jeudi 29 octobre 2015

Soleil vide -


Ce matin
j'ai assisté à ta naissance
disque radieux.
Une timide lueur sur la ville
s'élargissant doucement
a fait place, enfin
à l'astre du jour
rouge, sur le ciel orangé
teintant la mer
aussitôt
de nuances ocrées.
Oui, le soleil se lève à l'est chaque jour
créant chaque fois le même miracle
qui nous étonne et nous réjouit.
Alors nous t'avons prêté
 toutes sortes de pouvoirs ;
nous t'avons tout d'abord déifié
élevant des prières vers toi 
pour nous assurer tes bonnes grâces.
Pourtant
tu n'es qu'un astre parmi tous les autres
dans un univers qui nous surprend toujours
même si nous avons décrypté 
bien de ses mystères.
J'observe ce matin
avec un autre regard
le spectacle que tu offres ;
il est merveilleux
comme toujours
mais ta magie n'opère plus.
Tu n'es qu'un globe irradiant,
bouillonnant en ton centre,
nécessaire à notre survie.
Rien d'autre.
Ni sentiment, ni humanité
n'émanent de toi
puisque tu ne sais pas que tu existes,
que tu as un rôle à jouer.
Ton destin s'accomplit
jour après jour
dans l'espace
où t'a placé le hasard.
Ton action nous survivra
sans que rien ne vienne l'interrompre
peut-être.
Que de rêveries, que de leurres
tu as enfanté,
toi qui ignores ton existence.
Nous nous sommes épris de toi
comme on s'attache
à une âme généreuse
humaine
toi qui es vide de tout.

J'ai bu ma tasse de café,
grignoté une tartine de pain,
machinalement...
J'attends ma fille
qui se réveille doucement ;
elle ne va pas tarder à me rejoindre.
Elle,
 vivante, généreuse,
pétrie d'amour pour les siens
et plus encore.
Elle est la vraie vie
 et ma seule croyance.
Mon rayon de soleil.

Dzovinar



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar