lundi 21 décembre 2015

La tactique de l'horreur de Daesh - Les signatures d'EuroAsia Interconnector - N. Lygeros



La tactique de l'horreur de Daesh

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

En stratégie, à partir des observations précises de Clausewitz sur la guerre, et surtout pour son caractère caméléonien, nous pensons que le plus naturel est la guerre et quand elle fait des pauses que nous appelons cela la paix tandis que la société nous impose arbitrairement le contraire. Cela ne surprend pas celui qui traite de questions stratégiques, car il reconnaît continuellement dans le cadre de la réalité historique des schémas mentaux stratégiques qui n’ existent pas pour la société. Mais actuellement, même la société la plus libre ou la plus apathique, est forcée d'accepter que nous nous trouvons dans une phase de guerre avec la question du terrorisme qui provient de l'organisation Daesh et elle commence à accepter qu'il y ait une approche différente et qu'il ne s’agit pas seulement d’un autre phénomène semblable aux précédents. Cette organisation a pour but un crime contre l'humanité, et si nous ne l'arrêtons pas, elle commettra un génocide sous nos yeux sans que les sociétés de l’indifférence ne s’en rendent compte. Pour créer un état, cette organisation est prête à n’importe quel sacrifice et catastrophe et ce, à différents niveaux de cruauté contre des bébés qui souffrent de maladies, pour la manipulation des enfants, pour des atrocités commises contre les hommes, pour la poursuite des ennemis, la destruction de villages, par appauvrissement économique par empiètement territorial, par des tentatives violentes et des suicides, de manière à causer des dommages, en particulier, dans des populations qui ont des religions différentes, développer une rivalité et que celle-ci permette un engagement des éléments les plus extrémistes dans sa région et modifier les données démographiques. Donc, tout retard de notre part, aggrave la situation pour des peuples innocents qui n’ont pas de protection.

*****
Les signatures d'EuroAsia Interconnector

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Les signatures d’EuroAsia Interconnector qui ont été apposées aujourd'hui sont un pas historique pour l'évolution de l’ouvrage parce que c’est la dernière ligne droite avant sa mise en œuvre. En d'autres termes, l'accord conclu avec deux sociétés italiennes pour les trois études, est l’ouverture des applications pratiques de toute l'opération. La société CESI s’occupera de l'étude de l'environnement mais aussi de l'étude technique et technologique. La société GAZ Survey fera l’étude bathymétrique. Elle aura lieu en deux phases. La première débutera en Janvier 2016 et durera 30 jours. Avec elle, un navire spécialement conçu pour cela, explorera le sol de la mer sur un couloir de 5 kms de large et quelques mètres plus bas sous le fond pour identifier les caractéristiques du cadre de la première voie. Avec cette étude sera créé un champ d’action pour la deuxième phase qui sera celle de la précision, laquelle choisira le chemin optimal dans ce corridor pour l'établissement futur du câble. Cette phase aura une durée d'environ six mois et permettra un placement minimisant les difficultés des conditions, en rapport avec les moyens du câble électrique. C’est donc de la plus haute importance pour la poursuite de l’ouvrage sur le plan pratique. Dans ce champ d'action ont aussi un rôle important les points de contact sur la terre ferme. Nous avons, d’une part Kofinou pour Chypre, et d’autre part Korakia pour la Crète, qui constitueront l’intermédiaire entre Israël et la Grèce. Donc, nous comprenons que, conjointement avec les deux autres études nous aurons une image complète de tout le parcours de l'EuroAsia Interconnector sur une longueur de plus de 1500 km. Et c’est là qu’apparaît la valeur de ce jour que nous avons vécu.

*****







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar