samedi 12 mars 2016

L'Arménie occidentale - Informations - Armenag Abrahamian- (Commentaires Mr Samtilbian)

Armenag Abrahamian
Président du Conseil National d'Arménie Occidentale

http://westernarmeniatv.com/fr/official … cidentale/

11.03.2016

Le 20 juillet 2015, le Conseil National d’Arménie Occidentale a transmis à l’ONU un mémorandum sur les conséquences du génocide perpétré contre les Arméniens de 1894 à 1923 par trois gouvernements successifs turcs en Arménie Occidentale occupée.

Dans ce mémorandum très détaillé et réactualisé, ayant pour base « le Tableau approximatif des réparations et indemnités pour les dommages subis par la nation arménienne en Arménie turque », réalisé en 1919 par les responsables de la délégation arménienne, Boghos NUBAR PACHA et Avédis AHARONIAN, la Turquie doit verser à l’Etat d’Arménie Occidentale une indemnité de 12,5 trillions d’euros.

Dans la mesure où, selon le Conseil National d’Arménie Occidentale, « un génocide est un crime contre l’Humanité imprescriptible et irréparable », ce mémorandum concerne les conséquences de ce crime perpétré contre le peuple arménien et l’Etat d’Arménie Occidentale.

Cette étude est la première d’une série de quatre études, en cours de préparation, afin d’évaluer objectivement les dettes de la Turquie en direction de l’Etat d’Arménie Occidentale suite à son occupation et au génocide perpétré en direction de sa population autochtone:

–       Sur le patrimoine archéologique arménien en Arménie Occidentale, depuis l’ère préchrétienne à nos jours.

–       Sur les conséquences de l’occupation de l’Etat d’Arménie Occidentale depuis 1920.

–       Sur l’appropriation illicite de la propriété intellectuelle, sur les ressources génétiques, sur les savoirs traditionnels et sur les expressions culturelles de l’Arménie Occidentale.

Concernant l’objectivité de  ce premier mémorandum, il est nécessaire de rappeler que « le Tableau approximatif des réparations et indemnités pour les dommages subis par la nation arménienne en Arménie turque », réalisé en 1919, est le seul document officiel présenté à la Conférence de la Paix à Paris en 1919 – 1920.

Ce sera dans le cadre de l’élaboration du traité de Sèvres par les Puissances alliées dont fait partie l’Arménie (Occidentale), que la question des restitutions et des réparations prendra une forme juridique.

Selon André Mandelstam, plusieurs dispositions du traité prononcent des sanctions pour les actes contraires au droit humain que les Turcs ont commis pendant la grande guerre, c’est-à-dire antérieurement à la Constitution dont il s’agit, et stipulent la restitution des survivants des massacres dans la plénitude de leurs droits.

a) Le traité de Sèvres ordonne d’abord la punition des auteurs des crimes :

« Le gouvernement ottoman, dit l’article 230, s’engage à livrer aux Puissances alliées les personnes réclamées par celles-ci comme responsables des massacres qui, au cours de l’état de guerre, ont été commis sur tout territoire faisant, au 1er août 1914, partie de l’Empire ottoman. Les Puissances alliées se réservent le droit de désigner le tribunal qui sera chargé de juger les personnes ainsi accusées, et le gouvernement ottoman s’engage à reconnaître ce tribunal… ».

Les Puissances se réservent également le droit de déférer lesdits accusés devant le tribunal de la Société des Nations, dans le cas où celle-ci aurait constitué en temps utile un tribunal compétent pour juger lesdits massacres. (Procès des Unionistes Jeunes-turcs).

b) En dehors de ces sanctions, le traité de Sèvres prévoit certaines restitutions de personnes et de biens sur le territoire de la Turquie. Il stipule, dans son article 142, la délivrance de toutes les personnes séquestrées et annule toutes les conversions forcées à l’Islamisme :

« Considérant que, en raison du régime terroriste ayant existé en Turquie depuis le 1er novembre 1914, les conversions à l’Islamisme n’ont pu avoir lieu normalement, aucune conversion ayant eu lieu depuis cette date n’est reconnue et toute personne, non-musulmane avant le 1er novembre 1914, sera considérée comme restée telle, à moins qu’après avoir recouvré sa liberté elle ne remplisse, de sa propre volonté, les formalités nécessaires pour embrasser l’Islamisme.

« Afin de réparer dans la plus large mesure les torts portés aux personnes au cours des massacres perpétrés en Turquie pendant la durée de la guerre, le gouvernement ottoman s’engage à donner tout son appui et celui des autorités ottomanes à la recherche et à la délivrance de toutes les personnes, de toute race et de toute religion, disparues, ravies ou réduites en captivité depuis le 1er novembre 1914 ».

L’article 142 prévoit la nomination par le Conseil de la Société des Nations de Commissions mixtes « à l’effet de recevoir les plaintes des victimes elles-mêmes, de leurs familles et de leurs proches, de faire les enquêtes nécessaires et de prononcer souverainement la mise en liberté des personnes en question ». Le gouvernement ottoman s’engage à faciliter l’action de ces Commissions mixtes. Il s’engage également à faire respecter leurs décisions et à assurer la sûreté et la liberté des personnes ainsi restituées dans la plénitude de leurs droits (art. 142).

c) La question de la restitution, aux survivants des massacres et des déportations, de leursbiens,confisqués par le gouvernement ottoman ou détenus par leurs compatriotes turcs, est traitée dans l’article 144.

Cet article oblige le gouvernement ottoman à faciliter « aux ressortissants ottomans de race non-turque, chassés violemment de leurs foyers », depuis le 1er janvier 1914, le retour dans ces foyers ainsi que la reprise de leurs affaires. Il ordonne la restitution, aux propriétaires, de leurs biens immobiliers ou mobiliers, qui pourront être retrouvés. Et le traité institue, pour connaître de toutes réclamations, des Commissions arbitrales mixtes partout où cela sera jugé nécessaire par le Conseil de la Société des Nations. Ces Commissions sont composées d’un représentant du gouvernement, d’un représentant de la communauté ou du ressortissant lésé, et d’un Président, nommé par ledit Conseil. Les Commissions arbitrales auront pouvoir d’ordonner : la fourniture par le gouvernement ottoman de la main-d’œuvre pour tous travaux de reconstruction ou de restauration ; l’annulation de tous actes de vente ou constitution de droits sur la propriété immobilière conclus après le 1er août 1914, les détenteurs étant indemnisés par l’État ; l’attribution de tous biens et propriétés ayant appartenu à des membres d’une communauté, décédés ou disparus depuis le 1er août 1914, à cette communauté aux lieu et place de l’État : ainsi ce dernier ne bénéficiera plus des biens tombés en déshérence à la suite des massacres et déportations qu’il avait ordonnés.

d) Le Conseil National d’Arménie Occidentale rappelle néanmoins un point important, relativement au mémorandum présenté dans le cadre du Mécanisme d’Expert sur les Droits des Peuples Autochtones à l’ONU, l’article 231 du traité de Sèvres, scelle la question financière des réparations pour l’Arménie Occidentale par la reconnaissance par la Turquie de l’indépendance d’un Etat arménien sur le territoire de l’Arménie Occidentale.

Puisque selon l’Article 231, la Turquie reconnaît qu’en s’associant à la guerre d’agression que l’Allemagne et l’Autriche-Hongrie ont engagée contre les Puissances Alliées, elle a causé à ses dernières des pertes et des sacrifices de toutes sortes, dont elle devrait assurer la complète réparation.

D’autres part les Puissances alliées (dont fait partie l’Etat d’Arménie Occidentale) reconnaissent que les ressources sont insuffisantes pour lui permettre d’effectuer cette complète réparation ;

Dans ces conditions, et étant donné que la nouvelle répartition de territoires résultant du présent  traité ne laissera à la Turquie qu’une partie des revenus de l’ancien Empire Ottoman, toutes les réclamations contre le Gouvernement ottoman pour les réparations sont abandonnées par les Puissances alliées …

Aussi, l’occupation territoriale et l’appropriation illicite de la souveraineté de l’Arménie Occidentale par la Turquie d’aujourd’hui et ce depuis 1920, sont dénoncées comme il se doit par le Conseil National d’Arménie Occidentale devant les autres Etats, à l’époque membres des Puissances alliées, aujourd’hui membres de l’Organisation des Nations Unies et les instances internationales.

Les mémorandums relatifs à la question de l’occupation territoriale de l’Etat d’Arménie Occidentale mettront à jour les conséquences du crime d’appropriation illicite de la souveraineté d’un Etat par un autre Etat.
(à suivre)


Arménag APRAHAMIAN
Président du Conseil National d’Arménie Occidentale

(Ensemble des articles ici : http://dzovinar.blogspot.fr/p/le-genocide-des-armeniens.html   


*****
12/03/2016

Quelques précisions par Mr Samtilbian
(forum des NAM)

"Le Traité de Sèvres bien que signé par certaines puissances belligérantes, comporte quelques points de faiblesse, même s'il institue une Arménie indépendante" **

Que viennent faire dans ce traité le Japon, la Belgique, la Pologne et le Portugal ?
les USA et la Russie ne sont pas partie prenante , ce qui explique peut être les compromissions des acteurs dans la course honteuse aux avantages illusoires , dont le signal a été donné par la France avec les accords d'Angora

Le traité de Lausanne n'a lui par contre aucune validité , signé qu'il fut entre copains et coquins, et l'on se demande encore que viennent faire ici : le Japon , les royaumes fantoches de Roumanie et des Serbes Croates et Slovène. 
Absence de l'Arménie, de la Russie et des USA.
FAUT-IL ENCORE RAPPELER LE CONTEXTE DE 1920-1921
1/ Congrès de Bakou ( 8 sept 1920 ) où les bolcheviks font proclamer le djihad !!! avec une délégation arménienne !!!!
2/ Alors que Mustapha Kémal parachève le Génocide avec 300.000 arméniens tués dans les provinces de Surmalu, de Kars, d'Ardahan et de Olti. Et une Arménie défaite, à genoux sans aucun soutien, tous les protecteurs s'étant défilés, signe le traité d'Alexandropol le couteau sous la gorge( 2 déc 1920 ).
3/ la France honteuse qui abandonne la Cilicie provoquant des dizaine de milliers de victimes supplémentaires , avec Georges Leygues, alors président du Conseil, qui déclare, à la conférence de Londres à l’automne 1920, que la France ne ratifiera pas lee traité de Sèvres et qu’il faut le réviser et qu'on prépare l'envoi à Angora le sinistre Franklin Bouillon ( oct 1921 )

http://www.imprescriptible.fr/mandelstam/c12

Pour les turpitudes de la France, je vous renvoie à la lecture de:

1 / La Passion de la Cilicie, du Ct Du Véou
2 / La France face au Génocide des Arméniens, de Vincent Duclert
3/ La France et les Chrétiens des Territoires de l'Est de l'Empire Ottoman, de Ohvannès G.Ekindjian

Pour celles de l'Angleterre, de la Russie, des USA, de l'Italie  je peux bien sûr développer : (en attente)

le rôle de l'Allemagne que Vahakn Dadrian a mis en évidence, (et que ne cesse de dénoncer Némésis sur notre forum)* est maintenant reconnu par tous ;
de même que celui de leur "toutou" la Géorgie opportuniste.

*Forum des Nouvelles d'Arménie Magazine

http://armenews.com/index.php3?var_mode=recalcul

Note rectificative par Armenag Abrahamian
   **A propos du traité de sèvres :

Le traité de Sèvres n'institue pas l'indépendance de l'Arménie (Occidentale)

L'Arménie Occidentale a reçu sont indépendance avant le traité de Sèvres, et depuis elle était membre des Puissances alliées, il suffit pour comprendre cela de lire simplement l'article 88 du traité de Sèvres

"ARTICLE 88 La Turquie déclare reconnaître, comme l’ont déjà fait les Puissances Alliées, l’Arménie comme un État libre et indépendant. En français [...] COMME L'ON DÉJÀ FAIT LES PUISSANCES ALLIÉES [...]"

http://www.western-armenia.eu/WANC/Armenie-Occidentale/dossiers/traite/traite_de_sevres.pdf

http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2015/Les_Armeniens_et_leur_lutte_permanente_contre_la_falsification_de_leur_histoire-09.07.2015.pdf

http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2015/History_of_Armenia_and_Armenians-08.09.2015.pdf

http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2015/SUR_LA_REALITE_JURIDIQUE_DU_TRAITE_DE_SEVRES-05.09.2015.pdf

http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2015/SUR_LA_LEGITIMITE_SUCCESSORALE_DE_LA_SENTENCE_ARBITRALE-03.10.2015.pdf

http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2015/Le_moment_de_verite_pour_la_France-29.11.2015.pdf

http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2015/Le_genocide_et_la_Cour_Martiale_de_1919-08.12.2015.pdf

http://www.western-armenia.eu/news/Actualite/2015/Une_Armenie_retablie_dans_ses_droits-10.12.2015.htm

toujours très occupé ?

14/03/2016

Synthèse par Mr Samtilbian
(suite et fin)


Tout cela est bien vrai, voici la synthèse des événements promise :

Il faut placer l'ensemble des événement sous l'éclairage des Accords Syke-Picot de Mai 1916 et de la déclaration Balfour du 2 novembre 1917, en vue de créer un état juif.
Il faut aussi préciser que le 27 octobre 1916, Picot et Syke ont convoqué à l'ambassade de France à Londres Boghos Nubar Pacha pour lever une Légion Arménienne avec promesse de rétablir l'Arménie souveraine.

Voici la chronologie des événement qui ont conduit à la grande braderie de la cause arménienne.

Déjà en septembre 1918, les anglais ont abandonné les arméniens dans la défense de Bakou face aux  aux turco-azéris, ce qui causa la mort de 20.000 arméniens.

Après la victoire décisive d'Arara dans laquelle la Légion Arménienne forte de 4,500 volontaires se distingua (alors que le contingent français au Levant ne comportait que 1,500 soldats) l'Angleterre signe l'Armistice de Moudros le 30 octobre 1918 au nom des alliés, sans exiger le désarmement et la démobilisation des troupes turques occupant l'Arménie historique.

Après l'armistice les anglais envoient des troupes en Transcaucasie et arbitrent un  temps les conflits inter ethniques et entre les républiques qui se sont constituées après la guerre et qui sont souvent en opposition.
Mais ils quittent le Sud Caucase le 15 août 1919 prétextant un futur mandat américain.
De même les américains envoient dès le printemps 1919 une aide alimentaire et sanitaire précieuse à la jeune république envoyant même des observateurs pour évaluer un éventuel mandat américain.
Il faut noter qu'à l'issue de la guerre, les anglais disposaient d'un corps expéditionnaire de 400,000 hommes en Mésopotamie. 

Toutefois en  décembre 1919, les anglais ont bien pris la décision de juger les responsables du Génocide.
A cet effet ils ont transféré 118 criminels de guerre détenus à Malte, afin de les faire juger par une Cour Internationale.
Mais ils ont dû relâcher ces prisonniers ultérieurement (Octobre 1921) pour les échanger avec des otages anglais que les kémalistes détenaient , on se demande bien dans quelles circonstances alors qu'ils étaient l'une des puissances occupantes.

De San Remo (avril 1920) à Spa ( juillet 1920) où les marchandages se poursuivent sur la base des accords Syke-Picot, et sur les réparations des dommages de guerre et l'attribution des zones d'influence, c'est la signature du Traité de Sèvres le 10 août 1920. 

Dans le même temps , nous assistons aux manœuvres des complices du  Congrès des Peuples d'Orient de Bakou ( septembre 1920 ) qui comprend une délégation arménienne avec un Mikoyan qui côtoie un Enver Pacha responsable du Génocide, faisant proclamer le djihad pour libérer les pays musulmans de l'impérialisme.
Ainsi la Russie bolchevique qui attaque l'Arménie par le sud est en occupant l'Artsakh et le Nakhitchevan.
Et les kémalistes au sud ouest qui massacrent (300,000 victimes) dans les provinces de Sumalu, Kars, Ardahan jusqu'à Alexandropol ( Gumri) mettent l'Arménie à genoux (Traité de Moscou : 2 décembre 1920, Traité d'Alexandropol : 18 décembre 1920 ).

Après le Traité de Sèvres l'Angleterre fut bien aux cotés de l'Arménie , particulièrement le 15 novembre 1920 à la première Assemblée de la SDN.

L'armée grecque selon le mandat d'administration provisoire avait débarqué en Anatolie à Smyrne, également convoitée par l'Italie.  
Le 25 octobre 1920 Vénizélos est écarté, ce qui entraîne le refus des Alliés  d'intervenir dans l'affrontement entre Grecs et Turcs. 

Ainsi dès la conférence de Londres ( printemps 1921 ) les rivalités conduisent l'Italie et la France d'Aristide Briand à nouer des accord  avec les turcs qui conduiront aux Accords d'Angora le 20 octobre 1921, au grand dam de l'Angleterre qui proteste vigoureusement       

A la suite de la grande offensive des troupes de Mustafa Kemal, qui reprennent Smyrne en septembre 1922, la France et l'Italie évacuent leurs positions et les Britanniques, isolés, laissent les Turcs reprendre les Détroits et la Thrace orientale.

Tout cela conduit logiquement aux abandons du Traité de Lausanne signé le 24 juillet 1923

Au final que dire de Lausanne
Après avoir entendu partout de Paris à Londres à Washington, de grandes voix et de belles déclarations, l'affaire fut confiée à des hommes sortis de l'ombre, se prévalant de cousinages logés à Salonique ou à Smyrne, qui conduisirent des négociations peu glorieuses d'épiciers face à des marchands de babouche. 
Les américains présents en observateurs, avec leur politique erratique se gardèrent de poser leur paraphe ne voulant hypothéquer l'avenir en adoptant une attitude isolationniste . 
Quant aux russes ils y avaient aussi un observateur venu s'assurer que leur nouvel allié préservait bien leurs intérêts dans les Dardanelles.
Et l'actualité de ce jour dans les relations Europe-Turquie, ne me démentira pas, où l'on assiste à une soumission scandaleuse des occidentaux face aux diktats turcs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar