mardi 6 janvier 2015

Ces liens que rien ne peut détruire

Tissés depuis le jour de notre naissance
ces liens d'amour
que rien n'a pu détruire
nous ont enchaîné l'un à l'autre 
pour toute notre vie

Quand tu ignorais encore que t'attendaient des jours heureux
avant l'année du bonheur : 1990 ...




Que d'errance, de souffrance, avant ...

Mais toujours, si vibrante 
ton affection ...
infini
 ton amour





















quand la vie, enfin, t'apporta son plus beau cadeau ...
Vous étiez deux ... et maintenant, trois ...















 et puis ... 2001









et même si, cruelle, la vie nous a privés de toi,
désormais, je vogue toujours avec toi mon arparig. 


2 commentaires:

  1. Ton billet est très émouvant.
    Belle Théophanie Dzovinar.
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
  2. Merci Mireille. J'espère que tu as passé de joyeuses fêtes et que tu es entrée d'un coeur léger dans la nouvelle année . Puisse-t-elle t'offrir tous les bonheurs que tu en attends. Je t'embrasse très fort.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar