mardi 23 décembre 2014

La triple croix est née - L'Ile cachée - Nikos Lygeros

La triple croix est née

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

La triple croix est née
de la nécessité
de voir ensemble
la triade des génocides
avec le symbole
du Christianisme
puisque c’était la cause
et le motif
pour les barbares
d’essayer
de génocider
les innocents
ainsi de quelque côté
que tu regardes
tu vois toujours
la Croix
du Christ.

**********
L'île cachée

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

L’île cachée
avait vécu plusieurs
des siècles ici
mais rares étaient
ceux qui lui prêtaient
une grande attention
parce qu'ils ne connaissaient pas
ses secrets
son rôle
dans la Révolution
et la préparation de
notre patrie
pour se libérer
des barbares
pourtant là-bas
il existe encore
l’église
avec les peintures
qui n’a absolument rien
oublié.

lundi 22 décembre 2014

L'essence de la réalité - Si tu es juste - Au début, les enfants - Nikos Lygeros

L'essence de la réalité

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

L'essence de la réalité
est l'histoire
qui n’enregistre pas
tous les phénomènes
mais seulement les faits
qui créent
les ramifications
dans le Temps polycyclique
de l’Humanité
parce que sur elles
se construit efficacement
la chronostratégie
puisqu’elle édifie
via la théorie des liens 
les schémas mentaux
qui préparent
la mémoire de l’avenir
pour les missions temporelles.

*****
Si tu es juste

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Si tu es juste
et que tu vis dans le cadre
de la polycyclicité
dans le champ
de la vacuité
dans le champ d'action
de l’Humanité
et dans le champ de bataille
contre la barbarie
alors tu es résistant
parce que même si tu es
sans armure
tout ton corps 
ne fait plus qu’un
avec ta mission
parce que ton ontologie
est seulement et seulement
la téléologie
à cause de la nécessité.

*****
Au début, les enfants

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Au début, les enfants
font ce qu’ils peuvent
mais apprennent petit à petit 
à réaliser ces choses
qu’ils ne peuvent pas
et via l'enseignement
par l’exemple
du Maître vivant
des morts
et de leurs livres
l'enfant devient
un nouveau disciple
qui réussit désormais
à faire ce qu'il ne peut pas
pour aider
l'aide
qui aime
l’Humanité
en raison de la nécessité
du Temps.


dimanche 21 décembre 2014

"La vérité engendre la beauté" - Nikos Lygeros

La vérité engendre la beauté
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

La vérité engendre la beauté 
en raison de la nécessité
pour l’évolution 
que nous n’oubliions 
absolument rien 
et mesurions 
les moyens 
dans les capacités 
qui transforment 
le monde entier
parce qu’elles créent 
à travers l’impensable 
l'inconcevable 
et le futur 
qui vit à partir de cet instant 
devient un noeud
pour sauver
l’Humanité 
de ses oublis. 

Vidéo - Ave Maria (Gounod)


Ave Maria
(Gounod)
bande son karaoké
chant Dzovinar

samedi 20 décembre 2014

"Quand Socrate t'a piqué" et "600 ans" - Nikos Lygeros

Quand Socrate t'a piqué

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Quand Socrate t’a piqué
tu as eu mal à l’épaule 
et tu n’as pas compris pourquoi,
pour l'avenir de l'histoire
cet acte et non le mouvement
est le changement de phase
car tu n’as pas rencontré
le Petit Prince dans le désert
et tu n’as pas su que depuis
il avait commencé l’oeuvre
comme tu pensais que toi aussi
tu existais seul
en raison de l’illusion
et de l’étroitesse
de l’imagination
puisque l’intelligence
n’a rien pu voir
de l'avenir
et de la nécessité
de l’Humanité.

*****

600 ans

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras


Les espagnols
ont eu besoin de
600 ans
pour s’affranchir
et vivre
libres
et toi
tu n’as pas compté
que depuis 1453
nous n’avons pas encore
atteint la même longueur
de supercordes temporelles
mais tu continues
à croire
qu'absolument rien
ne se passe
pour changer
la situation
alors que la seule chose
à faire
est de changer
ton esprit
pour y arriver.

*****

jeudi 18 décembre 2014

La fête de Noël - par Jacqueline-Siranouche Markarian

Noël, Fête de la Nativité, ses traditions et les cultes Pré-chrétiens


Peinture - La Nativité - Rembrandt, Adoration des bergers, 1646.
La fête de Noël constitue en premier lieu une célébration de la vie et de l'innocence.
L'histoire de cet enfant né de façon humble, dans une étable, a un sens pour tout le monde.
Lorsque l'on se réunit en famille pour fêter Noël, en accordant une place particulière aux enfants
et en ouvrant sa maison à autrui, cela participe à l'esprit de Noël, que l'on soit croyant ou non.
Encore dans bien des famille, la tradition de préparer un couvert supplémentaire perdure à la
table du réveillon. Cette place est la "place du pauvre.
Ce couvert est prévu pour la personne connue ou inconnue qui viendrait frapper à la porte et
sera accueilli chaleureusement.

LES SATURNALES, FÊTES PAÏENNES avant la NAISSANCE DE JÉSUS
L'histoire des Dieux païens remontent a des milliers d'années avant qu'il n'y ait un homme appelé JÉSUS.
Avant le christianisme, les fêtes païennes étaient nombreuses autour de la date du 25 décembre.
Les plus connues étaient les Saturnales, célébrées à Rome, du 17 au 24 décembre.
Elles célébraient le règne de Saturne ; Dieu des semailles, de l’agriculture et celle du
SOLSTICE D'HIVER, période la plus sombre de l’année, mais aussi la promesse de jours qui allaient s'allonger.
Pendant ces journées de fêtes païennes, familles, amis banquetaient.
La maison était ornée de végétation, de guirlandes, on s’offrait
des chandelles de cire, des figurines de pain ou de terre cuite, des pièces de monnaie …..
Lors d’un banquet, était désigné "roi de la fête" celui qui avait trouvé la fève dans le gâteau ;  
On note bien sûr ici  la fusion de cette fête avec celle chrétiennes,
symbolisant Les Rois Mages, qui devint la "GALETTE DES ROIS".

Il faut noter que "très peu de temps" séparent les fêtes païennes d'avant la Nativité et l'ère
chrétienne, et que dans la nuit des traditions, on retrouve les éléments de similitude comme
toute évolution au cours des temps.

DATE de NAISSANCE DE JÉSUS
Malgré l'influence croissante de l'église et de ses disciples, les rites liturgiques chrétiens ne
parvenaient pas à s'imposer face aux festivités païennes des Saturnales ; cette fête très
populaire retarda considérablement la propagation du christianisme.
Le début de l’ère chrétienne a été fixé à la naissance de Jésus, c’est à dire que l’année 1
du calendrier chrétien correspondant à la naissance supposée du Christ :
on l’appelle l’Anno Domini (An du Seigneur).
Or, les historiens actuels situent en fait sa naissance quelques années avant notre ère !
Cela parait paradoxal que Jésus soit né « avant Jésus Christ » !
En voici l'histoire :
Cela est dû au fait que sa naissance a été déterminée par le moine Denys le Petit au VIè s.
en se basant sur des travaux précédents, pas très exacts et souvent partiaux. C'est ainsi
que Le calendrier chrétien a été fixé avec cette date pour point de départ.
Cependant, l’année de naissance de Jésus n’est pas précisément connue.
Les évangiles de Matthieu et Luc la situent sous Hérode Ier le Grand, 4 ans avant notre ère.
-Pour enrayer le culte païen, Au IVème siècle, (en 354), le Pape Liberius, institue la célébration
de la naissance du Christ, le 25 décembre afin de la faire coïncider avec le Sol Invictus,
une fête romaine.
Il s’agissait surtout pour l’Église de fixer un symbole pour débuter l’ère chrétienne,
l’inexactitude était alors moins préoccupante.
La célébration de Noël se résumait alors à la messe de la nativité.

LES SYMBOLES de NOËL

Le mot "Noël" (Étymologie)
Le mot Noël est attesté, écrit dès 1112 sous la forme Noël (chez Philippe de Thaon),
et conjointement, au XIIe siècle, on note la variante Nael dans le voyage de St Brendan en 1120.
Issu de l'adjectif latin natalis signifiant «de naissance, relatif à la naissance»
d'abord devenu nadal (cf. occitan Nadau, Nadal, catalan Nadal « Noël »), ensuite nathal, puis naal,
c'est bien "natalis" qui constitue l'origine ultime du terme Noël.

Le sapin

Alors que nous avons tendance à considérer le sapin de Noël comme un symbole païen, il est
souhaitable de prendre conscience des aspects chrétiens de l’arbre de Noël illuminé :
le Christ nous apporte la vie et éclaire notre existence.
La coutume du sapin de Noël résulte de la combinaison de deux symboles chrétiens du
Moyen-Age : la lumière de Noël et l’arbre du Paradis.

Environ 1200 avant JC, on parlait déjà du sapin (L'arbre de l'enfantement), le 24 décembre,
solstice d’hiver. La symbolique du sapin, arbre toujours vert, signe de vitalité, est très ancienne.
Les branches de cet arbre ornaient les demeures au moment du Solstice d'hiver.
Les celtes avaient adopté un calendrier basé sur les cycles lunaires.
A chaque mois lunaire était associé un arbre, et l'épicéa fut celui du 24 décembre.
Cet arbre symbole de vie était décoré avec des fruits, des fleurs et du blé.
Dès le XIe siècle, des sapins seront installés pour Noël sous le porche et dans les églises.

L’Etoile

Au sommet du sapin,  l’étoile de Bethléem qui guida les rois mages jusqu’à l’étable où naquit l’enfant Jésus.

Les boules de Noël  -
Avant que le sapin soit devenue une coutume, les pauvres accrochaient des pommes sur
un arbre, le symbole du péché originel ;
La pomme du Jardin d’Eden, présente dans l’Ancien Testament.

Les guirlandes :

Elles existaient sur les monuments gréco-romains et symbolisaient l'abondance et la célébration

Les fils argentes ou cheveux d'anges :
Songe de Joseph
Gaetano Gandolfi,1790Songe de Joseph Gaetano Gandolfi,1790
Les fils argentés, sont les cheveux d'ange et représentent un symbole protecteur.
Les anges ainsi que l’Archange Gabriel occupent une place privilégiée dans
le temps de Noël. C’est encore grâce aux anges que les bergers furent avertis pour se
rendre à Bethléem : « Vous y trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une crèche »
C'est aussi un Ange du Seigneur qui apparaîtra en songe à Joseph afin qu’il se rende d’abord en Égypte.

Les cadeaux  : Les cadeaux sont la représentation symbolique des présents offerts par les
Rois Mages à Jésus qui furent la mire, l’or et l’encens.
Les présents sont également le rappel qu’à Noël,
"par l’intermédiaire de son fils Jésus, Dieu s’est offert à nous tous".
Saint Nicolas, (cité plus bas), Patron des écoliers et des enfants, offraient également
les 6 décembre des friandises aux enfants.

La crèche

Le mot "crèche" désigne une mangeoire pour les animaux.
Selon l’évangile de Luc (2/7), Marie a déposé l’enfant Jésus dans la crèche de l’étable
où Joseph et elle avaient trouvé refuge.
Par extension, le mot crèche désigne l’étable ou la grotte ou est né Jésus.
La crèche, reproduction de l’étable, est apparue en Italie au XV e siècle.
Les personnages sont ceux qui figurent dans les évangiles :
Marie, Joseph, l’enfant Jésus, les bergers avec leurs moutons.
La tradition, à la suite de l’évangile apocryphe du Pseudo-Matthieu (6e ou 7e siècle),
y a ajouté l’âne et le bœuf. Au moment de l’Épiphanie, on y introduit les Rois mages.
Les crèches d’église se répandent au XVI e et les crèches familiales au XVIII e.
Au XIX e et XX e siècle, les santons de Provence sont venus enrichir le nombre des
personnages traditionnels.
La crèche nous aide à vivre le sens de la fête de Noël en nous montrant que Dieu a pris
notre condition humaine et comment à voulu naître le fils de Dieu.
La crèche peut être l’occasion de prier en famille pendant le temps de Noël,
de passer dans une église avec les enfants pour voir la crèche et se recueillir devant elle.
Sans hésitation, le vrai signe de Noël, c'est la crèche !

La couronne de l'Avent
Les premières couronnes de l’Avent sont apparues au nord de l’Allemagne au 16 ème siècle,
pour préparer les chrétiens à la fête de Noël qui allait venir dans quatre semaines.
Cette couronne est faite de branchages de pin, arbre toujours vert, pour signifier la vie.
On peut ajouter aux branches du sapin  du houx symbolisant la couronne d’épines.
La couronne est nouée par un ruban rouge et ornée de pommes de pins.

Les quatre bougies de l'Avent
Les quatre bougies allumées sont le symbole de la lumière de Noël qui approche et qui apporte l’espoir et la paix.
Chaque dimanche de l’Avent, on en allume une de plus. Plus la fête approche, plus il y a de lumière.
Ces bougies symbolisent les grandes étapes du salut avant la venue du Messie.
- La première est le symbole du pardon accordé à Adam et Ève
- La deuxième est le symbole de la foi d’Abraham et des patriarches qui croient au don de la terre promise
- La troisième est le symbole de la joie de David dont la lignée ne s’arrêtera pas. Elle témoigne de l’alliance avec Dieu
- La quatrième est le symbole de l’enseignement des prophètes qui annoncent un règne de justice et de paix

La buche de Noël
La véritable bûche de Noël, est un énorme bois que l'on fait brûler à l’occasion de Noël.
Comme de nombreuses coutumes, la bûche de noël tire très probablement ses origines
liés à la célébration du solstice d'hiver, à l'approche de la période la plus rude de l'hiver.
Pendant plusieurs siècles, la coutume, lors de la veillée de Noël, était de faire brûler dans la
cheminée une grosse bûche qui devait se consumer très lentement durant au moins trois jours
et si possible et dans l'idéal jusqu'à l’Épiphanie !
Autour de l'âtreAutour de l'âtre
C'était l'occasion de réunir autour de l’âtre enfants, parents, grands-parents, et domestiques.
L'évolution des moyens de chauffage et la disparition des grandes cheminées mettra
progressivement fin à la coutume.
Selon les régions, les traditions variaient,
-lors de l'allumage, la bûche était bénie avec une branche de buis gardée depuis la fête des Rameaux.
-un feu avec beaucoup d'étincelles était la promesse de bonnes moissons pour l'été suivant.
-on conservait les cendres afin de préserver la maison de la foudre voire soigner certaines maladies.

Aujourd'hui, La buche de Noël sous forme de dessert de Noël a remplacé la tradition.....

Elle se présente sur la table de Noël sous la forme d'une bûche,
réalisée à base de crème au beurre pour la plus grande joie des gourmands !


LE PÈRE NOËL !!!      ........    LE VOICI L'USURPATEUR !
Le Père NoëlLe Père Noël
inspiré par le personnage réel de l’évêque Saint Nicolas
Il aura fallu attendre 1931 ... et Coca Cola !


SAINT NICOLAS
C’est l’évêque St Nicolas (qui lui était réel !) qui a inspiré l’image du père Noël. St Nicolas, qui était fêté le 6 décembre, était représenté avec une longue barbe blanche et un costume rouge. Il voyageait dans un traîneau tiré par des rênes et apportait des cadeaux aux enfants. Mais il était accompagne du " père fouettard" pour "les enfants qui n'étaient pas sages !"
La Saint-Nicolas est toujours une fête traditionnelle dans plusieurs pays européens du Nord et de l'Est, mettant en scène Saint Nicolas reconnu comme Saint Patron. et partout le protecteur des enfants . Encore présent sous la forme de Saint Nicolas dans le nord et le nord-est de la France et en Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne « où il distribue des cadeaux à tous les enfants sages, la nuit du 5 au 6 décembre »
Saint NicolasSaint Nicolas

Histoire du Père Noël
Le Père Noël a incontestablement pour origine Saint Nicolas. On retrouve dans sa représentation toute la symbolique de St Nicolas (barbe blanche, manteau rouge...).
Malgré la réforme protestante du XVIe siècle qui supprima la fête de St Nicolas dans des pays d'Europe. Les Hollandais gardèrent leur Sinter Klaas (nom hollandais pour Saint Nicolas) et sa distribution de jouets.
Lorsqu'ils s'installèrent aux États-Unis, Sinter Klass devint Santa Claus. Santa Claus subit des transformations vestimentaires et culturelles pour se transformer en un Père Noël plus convivial.
La firme Américaine a eu le génie de demander à Haddon SUNDBLOM de dessiner ce vieux bonhomme (dont la renommée grandissait là-bas) en train de boire du Coca Cola pour reprendre des forces pendant la distribution de jouets. Ainsi les enfants seraient incités à en boire durant l'hiver....
Le dessinateur l'habilla aux couleurs de la célèbre bouteille de Coca Cola : rouge et blanc. Ce nouveau look et la renommée que lui valut la publicité, firent du vieux bonhomme le maître planétaire de la nuit magique, le Père Noël.

La popularité du Père Noël, qui a contribué "à laïciser la fête de Noël", a suscité un mouvement de protestation de la part des Chrétiens.
Certaines manifestations allèrent même jusqu’à brûler l’effigie du Père Noël.
En effet la nuit du 24 au 25 décembre est celle de l’enfant Jésus qui lui aussi donnait des cadeaux aux enfants. Actuellement très peu de parents chrétiens disent à leurs enfants que c’est Jésus qui apporte les cadeaux.

De nos jours...
Des millions personnes sont tout simplement lassées ou choquées par le mercantilisme déraisonnable, associé à la Fête de Noël.
Noël est devenu aujourd’hui une activité commerciale, particulièrement aux Etats-Unis, au Canada et en Europe !
Les ventes de Noël représentent une part très importante des marges bénéficiaires annuelles du commerce.
C’est pourquoi, dès le début du mois de novembre, les mélodies traditionnelles de Noël retentissent dans les centres commerciaux....
...................

Mais nous aimons Noël, Fête de la Nativité, les jeunes et les moins jeunes,
LA FÊTE de NOËL, ne reste-t-elle pas la plus belle, la plus tendre dans nos cœurs d'enfant....





Jacqueline-Siranouche Markarian,
le 18 décembre 2014

Extraits/Sources :
http://qe.catholique.org/…/9644-la-couronne-de-l-avent-le-s…
http://www.noel-vert.com/pere-noel.php
http://fr.wikipedia.org/wiki/Saint-Nicolas
http://axiomcafe.fr/pourquoi-le-sapin-de-noel
http://temps.over-blog.org/article-noel-fete-chretienne-sui
http://www.ac-grenoble.fr/…/gaud.bourg-les-valence/spip.php…
http://compilhistoire.pagesperso-orange.fr/noelepiphanie.ht
http://www.buche-de-noel.info/origine-buche-de-noel.htm
http://www.anecdote-du-jour.com/jesus-est-ne-vers-l-an-7-o…/
http://fr.wikipedia.org/wiki/No%C3%ABl
Jan Gisel (intr., trad.), Évangile de l'Enfance du Pseudo-Matthieu, dans Écrits apocryphes chrétiens, t. 1

mercredi 17 décembre 2014

Petite ENCYCLOPEDIE du GENOCIDE ARMENIEN - Denis Donikian

Nous sommes heureux de vous

 annoncer la parution prochaine de

La Petite ENCYCLOPEDIE du

 GENOCIDE ARMENIEN


 aux Editions SIGEST en mars 2015.


Livre essentiel car s’y trouve

 l’essentiel du génocide des

  Arméniens.


A lire, offrir, transmettre à ses 

enfants, remettre aux journalistes

 et aux députés.


*


Chapitre I : Période hamidienne


Chapitre II : Période ittihadienne


Chapitre III : Période kémalienne


Chapitre IV : Période négationniste


Chapitre V : Mécanismes du 

meurtre de masse


*


 Ouvrage de 500 pages 

agrémentées de multiples 

photographies,


accompagné d’un CD comprenant

 environ 800 cartes postales et 

photos d’époque


relatives à la presse,


aux villes et villages où vivaient des

 Arméniens ,


et au génocide lui-même,


grâce à la collection exceptionnelle

 de


Robert Tafankejian.


Pour souscrire à des conditions

 avantageuses


avant le 28 février 2015


voir ICI



http://editions.sigest.net/page000

10167.html

mardi 16 décembre 2014

Notre musique - Pour partager - Le son - Le metteur en scène - de N. Lygeros


Notre musique
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Notre musique
est la production d’une oeuvre
dans le silence
pour que ne l’emporte pas
le bruit insipide
de l'oubli social
qui ne sait plus 
que l'humanité
est une valeur
que tu ne peux 
transgresser
sans pâtir
du glaive de la justice
même lorsque
les autorités du pouvoir
te donnent à tort
la sensation terrifiante
que tu peux seul
commettre un génocide
sans avoir à payer.

*****
Pour partager
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Pour partager
ton silence
tu as besoin
de musique
et si tu n’as pas oublié
l’esprit
de Byzance
alors tu penseras
que nos sons
ont été créés
depuis des siècles
et même maintenant
ils nous suivent
autant que nous les suivons
pour éclairer
le chemin
sur lequel les gens
s’avanceront
pour voir la vérité
et trouver la beauté
qui sauvera le monde.

*****
Le son
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Le son
est mémoire
et bruit
l’oubli
ainsi la musique
aide
notre esprit
à voir
la lumière
du silence
sans se perdre
pour que se réjouisse
notre âme
et puis notre pensée
ravie
lorsque se concrétise
l’oeuvre
qui unit
les notes
pour créer
une composition.

*****
Le metteur en scène
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Le metteur en scène
est partout
sans être
nulle part
parce que son oeuvre
est holistique
et non topique,
qu’elle ressemble
au cinéma
qui touche
la gamme complète
des possibilités
pour mettre en œuvre
efficacement
la vision
qui change les vies
parce qu'il crée
l’avenir
de l’humanité
au-delà des limites
de la société.

*****