendre la matière comme l’on rompt
le hasard.
Dans ce résumé d'obscurcissements, 
d'écrasements.
Quand les noms manquent. 
Promontoires, fleuves, corps.
Initiatique obsidienne.     

 

© georges festa – 04.2013

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar