jeudi 26 novembre 2015

Blog de Michel Cahu, un amoureux de notre beau pays - "Pourquoi l'Arménie ?"

Gueghard

Pourquoi l’Arménie ?

En juillet 2006, j’ai vu au cinéma « Le voyage en Arménie », de Robert Guédiguian.
Ce film m’a alors beaucoup ému. Ayant, par la suite, acheté le DVD, je l’ai visionné plusieurs fois. Il m’a fait découvrir un pays que je ne connaissais pas. J’ai appris qu’il était le berceau
de la chrétienté. Je retiens, entre autres, l’image d’une chapelle dans une cour d’immeubles, à Erevan, la capitale. Et surtout, ce survol de la montagne en hélicoptère. Yervanth, amoureux de son pays, explique à Anna :

« Quand il a fait la terre, Dieu, le deuxième jour si vous vous en souvenez, il l’a passée au tamis pour qu’elle soit bonne. C’est pour ça que vous avez de la bonne terre, vous les Français, de la terre à blé. Le travail terminé, il a fait comme tous les bons ouvriers, il a vidé le tamis. Mais il n’a pas fait attention. Les pierres qui étaient restées au fond, il les a jetées d’un coup. Elles sont toutes tombées au même endroit. Ici. C’est ça l’Arménie. Le pays des pierres. Le fond du tamis. »

Comment après cela ne pas avoir envie d’aller fouler le sol de l’Arménie et d’en savoir plus ?

Bienvenue en Arménie

Comment ne pas s’émerveiller devant toutes ces petites églises et monastères typiques de l’Arménie apostolique ? Par tous les trésors de cette culture millénaire ? Comment ne pas tomber sous le charme de ces décors montagneux, où les formes et les couleurs dessinent des images à vous couper le souffle ? Et au milieu de ces montagnes, le lac Sevan et ses eaux calmes et bleutées, l’agréable surprise !

Et puis surtout, il y a ces beaux visages arméniens, souvent empreints de mélancolie, mais tellement attachants. Ce peuple, ancré dans l’histoire, si souvent confronté aux malheurs, malmené, manifeste d’étonnantes capacités à vivre et à exister.

Zarouhie Gasparyan – Marc Girard : Chaleureuse Arménie (Ed. Publibook)

Les montagnes arméniennes renvoient l’écho de certains de nos grands mythes, du jardin d’Eden à l’Arche de Noé, dont les vestiges seraient toujours prisonniers des neiges de l’Ararat, montagne sacrée des Arméniens que les aléas de l’histoire ont située en Turquie, mais qui reste un élément majeur de la symbolique et du décor nationaux. Dans le dédale des hautes montagnes et des vallées profondes, autour de la mer intérieure qu’est le lac Sevan, d’innombrables églises et monastères témoignent d’une histoire et d’un patrimoine d’une richesse insoupçonnée et rappellent que l’Arménie fut le premier Etat chrétien, en l’an 301.

L’Arménie c’est aussi la rencontre avec un peuple d’une incroyable hospitalité. 
Tout en restant à l’écart des grands flux touristiques, l’Arménie n’est plus une destination confidentielle.
Arménie (petit futé)

En écrivant ces lignes, Michel Cahu rend un hommage empreint d'émotion à ce pays qui est le nôtre, Arméniens  d'ici et d'ailleurs. Cet amour fraternel qu'il éprouve s'exprime à travers des impressions, des regards, des émerveillements, que vous pourrez découvrir en continuant votre lecture sur  son blog  :  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar