vendredi 9 août 2013

IV - Des Trolls à la Petite Sirène (2) - Skagen - Copenhague (Danemark)


SKAGEN



Dans la rue principale, les restaurants et les boutiques d'artisanat se succèdent : C'est le centre de villégiature recherché par les danois et les touristes de passage.





Les danois aiment la couleur ...










...  les vélos









et le style "art moderne"







La ville a été rendue célèbre par le dynamisme de l'Ecole picturale à laquelle ce petit port de pêcheurs du XIXe siècle - et de plaisance aujourd'hui -  a donné son nom.



De la fin des années 1870 jusqu'au début du siècle suivant, la ville de Skagen  fut un lieu de rencontre international pour jeunes artistes. Ils avaient ceci en commun qu'inspirés par le naturalisme et la peinture de plein air, ils recherchaient de nouveaux sites et de nouveaux thèmes. C'est ainsi que Skagen devint dés les années 1880 une colonie d'artistes où il faisait bon travailler ... et s'amuser. Leurs thèmes de prédilection étaient le travail des pêcheurs, leurs chaumines, la nature et la vie sociale des artistes. Ils jouiront de leur vivant d'une renommée mondiale dans les grandes expositions étrangères. Parmi les plus éminents, Anna et Michael Ancher, Peder Severin Kroyer, Viggo Johansen, Lauritz Tuxen, Holger Drachmann poète et peintre ... Dans le jardin plein de poésie du musée se trouve la maison (Havehuset) que louèrent de nombreux artistes d'antan.




Anna Ancher  "Le temps des moissons"



Michael Peter Ancher "Pêcheurs de Skagen"

http://www.youtube.com/watch?v=TJ7x4HN2pHY





Laurits Tuxen - 1853-1927

 "Le noyé" (1913)







Peder Severin Kroyer 
1851-1909
"Nuit d'été sur la plage de Skagen"(1893)



http://arts-lubies.blogspot.fr/2010/07/les-heures-bleues-de-peder-severin.html








Viggo Johansen 1851-1935





Holger Drachmann 1846-1908



*****

Quand nous avons repris la mer pour rejoindre Copenhague 


nous vîmes, poursuivant le chalutier qui rentrait au port les cales pleines de la pêche du jour, une longue traînée de mouettes affollées ...  


COPENHAGUE

Découverte de la ville et ses canaux


Etonnamment petite (1m25), silhouette énigmatique et mélancolique assise sur un bloc de granit au bord de l'eau, l'incontournable Petite Sirène. 
Inspirée d'un conte de Hans Christian Andersen, sculptée par Edvard Eriksen  (une commande de Carl Jacobsen - brasseries Carlsberg), elle est un véritable symbole de la ville. 
 Statue de bronze  érigée le 23 août 1913 : elle est centenaire. 
Vandalisée de très nombreuses fois (décapitée à maintes reprises, bras scié, drapée d'une burqua, ...) l'original se trouve aujourd'hui à l'abri dans un lieu inconnu. Ce n'est donc qu'une copie que les touristes peuvent voir désormais.


L'imposante fontaine Gefionspringvandet qui représente
la déesse Gefion et ses quatre fils changés en taureaux.

*La plus grande fontaine de Copenhague et la plus spectaculaire, réalisée en 1908 par Anders Bundgaard, représente une jeune femme fouettant quatre taureaux attelés, visiblement rétifs à ce traitement (donation de Carl Jacobsen des brasseries Carlsberg). Appartenant à la mythologie nordique, Gefion (Gefjon ou Gefjun) serait vierge pour les uns, la déesse de la fécondité pour les autres. Elle se vit accorder par le légendaire souverain suédois Gylfi autant de terres qu'elle pourrait labourer en un jour. Aussitôt, la jeune femme mère de quatre fils, les change en taureaux, les attelle et se met au travail avec une telle ardeur qu'elle parvient à couvrir une partie de la Suède, correspondant au lac Mälaren qui se remplit d'eau, tandis que la terre projetée dans l'Oresund forme l'île de Sjaelland.


Amaliensborg slotsplads, une place circulaire bordée par les hautes façades des palais royaux et princiers


Statue équestre d'un des personnages royaux chers au coeur 
des danois


Nous sommes là, comme par hasard, pour assister à la relève
de la garde


Restaurants le long d'un court canal ...


... où sont amarrés quelques vieux gréements


La façade de béton et d'acier de l'Opéra


Et puis, hautement symbolique, les oeuvres de sable ...

Heureusement, il y a la mémoire.


2 commentaires:

  1. Ah mais les Trolls existent bien et je les connais ! Ce sont eux qui cachent mes clés quand je vais sortir, ils vident la batterie de ma voiture au moment de démarrer, ils me tapent sur la tête après une bouteille de rosé...

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar