jeudi 10 octobre 2013

Ces jours où tout fait vibrer

Ces jours où tout fait vibrer,
souffrir, pleurer
où l'on ne retient
que ce qui y conduit
comme si l'on ne pouvait exister
que dans la nostalgie,
 le regret ou le remords.

  Je me souviens de ce matin-là, où, petite fille,
alors que je dormais encore, mon grand-père me
réveilla pour me montrer, trouvé dans son jardin, calé
dans le creux de sa main, un minuscule "piou-piou"
tombé du nid ...douceur ineffable d'un émerveillement
que le temps n'a jamais effacé

******* 
Bicentenaire de la naissance
de Verdi - 10 octobre 1813  

NATHALIE DESSAY - "Addio del Passato" - La Traviata - Verdi

Une grande interprète pour un air sublime



*******

2 commentaires:

  1. Des instants, des images qui comme ça, par on ne sait quel miracle ou mystère ne quittent jamais notre esprit !
    Exister dans la nostalgie oui mais, pas dans le regret et le remords, pas pour moi en tout cas mais je comprends ce sentiment qui envahi certaines âmes.
    Je t'embrasse bien fort Dzovinar
    Belle journée

    RépondreSupprimer
  2. Remords, regrets, de n'avoir pas su ou pas pu dire à ceux qui m'ont élevé, et tant qu'ils étaient encore en vie, ma reconnaissance et l'amour infini que je leur porte, pour tout ce qu'ils m'ont donné sans compter.

    Je t'embrasse aussi, très fort.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar