jeudi 16 janvier 2014

HAYS, REVEILLEZ-VOUS ! LE CRI DE MOOSHEG !



En avant ! (pastel Dzovinar)

De Moosheg à Marie-Reine :

Chère Marie-Reine,

Tu es venue de ton Luberon jusqu’à Valence, A TES FRAIS, organiser ARA/Valence 2010, simplement parce que le projet te plaisait, comme tu l’as fait pour d’autres initiatives, quelle que soit l’étiquette des organisateurs. Eh bien, sache que le féodalisme c’est le contraire : la seule question qui vaille c’est l’étiquette.   Sais-tu que la SEULE radio à ne pas avoir organisé un interview à propos de ce festival est Radio A , la radio dashnak ?  POURQUOI ?
Pourquoi les jeunes du Nor-Seround de Valence qui avaient prévu de tenir un stand en ont-ils été empêchés par le « Parti » sous peine d’exclusion ? POURQUOI ?
Voilà de quoi nous mourrons : parce que ces féodaux n’ont pas compris que l’union fait la force. Hommage du vice à la vertu : incapables de débat d’idées, ils choisissent le « consensus interne».  Pourquoi ils ne viendront pas te voir en Lubéron ? Parce que leur «  pouvoir » ils le tiennent non pas de la collectivité via la démocratie mais d’autorités supérieures : Berj Setrakian, le « Bureau mondial », le Président de la RA ou le Catholicos !! Puisqu’il n’y a pas de débat d’idées inter-arménien, il n’y a pas de réflexion ni de « pouvoir » de la raison. C’est pourquoi chers Janine Altounian et Denis Donikian, il ne peut émerger de véritables dirigeants. Croyez-vous, chers Amis, que du temps de Staline, il n’y avait pas de «  personnalités de rechange » ?  Il y en a eu jusqu’à ce que Staline « fasse le ménage ». Ici c’est différent : celui – ou celle- qui fait montre d’un talent  ( Denis tu es toi-même la victime de cet état de fait) qui menacerait de mettre à bas ce bel ordonnancement est immédiatement ostracisé, ignoré, boycotté. En Avignon, j’ai été élu au CA de l’Association d’Avignon. Pour m’écarter, ça été simple : le CA ne s’est réuni qu’une fois. Le «  bureau » du CA ne l’a plus convoqué !!!
Quant au CCAF Provence, je n’en reçois que les appels aux dons ou à manifester.
Puisque, faute de débat interne, les porteurs d’idées ne peuvent s’épanouir, les jeunes – et les moins jeunes- ont le choix entre se soumettre au vide sidéral ou s’en aller !!!
Quant à nos petits marquis , ils ont leurs maîtres à penser, Finkielkraut pour les uns, BHL pour les autres.
Il y a un proverbe français : on n’est jamais si bien servi que par soi-même.
Eux   en ont inventé un second : «  on n’est jamais si bien servi que par…les autres ! »  On voit le résultat !!!
Les intellectuels reconnus ( Christian Makarian, Michel Marian, Gaidz Minassian) développent des idées d’importation, puisque nous ne fabriquons pas nous-mêmes les idées..
Mooshegh
                                                *****
Je réadresse après le message de Marie-Reine, ceux de Jeanine Altounian et de Denis Donikian.
J’ai mis en destinataires visibles des personnalités qui pourraient au moins répondre à la supplique de Marie-Reine.
                                                *****
 Cher Mooshegh,

De ma petite voix je peux te dire que je suis, comme toujours, avec toi. Comme toi je m'indigne dans mon coin, en vain.
Je voudrais savoir pourquoi, nous, les franco-arméniens, nous ne parlons pas d'une seule voix, pourquoi nous n'avons pas la ou les personnes qui traduisent haut et fort ce que nous ressentons au fond de nous; où est cette voix qui s'insurge après chaque attaque et qui répond à chaque humiliation, qu'elle vienne de Turquie ou d'ailleurs.
Nos deux co-présidents du CCAF qui ont été choisis pour nous et malgré nous, qui sont-ils et que font-ils à part prendre la parole et la donner lors de rendez-vous traditionnels, ou s'asseoir autour d'une table de banquet officiel ?
Puisqu'ils sont censés nous représenter, nous la communauté arménienne de France, pourquoi ne viennent-ils pas à notre rencontre, dans nos villes et villages de province ? Nous aimerions nous aussi faire entendre notre voix et leur dire ce que nous attendons d'eux, hors des sphères officielles.
Je représente une petite association franco-arménienne du Vaucluse, AREV en Sud-Luberon, et je suis aussi exaspérée que d'autres de l'immobilisme ambiant, dont tu parles si bien; je suis aussi exaspérée de ma passivité forcée, parce que je ne sais pas quoi faire ni vers qui me tourner.
Sommes-nous voués à n'être que ce pion qu'on déplace au gré des envies et des intérêts des puissances ?
Comment se fait-il que nous ne parvenions pas à faire savoir au monde combien il est grave de laisser impuni et de surcroît nié, un crime contre l'humanité tel que celui qui a été commis contre les arméniens ? un crime qui a engendré d'autres crimes.
J'attends que les choses changent et que les hommes changent !

Marie-Reine HAIRABIAN
                                                *****
Le 13 janv. 2014 à 12:52, Denis Donikian a écrit :

Je ne voulais pas me mêler de ça, mais je trouve que notre tragédie est assez comique. Nous en sommes arrivés en diaspora là où est arrivée l'Arménie. Pardon de jouer les Cassandre, mais je ne vois rien d'autre à dire. La fuite des Arméniens d'Arménie et le désintérêt de plus en plus grand que nous constatons au sein de la jeunesse arménienne concernant notre cause et notre identité, mais je dirais notre survie en tant que nation, sont le résultat d'un manque total de confiance envers ceux qui ont pris le pouvoir pour nous diriger et aussi nous représenter.
De fait, on se demande pourquoi on critique l'immobilisme de nos dirigeants par rapport à ce qui se passe en Arménie. Comment des représentants illégitimes de la diaspora pourraenit critiquer des représentants illégitimes de l'Arménie ? Les choses sont d'autant plus floues qu'on est en droit de penser les yeux fermés que certains membres  de la diaspora travaillent en sous-main pour le pouvoir en place en Arménie.
Seulement, je n'irai pas jusqu'à critiquer nos représentants d'une manière aussi systématique. Car les Arméniens ont les représentants qu'ils méritent et les représentants qu'ils "peuvent" si je puis dire. Eh oui. Ceux qui hurlent contre eux devraient avoir la modestie de réaliser que ces représentants ont au moins le mérite de se consacrer 24 h sur 24 à la cause arménienne, quitte à y perdre leur âme et à se faire insulter par ceux qui ont le temps aussi de vaquer à leurs affaires "françaises", ordinaires ou commerciales. Pour exemple, même si je ne partage pas les principes d'Ara Toranian, on doit lui reconnaître qu'il fait partie de ces  rares  personnes qui ont fait plus que toute autre pour la défense de nos intérêts, devant souvent ménager la chèvre démocratique et le chou dachnak, tant bien que mal, et souvent plus mal que bien. Alors qu'on me donne un nom pour le remplacer. Qui osera faire des sacrifices autant que lui ?

JE SUIS TOUT À FAIT D'ACCORD SUR CE QUI PRÉCÈDE

Je ne vois personne. Et s'il n'y a personne, c'est bien que nous le méritons et que notre défense de la cause pour la survie du peuple arménien sur ses terres actuelles sera et restera toujours du gardgan, du recousu. ( Pour être clair, je signale qu'à la suite d'un désaccord, je me suis désabonné de NAMagazine).
Quant à établir un système démocratique en diaspora, je n'y crois pas car les efforts sont immenses, et les obstacles sont en nous.
Cela dit, nos représentants jouent gros, car aujourd'hui que dit-on de la diaspora en Arménie ? Qu'elle est inerte. Et dès qu'Aznavour se met à parler, il donne l'impression d'être notre voix. J'ai toujours dit qu'il fallait peser sur le pouvoir arménien, car aujourd'hui nos responsables qui soi-disant voient plus loin que la populace ont failli gravement. L'Arménie se perd, l'arménité devient du communautarisme, nous ne sommes même pas européens. Nous utilisons l'Europe a des fins strictement nationales, et c'est une faute. Pourquoi ? Nous nous en rendrons compte en 2015. Nous verrons si les Français nous suivent...
Enfin deux idées qui sont de l'ordre du possible pour 2015 :
En Arménie : baptiser des rues portant des noms de justes turcs. Ca c'est européen.
A Paris intra muros , créer un centre culturel axé sur le génocide arménien comme celui de Dzidzernakapert ou celui de la Shoa. Faire de la pédagogie. Afin que ce lieu se visite par les étrangers. Ca aussi c'est européen.
Enfin se chercher un humoriste qui voudrait bien faire avec le génocide arménien ce que Dieudonné a fait avec la Shoa. Ca doit bien se trouver, mrdr ! Ca c'est de l'humour.

Denis
                                                           *****
MON APPEL - 13 janvier 2024

NOUS N’EXISTONS PAS COLLECTIVEMENT
Il était – il est – de NOTRE responsabilité de faire BOUGER les structures, les mentalités. Au moins DIRE haut et fort ce qui est INACCEPTABLE, ce que nous n’acceptons pas.
Au lieu de cela, chacun se réfugie dans sa «  niche » , sans se préoccuper du COLLECTIF arménien en France qui est à l’abandon.
Résultat , notre influence = ZERO.
Que les bonnes volontés prennent enfin conscience de cette situation !!!
Par exemple nous sommes inaudibles sur la Syrie, Dieudonné, la Turquie, la question du  communautarisme.
Au lieu de cela, ce pauvre CCAF se fend de communiqués et manifs alibis.
Bien sûr, Franck Mourad ( par nature) et  Ara Toranian refusent tout débat sur le bilan  de la campagne loi anti négationnisme.  Toranian m’expliquait avec aplomb que pendant la «  bataille » tout le monde devait être sur le pont et que viendrait le temps des « mises en accusation ».
Apparemment, ce n’est toujours pas le moment du débat. Voilà la démocratie diasporique !!!
Ils sont dans la fuite en avant, dans l’activisme, sans idées, sans programme ni objectifs. Ils ont été trop contents d’abandonner le projet de CFA : l’idée même d’avoir à rendre des comptes leur fait horreur. Ils voudraient bien d’un Centre franco-arménien vidé définitivement de toute substance arménienne mais sans le contrôle démocratique des électeurs de la diaspora.
Alors….Alors on prépare fébrilement le 24 avril…..2015 !!! On va voir ce qu’on va voir !!!!
Que toutes les bonnes volontés se lèvent enfin et CRIENT d’une même voix que tout ça n’est plus possible.
Des Associations  courageuses, des personnalités d’excellence existent. Qu’elles se PARLENT et qu’elles s’expriment d’une même voix !!!
Je m’adresse plus particulièrement aux compatriotes de ma génération : avons-nous le droit de transmettre aux générations suivantes une communauté dans un tel état de délabrement avec un système féodal qui gère l’immobilisme ?
L’immobilisme c’est la mort.

Mooshegh . Monteux le 11/01/2014

                                                               *****
 Voici les réponses qui me sont parvenues à ce jour.

De Hratch Bedrossian :

Le responsable et coupable de tout ça est avant tout Govciyan de qui TOUT LE MONDE a peur en raison de ses accointances, point barre!!!! Et c'est ce type qui parle au nom des 500000 Arméniens de France???  Un conseiller officiel de Hranoish Hakobian membre d'un gouvernement qui met par terre l'Arménie et nos communautés???
 Il a mis par terre l'Ugab dont il s'est servi pour grimper, les anciens le savent mais se taisent, plus aucune manigestation culturelle!!!
 De Nice à Paris il ne se passe presque plus rien, et pour ce qui est du débat contradictoire si nécessaire, que dalle au nom du consensus...
 Il a été nommé coordinateur des actions pour 2015 on ne sait pas à quel titre, alors qu'il a passé son temps depuis plus de 10 ans à dresser Arméniens et Turcs de France les uns contre les autres pour finir par dire en avril 2013 qu'il n'était plus pour la pénalisation de la négation mais pour la démocratisation de la Turquie vu qu'il aimerait bien y ouvrir, dans cet affreux pays selon lui, un bureau de l'Ugab...
 Il faut vous réveiller un peu les gars, et le mensuel de Toranian est devenu celui de l'Ugab...
 Vous en attendez quoi???
                                                             *****
 De Antoine Bagdikian :

Bonjour cher Mooshegh,

Je n'ai pas l'honneur de te connaitre (on dit "tu" à ce qu'on aime disait Prévert).
Je suis Antoine Bagdikian, président de l'Association Nationale des Anciens Combattants et Résistants Arméniens  et de son émanation l'Institut arménien de France.
Je te rejoins totalement dans ton analyse concernant la médiocrité de "nos instances dirigeantes" et je suis le seul  - hélas - à avoir réagi lors des dernières élections du CCAF en votant contre.
En effet, je n'ai pas du tout apprécié que ceux qui inventent le CFA ,un projet incompréhensible basé sur "une démocratie totale " ne soit même pas capable de respecter ne serait ce qu'un simulacre de démocratie au CCAF. Les dernières élections sont illégales : pas de publicité pour l'appel aux candidats (président, trésorier, etc..), pas d'envoi de programme, pas d'envoi de rapport des présidents sortants et du trésorier, pas d'envoi de procuration ...

Ces messieurs se sont auto-reconduit !!! Voilà  la démocratie !

Tu as raison de t'indigner et il faudrait réagir . Je suis à Versailles et notre association prépare les cérémonies de 2014 et 2015 dont je vais t'envoyer le programme.
Où se trouve Monteux ?

Je suis un des fondateurs du "Comité du 24 avril" et de son successeur le CCAF mais on a atteint , comme tu le dis si bien , le sommet de l'immobilisme.
J'ai fait des demandes écrites pour créer des commissions de travail car "La Loi" qui intéressent tant Mourad et Ara ne peut pas être le seul but de toutes les associations. Que ces 2 messieurs s'y consacrent mais ne bloquent  pas tous les autres chantiers. C'est pourtant ce qui se passe.
On en reparle car je vais à la manifestation de soutien aux 3 femmes kurdes assassinées.

Cordialement
                                                      *****
 De Robert Aydabirian :

Chers amis,

Je corrige juste un lapsus dans mon mail personnel adressé à notre cher Mooshegh qui vous l'a peut-être relayé par inadvertance. "La relève politique sera-t-elle différente ? Espérons que non". Il fallait bien sûr comprendre, espérons que OUI.

Et interpellé et ému par son "CRI" je réponds :

Cher Mooshegh,

...Ton appel aux anciens, aux sages, aux démocrates ne sera entendu et suivi que si on pouvait en formuler les objectifs. Être contre l'existant ne suffit pas, il faut dire ce que l'on veut. L'initiative, malheureusement avortée, de création d'un CFA élu aurait apporté plus de démocratie et de légitimité. Il aurait permis de confronter idées et programmes et offert l'occasion de mobiliser ceux qui, aspirant au changement, ne se reconnaissent pas dans les  structures actuelles.
N'empêche qu'ici comme dans l'État, l'Église, les Partis, les institutions en déshérence, les changements ne sortiront, je pense, que des situations de crises aiguës où s''impliquera la jeunesse. Celle-ci sollicitera, peut-être, la génération antérieure pour profiter un peu de son expérience et éviter de tomber dans les travers que nous avons vécu.
Ceci étant dit, nous sommes un certain nombre qui continue à réfléchir et à agir utilement pour accroitre l'influence et l'image de notre communauté. Pas facile mais possible, quand la pensée précède l'action.
Cordialement
                                                      *****
De Annick Vaudlet :
Bravo Michel !!!
                                                       *****
 Un grand MERCI aux Amis qui ont pris la peine de me répondre. Le débat DOIT CONTINUER ici ou ailleurs, dans vos réseaux respectifs. Le CCAF va-t-il prendre l’initiative de créer un espace de libre parole ? Je n’y crois plus. J’attends cela depuis trop longtemps, et à mes multiples sollicitations on ne répond que par un silence méprisant. Silence dans les rangs !! Quand j’ai téléphoné à Mourad Papazian après l’épisode de l’élection présidentielle ( «  François, pour nous c’est toi !!! ») pour lui demander de démissionner pour cause de conflit d’intérêt multiple ( 3 casquettes : chef du Dashnaktsoutioun Europe, propagandiste de Hollande, co-président du CCAF), il m’a répondu : qui tu es toi !!!!!!
Pour ces petits marquis nous ne sommes rien, et si nous ne sommes pas de leur clan, nous sommes encore moins que rien.
N’est-il pas temps de leur montrer que NOUS EXISTONS ???
Je vous en supplie, si vous pensez que ce sont de vraies questions, prenez-les à bras le corps,  portez-les, imposez la démocratie !!!
Si une fois de plus le féodalisme arménien devait réussir à éluder le débat comme il sait si bien le faire, alors cet appel sera le dernier, ce sera mon chant du cygne, ma petite mort diasporique.
Au lieu de souffrir dans mon coin, je ferai comme tant d’autres avant moi : je voterai avec mes pieds.

Mooshegh…Monteux le 13/01/2014


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar