vendredi 6 février 2015

Voyage, voyage ... (3) - Rhodes (Grèce)

 Rhodes au soleil levant




Le fameux Colosse de Rhodes, dédié à Hélios (le soleil), est lié à l'histoire du siège de la ville du même nom par Démétrios, en 305 av. J.C.
Il n'existe aucun document qui permette de situer l'emplacement de cette statue qui atteignait 31 mètres de haut et dont les diverses représentations sont purement imaginaires. 
Le voyageur français Rottiers avait émis l'hypothèse fantaisiste selon laquelle le colosse était situé à l'entrée du port de Mandraki. Chose tout a fait impossible ... 


Une des représentations du colosse de Rhodes ci-dessous :


Au sud-ouest de la ville, se dresse une haute colline dénommée Mont Smith, du nom d'un amiral britannique. C'est au sommet que se trouve l'Acropole de Rhodes. 





 C'était un ensemble de bâtiments cultuels (deux temples, ceux d'Apollon Pythien, et celui d'Athéna Polias et de Zeus Polieus, c'est-à-dire "qui  protègent la cité", un Artémision, un sanctuaire des Nymphes) et publics (odéion, stade, gymnase, bibliothèque, portique).



Le stade olympique  où les athlètes nus participaient aux jeux ; d'où l'interdiction faite aux femmes d'y assister. Une femme brava l'interdit en s'habillant en homme : une longue lignée se sa famille ayant remporté successivement des victoires, elle voulut voir son fils qui à son tour devait se produire. Découverte, elle eut la vie sauve (car le châtiment d'ordinaire pour ce crime était la mort ...) puisqu'elle était la mère d'un nouveau vainqueur ...   

*****
Rhodes est l'île principale du Dodécanèse (qui en compte douze). La ville se partage en trois secteurs différents : la ville ancienne, la ville médiévale et enfin, la ville moderne.

C'est essentiellement la cité médiévale qui suscite l'intérêt des touristes. Nous n'avons pas échappé à cette tendance, car il est vrai que son histoire est fascinante. Elle aussi se divise en trois quartiers, le quartier des chevaliers (français), le quartier turc et le quartier juif.

 Palais des Grands Maîtres des Chevaliers de Saint-Jean



Entrée en haut de la rue des Chevaliers 


La rue des Chevaliers

 Forteresse byzantine à l'origine, le palais a été agrandi et adapté par l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem au début du XIVe siècle. Partiellement détruit par un séisme en 1851 puis lors d'une explosion qui eut lieu en 1856, il a été  restauré par les Italiens en 1912 lors de l'occupation de Rhodes.
 Le Palais (forteresse) s'ordonne autour d'une cour intérieure dont les niches abritent des statues d'empereurs romains provenant des fouilles réalisées par les Italiens au début du XXe s. à l'Odéon de l'île de Cos.

Mais il recèle beaucoup d'autres trésors dont les mosaïques prélevées à l'île de Cos et entièrement reconstituées dans les grandes salles destinées aux réceptions :











 ET puis - car j'ai une vraie prédilection pour les mythes - le moulage de la magnifique statue de Laocoon, chef d'oeuvre de la sculpture rhodienne dont l'original se trouve au Vatican, à Rome.


Elle immortalise la mort du Troyen Laocoon et de ses fils, Antiphantes et Thymbraeus étranglés par des serpents de mer, représentant en même temps l'angoisse de l'être humain face aux forces incontrôlables de la nature.

Laocoon était le fils du roi Priam de Troie qui tenta d'avertir ses compatriotes troyens du danger que représentait le fameux cheval de Troie offert à la cité par les Grecs. 

"Equo ne credite, Teucri ! Quidquid id est, timeo Danaos et dona ferentes"
(Ne faites pas confiance au cheval, Troyens ! Quel qu'il soit. Je crains les Grecs et les cadeaux qu'ils apportent.)

Virgile
 (attribuant à Laocoon, dans L'Enéide , cette phrase célèbre)

Cet aperçu de Rhodes et de son histoire -  bien incomplets -
vous permettra peut-être de vous promener aussi
dans cette île dont la beauté n'a cessé de m'émerveiller : elle est verdoyante, grâce à son climat propice aux plantations d'essences rares réalisées par les italiens ;  les rues de certains quartiers sont bordées d'agréables résidences, et d'autres ont le charme désuet du passé, ce que je recherche pour ma part. 
Καλώς ήλθατε στη Ρόδο*
vous diront les Grecs

*Bienvenue à Rhodes ...      

2 commentaires:

  1. même sans colosse, rhodes , une visite virtuelle agréable...et les mosaïques sont magnifiques..!

    RépondreSupprimer
  2. Heureuse de te compter parmi les curieux du blog ! Oui, les mosaïques sont superbes - et Rhodes est un coin de paradis.
    Bonne fin de journée Elfi.
    Bisous

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar