mardi 19 avril 2016

Finale innovante - Dans le cimetière français - Il y a 51 ans - N. Lygeros

Finale innovante
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Il n’y avait jamais eu autant de pierres sur le bois.
Mais d’ores et déjà il en voyait d’autres.
C’était sa caractéristique.
Il n'existait ni fin ni saturation pour lui.
Le quotient aussi improbable que cela semblait,
continuait son évolution positive
parce qu’il l’alimentait non avec des exercices
mais avec des problèmes de l'Humanité.
Il n'y avait pas besoin d’en chercher d’autres
dans sa vie quotidienne
puisque celle-ci n’existait pas
aussi loin qu’il remontait dans son passé
même dans le polycyclique.
Il examina d’une autre manière le goban.
Pensée latérale.
Le bois et la pierre
poursuivaient le voyage de l'épée
à l’étrange poignée.
Mais qui le voyait?
Même les fleurs auraient du mal
sauf si c’était pour l’Epitaphe.
Il plaça la dernière pierre.
Il n'attendait plus rien de l'adversaire
à part la confirmation
de sa démission.
Et elle apparut sur l'écran.
Jamais auparavant ce n’était arrivé.
Alors l'aigle regarda la terre à nouveau.

*****
*****

Dans le cimetière français
N. Lygeros

Dans le cimetière français
avec ses milliers de croix
de soldats morts pour la France
sur la terre de Gallipoli,
nous avons découvert les noms
de ces hommes d’antan
qui se sont sacrifiés
pour nous montrer
le chemin, de la liberté
et la valeur de la résistance
contre l’infâme barbarie
car ils ont continué
malgré les affres
et l’horreur des tranchées
à croire en Jésus Christ
aussi en voyant
certains crucifix brisés
nous avons compris
quel était notre rôle
dans le futur proche
et nous avons décidé
de libérer ces territoires
afin que nos morts
ne soient plus esclaves.

*****
*****


Il y a 51 ans
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras


18 Avril 1955

Il y a 51 ans
est mort
notre Albert
mais nous n’avons rien
oublié
de ce qu’il
nous a laissé
parce que ses théories
ont changé
notre monde
et nous ne voyons plus
l'univers
de la même manière
pour cela je veux que toi aussi
tu lises
un peu plus
sur lui
puisque sa vie
appartient désormais
à l'histoire
de notre futur
depuis
qu’il a pensé
pour nous.

*****





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar