vendredi 27 novembre 2015

Moi, Eric Ouzounian, père d’une victime, je n’irai pas aux Invalides

FRANCE
Moi, Eric Ouzounian, père d’une victime, je n’irai pas aux Invalides


Ma fille est morte au Bataclan le 13 Novembre, elle avait 17 ans.
Je n’irai pas à l’hommage qui sera rendu aux victimes à 10h30 aux Invalides parce que je considère que l’État et ses derniers dirigeants en date portent une lourde responsabilité dans ce qui s’est passé.
Une politique désastreuse a été menée par la France au Moyen-Orient depuis plusieurs années. Nicolas Sarkozy a largement contribué à la chute du régime de Khadafi en envoyant l’armée française combattre en Libye, en violation des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui interdisaient toute intervention au sol. Or, plusieurs sources affirmaient à l’époque que les Forces Spéciales étaient « en apesanteur » et avaient œuvré sur le terrain. La Libye n’était pas ennemie de la France, Nicolas Sarkozy avait reçu Khadafi avec les honneurs d’un chef d’État, et ce pays est devenu depuis un cauchemar chaotique où circulent librement armes et combattants.
François Hollande et Laurent Fabius se sont ensuite acharnés contre Bachar El Assad, poussant inlassablement les puissances occidentales à intervenir militairement pour renverser le régime syrien, alors que celui ci n’était pas l’ennemi de la France. Les frappes prévues furent annulées in extremis lorsque Barack Obama refusa d’engager les États-Unis dans cette aventure.
Cette ingérence de la France dans les affaires intérieures de pays souverains a été menée avec l’argument selon lequel les dirigeants syriens et libyens massacraient leur peuple. Certes. Comme Saddam Hussein et Muammar Khadafi, Bachar el Assad est un dictateur sinistre de la pire espèce. Mais il n’est pas plus exécrable que ceux actuellement au pouvoir au Qatar et en Arabie Saoudite, avec lesquels la France entretient d’excellentes relations diplomatiques et commerciales, et qui ont financé Daesh.
Cette érosion de la compétence politique est dramatique pour notre pays. Les derniers présidents ont agi avec une légèreté inconcevable, portés par des vues à court terme. Mais cet aspect n’est pas le seul en matière de responsabilité du monde politique.
Depuis plusieurs décennies, la République a laissé se développer des zones de désespoir, que le philosophe Jean-Paul Dollé nommait avec la justesse qui le caractérisait : “Le territoire du rien“. Un urbanisme inhumain, sans lieux de loisirs, de culture, sans écoles dotées de moyens à la hauteur de l’enjeu, au sein duquel aucun sentiment humaniste et citoyen ne peut éclore. “Cités Dortoirs“, “Quartiers sensibles“, les termes ont évolué mais le problème demeure et le personnel politique l’a toujours traité avec indifférence. Raymond Barre promit “d’enrayer la dégradation physique et sociale des grands ensembles“. Bernard Tapie fut ministre de la ville, Nicolas Sarkozy annonça un plan Marshall des banlieues et nomma Fadela Amara Secrétaire d’État chargée de la politique de la ville. Patrick Kanner l’est aujourd’hui et perpétue quarante ans d’échec.
Le divorce entre les français et leurs dirigeants est accompli, le contrat social est rompu, le gouffre entre le peuple et les élites est béant. Les atteintes importantes aux libertés publiques, votées avec empressement par l’Assemblée Nationale, ne régleront rien. L’extrême droite pourra toujours surenchérir et les assassins franchir les frontières.
La France est incapable de proposer un avenir à sa jeunesse, l’Europe est incapable de dépasser son actuel enlisement dans le libéralisme. Nos élus sont incapables de proposer une vision politique. Nos intellectuels, à de rares exceptions près, sont incapables de sortir de leur lucratif état d’histrions médiatiques. Je suis atterré par mon pays dévasté et je suis dévasté par la mort de ma fille.

Éric Ouzounian
Journaliste, écrivain, auteur de documentaires

vendredi 27 novembre 2015,
Stéphane ©armenews.com





3 commentaires:

  1. Un désespoir infini que celui de Eric Ouzounian dans cet article qui dénonce néanmoins les vrais coupables de cette horreur dont furent victimes tant de français - l'irresponsabilité et surtout l'incapacité des dirigeants en charge de gérer un pays le conduisant ainsi droit dans le mur !

    RépondreSupprimer
  2. Le désespoir est celui de la population française, et très certainement bien au-delà des frontières. Mais si reprocher ce qui a été fait est normal, le faire à posteriori est " facile ". Que fallait il faire, y a t'il une solution ? Personne sans doute ne la connais.

    RépondreSupprimer
  3. La clairvoyance est une des qualités essentielles pour qui veut diriger un pays. Ce qui n'est pas donné à tous, c'est un fait. On ne peut que déplorer l'absence de "vision" de ceux qui se mêlent de décider du sort de leur peuple, lacune d'importance qui les empêche de prendre les décisions qui s'imposent au bon moment.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar