samedi 10 janvier 2015

Conflit arménien vu par Charb. ( Nouvelles d'Arménie Magazine)

6 commentaires:

  1. Bonjour Dzovinar. C'est le titre général de ta page qui me fait venir les larmes aux yeux aujourd'hui :
    "Dans un monde où régnerait l'harmonie".....
    Ces mots seraient-ils vains ? C'est trop triste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nul n'a le coeur à la joie en ces tristes jours, où je pense, comme toi, qu'hélas, le monde a bien du mal à accéder à l'harmonie.; qu'il en est bien loin. Malgré les efforts et les espoirs, l'horizon recule sans cesse. J'ai infiniment de peine pour les uns d'être victimes de croyances d'un autre temps, pour les autres, d'avoir cru en un idéal meurtrier. Je te serre sur mon cooeur..

      Supprimer
  2. Accéder à l'harmonie.....
    Je suis comme toi et Oxy, j'ai bien peur de ne jamais voir ça.
    Il y aura toujours des hommes et des femmes aussi (malheureusement et quoi qu'on en dise) qui assoiffés de pouvoir et de haine feront reculer cette harmonie.
    Mais il faut refuser de baisser les bras pour pouvoir apporter une petite pierre pour, tenter d'éviter que ne s'écroule cet édifice bien trop fragile.
    Ce dessin de Charb nous ramène cent ans en arrière et rien ne change.
    Gros bisous Dzovinar.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais répondu à ton commentaire sur "la photo de la semaine" - le voici à nouveau en raison d'informations qui demandent une réponse de ta part :

    "L'année commence bien mal -
    Mireille, où habites-tu ? Je serais à Nice le 17 janvier pour la soirée. Tu crois que l'on pourrait se voir ?. Si oui, dis-moi où t'écrire pour les précisions.(un e-mail ou un tél.)"

    Bisous ma Mireille

    RépondreSupprimer
  4. Un passage sur une note qui me va droit au cœur et qui déclenche chez moi une très grande émotions
    merci pour ton passage malgré ma longue absence
    douce journée en cette période tellement bousculée et difficile
    Christiane

    RépondreSupprimer
  5. Heureuse de te lire.
    Merci de ton passage - oui, nulle n'a le coeur à la joie, mais il faut continuer.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar