lundi 4 juillet 2016

La valeur du Sahara Occidental - Le rôle des Nations-Unies - N. Lygeros


La valeur du Sahara Occidental
N. Lygeros

La valeur du Sahara Occidental ne provient pas seulement de sa nature propre, elle dépend aussi du contexte géopolitique, voilà pourquoi il est nécessaire de ne pas tomber dans le piège des diplomaties fallacieuses qui ne respectent aucunement son historicité. Il ne s’agit pas d’une entité indépendante du contexte. Le Sahara Occidental ne peut être le jeu d’un pays qui tente d’avoir accès à l’Océan Atlantique comme si la Méditerranée ne lui suffisait pas pour exploiter sa propre population. Le Sahara Occidental est une jonction entre le désert et l’océan, comme il est un couple entre l’histoire et la géographie. Quant à son identité, elle est marocaine depuis des siècles. Aussi la véritable problématique n’est pas celle d’une décolonisation comme tente de nous convaincre une propagande artificielle mais sa libération de toute influence néfaste et ce, sur l’ensemble de son territoire. Dans le cadre de cette continuité il est préférable de le voir comme une province du Sud qui désire plus que tout vivre libre. Cependant cette liberté ne peut être autre que marocaine, sinon le Sahara Occidental risque d’être la prise d’un terrorisme étatique qui se prend pour une puissance alors qu’elle n’a jamais été une nation.

*****

Le rôle des Nations-Unies
N. Lygeros

Le rôle des Nations-Unies ne peut se réduire à gérer des problèmes entre les Etats car dans le meilleur des cas, il serait isomorphe à une Cour de Justice Internationale. Par ailleurs, l’existence du Conseil de Sécurité remet en cause cette idée dans ses fondements. Il faut donc voir son rôle dans un cadre certainement géopolitique avec la recherche d’un équilibre entre la diplomatie et la stratégie. L’une doit résoudre des situations conflictuelles pour éviter des conflits et l’autre doit régler la fin de conflits pour donner une solution. Ceci cependant demande des initiatives et non pas seulement des réponses à des questions. C’est pour cette raison que la délégation de résolution de problèmes à des commissions, doit être effectuée de manière judicieuse pour éviter la création de faux problèmes. Il est aussi opportun, toujours dans le même ordre d’idée, d’avoir en tête une résolution sans queue après sa fin car dans certains cas, cette queue est encore plus dangereuse pour les peuples que le conflit proprement dit. Aussi le rôle des Nations-Unies comporte des éléments de brainstorming et de pensée latérale dans le processus de décision à prendre pour résoudre un problème.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar