dimanche 15 février 2015

Horovel - (Komitas) - par Vahé Tilbian




L'âme en souffrance
d'un peuple délaissé
 transparaît sans cesse
à travers les chants mélancoliques 
qui bercent sa peine
accompagnent sa tristesse
et toujours
 La voix trop humaine 
 humblement
  transmet l'émotion
d'un passé
 qu'il ne peut oublier

Dzovinar

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar