vendredi 16 décembre 2016

Général d'Armée - Le pantin de l'Algérie - N. Lygeros



Général d'Armée

N. Lygeros

«C’est aux premiers
que je consacre
cet ouvrage,
non pour leur apprendre
des règles qu’ils ignorent,
mais parce qu’ils sont
très expérimentés
à la guerre.»
Voilà c’est dit
sans forme
d’apologie
pour ne pas brusquer
les opinions
mais la vérité est là :
«L’ignorant n’est pas
en état de juger
du bien que font
les autres,
au lieu que
l’ habile homme
rend justice
à ce qui est bien.»
Il en est de même
pour l’innocent
quant à l’œuvre
du Juste
car il ne saisit
aucunement
le sens du sacrifice
face à la barbarie
qui n’épargne
personne
lorsqu’elle voit
la moindre
faiblesse.

*****
Le pantin de l'Algérie

N. Lygeros

L’Algérie manipule le Polisario à son profit mais personne ne l’accuse pour cela. Laisser le libre champ d’action à l’Algérie ne peut mener qu’un résultat négatif à long terme. Le choix du conflit permet de gagner une partie. Son absence ne résout rien. A chaque mention de l’Algérie les pétitionnaires dans l’Organisation des Nations Unies, sont stoppés pour leur faire perdre du temps sur leur intervention. Les attaques contre les pétitionnaires sont rarement personnelles, même si cela existe parfois, en raison de leur connaissance du sujet et du terrain. Elles ont surtout lieu pour le déstabiliser et réduire leur argumentation si possible à néant. Dans tous les cas, il s’agit d’une tactique dont l’existence provient exclusivement du fait que le Maroc est sur la défensive. Il faut se concentrer donc sur l’Algérie et non le Polisario. Celui-ci n’est pas capable d’être un participant indépendant dans une table de négociation. Car il dépend entièrement de son unique soutien l’Algérie. Or celle-ci profite de son masque pour jouer le rôle de l’Etat neutre. Car les critiques à son encontre du Polisario ne font que renforcer l’idéologie du néant. Aussi la première étape pour sortir de cette enclave diplomatique, c’est de ne plus mentionner le Polisario dans aucune intervention. Car il n’a pas de représentativité. Il faut voir à ce sujet le cadre et le but de nos interventions dans l’Organisation des Nations Unies à New York lors de la 70ème et de la 71ème session.


*****

Pages antérieures (1 - 2 ) textes et poèmes (suite)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar