lundi 11 avril 2016

L'homme qui parlait aux pierres - Le premier atterrissage - La trajectoire de l'ouverture - N. Lygeros


N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras


C’était un autre monde.
Sans aucun doute.
C’était la sensation que tu as quand change le jour
à l’heure où tu es en avion
et que tu ne sais plus
où tu te trouves précisément dans le temps.
Seulement ici le problème concernait l'espace.
Et celui-ci était fait de bois.
Il était monoxyle
Comme une tortue sur quatre pattes.
Quelqu'un avait fait la quadrature d’un tronc d'arbre.
Et mis à la surface 
de fines lignes noires
qui créaient des intersections.
Sur neuf points il y avait même des étoiles.
Avant ce siècle personne n’avait vu
cet objet en Europe
tandis qu’en Extrême-Orient
il constituait déjà un symbole
depuis de nombreux siècles.
Cela n'expliquait pas bien sûr la raison de son existence 
sur ce point nodal de l'espacetemps
sauf le fait
qu’à côté il y avait un homme.
Lui aussi, ressemblait à tout un chacun
mais personne ne lui ressemblait
parce que lui c’était
l'homme qui parlait aux pierres.

*****
Le premier atterrissage
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras


Nombreux mouvements et brusques.
Apparemment sans raison alors que c’était normal
au premier niveau de la grisaille.
Après le grand virage, la trajectoire se stabilisa 
et apparut la partie supérieure du fameux bois.
Il n’avait pas bougé.
Il voyageait depuis des siècles déjà.
La terre était devenue bois pour la préparation.
Mais les pierres n’étaient pas encore apparues.
Il y avait un ordre abstrait mais sans ordonnance.
Le monde n'avait pas commencé
ni le jeu de la vie.
Il attendait un autre joueur
au-delà du blanc que les nuages avaient créé.
Il savait que c’était un phénomène rare
et attendu.
Il fallait que cela se passe de cette façon
et c’est ce qui arriva.
Le noir était avant le blanc.
C’est ce que disait la tradition.
Et ainsi apparut la montagne blanche.
C’était le moment opportun.
Et par-dessus tous les blancs la pierre apparut.
La première.
Les doigts l’avaient libérée
de l’étrange objet
et placée sur le bois.
Sans bruit.
Ce fut le premier atterrissage en ce monde.

*****
La trajectoire de l'ouverture
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras


Ce n’était pas vraiment une ouverture.
Elle n’avait pas les caractéristiques classiques.
Mais ressemblait bien sûr à une trajectoire.
On aurait dit plutôt un réseau neuronal.
Mais qui pouvait le dire à coup sûr.
Ce n’était pas seulement à cause de la méthodologie
Monte Carlo.
Maintenant existaient aussi des couches profondes de neurones.
Elles ne cachaient rien d’autre que leur profondeur
et ne permettaient pas d’interprétation directe de ses conclusions.
L’autre monde avait d'autres êtres.
Parler aux pierres était le début.
Même les erreurs avaient un autre sens.
Rien n'était classique.
Parce que la tradition était venue au contact de l'innovation.
Et les limites joueraient un autre rôle
avec de nouvelles données de la base.
Un inconnu
et ils étaient si nombreux
se demanderait pourquoi cet emploi incompréhensible
sans pouvoir voir qu'il n’y avait
aucune différence avec le passé.
Depuis des décennies cela n'avait pas changé
au moins depuis
qu’il était revenu.
Et si le code était écrit avec une torche
il avait joué dans le triangle supérieur
à cause du respect.
Car il savait qu'il savait.

*****




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar