mardi 5 avril 2016

Dans la tradition - Un café viennois - Schloss Schönbrunn - Magnifique est faible - etc N. Lygeros


Kunsthistorisches Museum (Musée des Beaux-Arts)

Dans la tradition - 
N. Lygeros

Dans la tradition
de Vienne depuis 1870 
à côté du portrait 
de Herbert von Karajan
sous le plafond
chargé d’histoire 
nous avons commencé
le voyage initiatique
avec l’aide des lustres 
qui éclairent les gestes
des garçons au papillon
toujours noué 
comme un nœud gordien 
de la période classique
jamais révolue
dans le quartier des Musées.

*****
Un café viennois
N. Lygeros

Un café viennois
dans la Gloriette
au sommet du jardin
du Palais Impérial
pour fêter l’existence 
après tant de siècles
après la victoire
sur l’Empire ottoman
et la décision de créer 
ce bijou de l’art baroque 
qui respecte le sens
de la civilisation
en incorporant
dans son être 
la mémoire des autres
civilisations du beau.

*****
Schloss Schönbrunn
N. Lygeros

Schloss Schönbrunn
ou l’art de la beauté
dans un amalgame
du baroque rococo
qui ne craint personne
en raison de sa victoire
sur la barbarie
aussi chaque pièce
représente un élément
d’un tout pensé 
comme une mission
de la culture du beau
qui a résisté
vaillamment aux ennemis
de la continuité
européenne.

***** 
Magnifique est faible
N. Lygeros

Magnifique est faible
colossal, à peine suffisant
aussi nous admirons 
avec passion la résistance 
à la barbarie 
car si l’aigle à deux têtes
n’avait pas vaincu
l’abominable porte
rien de ce que nous voyons
n’aurait existé
car personne n’aurait pu
faire l’éloge du beau
en tant qu’esclave
d’un système de l’oubli
puisqu’il aurait été
un suspect dangereux.

*****

Chaque quartier
N. Lygeros

Chaque quartier
de la ville de Vienne
est un éloge à l’art
et à la beauté
de l’architecture
qui prend soin
de respecter la culture
du passé tout en créant
de morceaux de l’avenir
sans misérabilisme
mais avec générosité
comme la musique.

*****
Devant la maison
N. Lygeros

Devant la maison
de Ludwig van Beethoven
où il a écrit tant de symphonies
mais aussi Fidelio
il est impossible de ne pas entendre
ses notes de musique
pendant que l’on scrute 
les détails d’une vie
tellement exceptionnelle
qu’elle fut un cadeau offert
à l’Humanité tout entière
sans aucune retenue

*****
Sur la place des Juifs
N. Lygeros

Sur la place des Juifs
un monument terrible
rappelle l’honneur
de l’Holocauste
car les génocidés
ont rempli les camps
de concentration
de leur précieuse vie
car la barbarie
s’est autorisée à tuer
et leur a interdit de vivre
pour les effacer
mais l’Humanité
n’a rien oublié
de leur histoire.

*****
Le temple grec dans le jardin
N. Lygeros

Le temple grec dans le jardin
ressemblait à un joyau blanc
posé au sein des roses 
pour unir des civilisations
qui respectaient le beau
malgré les difficultés
imposées par les sociétés
aussi cette rencontre
improvisée par le temps
nous réconforta quant au sens
de l’évolution humaine.

*****
Dans les rues de Vienne
N. Lygeros

Dans les rues de Vienne
nous sommes toujours accompagnés
par l’histoire du temps
car les lieux sont toujours
des points d’ancrage
que nous revoyons sur des gravures
comme si les sociétés
n’avaient eu aucun effet
sur la beauté d’antan
et qu’elle était toujours présente
même dans le futur lointain.

*****
Les clochers de dentelles
N. Lygeros

Les clochers de dentelles
s’élevaient vers le ciel
sans aucune mesure
et nous pouvions voir le bleu
à travers leur blanc de pierre
comme si la vide de la matière
avait été comblé pour la pensée
d’ un architecte sculpteur
qui avait osé l’impensable
non pas pour défier la pesanteur 
mais pour honorer la foi.

*****
Sur les pavés
N. Lygeros

Sur les pavés 
nous sentions 
les traces de fers
des superbes chevaux 
qui tiraient les calèches 
dans le temps 
de la ville
comme pour découvrir
dans l'espace du beau
la valeur de sens 
qui n'oublie pas l'essence.

*****
Dans la pâtisserie
N. Lygeros

Dans la pâtisserie
où aimait se perdre 
l’ impératrice Elisabeth
nous n’avons pas résisté
aux tentations d’un art
qui se concevait comme un éphémère
mais qui était encore présent
depuis des siècles
dans la ville de Vienne
en raison de l’extraordinaire
capacité à inventer
la tradition.

*****
Dans l'école espagnole
N. Lygeros

Dans l’école espagnole
nous avons admiré
la puissance des chevaux
consacrés à la beauté 
d’un patrimoine immatériel
de l’Humanité
là où d’autres ne voient
qu’une tradition désuète
car ils ne peuvent traverser
les siècles de l’apprentissage
sans la maïeutique des maîtres.

*****
.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar