dimanche 8 septembre 2013

Les poteries arméniennes BLEUES de KÜTAHYA



















Les poteries arméniennes BLEUES de KÜTAHYA - Album N°2

Kütahya, est une ville située à environ 200 kilomètres au sud-est de Constantinople/Istanbul et les poteries furent l’œuvre presque exclusive de potiers arméniens, du XVIe au XXeme siècle. La communauté arménienne y est présente dès le XIIIe siècle et une église arménienne est attestée en 1391.

Considérées longtemps comme une branche mineure des céramiques ottomanes, ce n’est qu’avec la publication de l’immense étude de John Carswell qu’elles furent définitivement incorporées à la longue histoire de l’art arménien.

Jusqu’aux années 1960, les collectionneurs, les experts occidentaux et plus tardivement les Turcs accordaient peu d’attention aux céramiques de Kütahya, et les réduisaient à de simples copies provinciales des productions plus raffinées d’Iznik.
Même lorsque l’on trouva des inscriptions arméniennes sur les céramiques anciennes de Kütahya, alors qu’elles étaient absentes de la production d’Iznik, certains spécialistes de l’art islamique rejetèrent leur origine arménienne en disant que des Arméniens auraient pu les avoir commandées à des potiers turcs, tout comme ils avaient supposé que les tapis portant des inscriptions arméniennes avaient été fabriqués par des artisans musulmans pour de riches Arméniens.


Des plats et coupes aux figures d’oiseaux peintes en vert clair sur un fond blanc ou jaune pâle rappellent l’art byzantin, mais quelques-uns représentant des figures humaines et des motifs hybrides sont caractéristiques du style arménien.

Certaines poteries portent même des inscriptions arméniennes. L’industrie de la céramique continuera d’être florissante jusqu’au XIIIe siècle, particulièrement à Ani.
Du XVIe au XVIIIe siècle, Kütahya fut le centre majeur de l’art de la céramique bien qu’il y ait eu, au XVIIe siècle, un grand nombre de plats, coupes et carreaux portant des monogrammes et inscriptions arméniennes en provenance de la Nouvelle-Djoulfa, faubourg d’Ispahan

Extraits du livre "DES SERVITEURS FIDELES" de Dickran KOUYMJIAN - Le rôle des potiers arméniens de Kütahya dans l’histoire de la céramique ottomane. 
 

Par : Jacqueline-Siranouche Markarian

*******
"Demeure entière la question plus large de la terminologie employée pour qualifier ces productions artisanales. Bien que ces merveilleuses céramiques soient reconnues par les spécialistes et les collectionneurs comme les œuvres d’artisans arméniens, nous les trouvons toujours sous l’appellation de céramique ottomane ou turque dans la plupart des collections de musée. Elles 
furent, à l’évidence, produites dans l’Empire ottoman par des citoyens ottomans. La question de l’identité nationale des objets d’art est très complexe. Les toiles du Greco sont considérées comme espagnoles et celles de Gorky ou de Kooning américaines. Ce problème est d’un certain point de vue rhétorique et ne pourra être résolu.50"
Dickran KOUYMJIAN,
Haig & Isabel Berberian professeur d’Études arméniennes, émérite, 
Université d’État de Californie, Fresno

*******



4 commentaires:

  1. Il faut faire un distinguo entre Ottoman et Turque. L'empire s'étendait jusqu'au Maroc actuel et c'est plutôt une période. En Algérie on parle de "période ottomane", l'Arménie comme la Grèce étaient au XVIIIe siècle OTTOMANES. Pour la Turquie, c'est différent il s'agit d'une nation et non plus d'un empire. L’Arménie trouve alors sa place culturelle originale...

    RépondreSupprimer
  2. Difficile à avaler quand même, lorsqu'on sait que l'existence de l'Arménie historique est vieille de plus de 3000 ans et que les arméniens ont traversé les siècles en préservant - plutôt rare pour de petits pays dont beaucoup ont disparu - jusqu'à nous leur culture et leurs traditions. Plus tristes encore, une totale méconnaissance de leur contribution importante parfois, dans des domaines connus des initiés seuls (architecture, artisanat - tapis, céramique, enluminures ...)sciences humaines ... et j'en oublie.
    Merci Jeanmi pour ton passage et ton intérêt.

    RépondreSupprimer
  3. Passionnant ton billet avec en plus des photos de très belles pièces le bleu y dominant,comme en Tunisie (je parle aussi de pièces de forme anciennes).
    J'aime beaucoup et votre échange entre avec Jeanmi est intéressant !
    Belle journée Dzovinar.
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Merci Mireille. Ta présence amicale est aussi un encouragement.
    A bientôt.
    Bise.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar