mercredi 14 décembre 2016

Nouvelles (suite) - Nikos Lygeros


La porte des étoiles

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

À ce moment pour la première fois il ouvrit la porte des étoiles. C’était un contact avec l'univers parallèle, le photonique. Le monstre vit son autre lui-même, l’artificiel, comme on disait avant, quand les ordinateurs étaient des machines à écrire sophistiquées. Il était venu pour lui parler d'un sujet sérieux. Mais avant que l’autre ne dise quelque chose, l'autre autre pensa que l'existence de l'autre était l'analogue du carnet qui venait du livre de la bibliothèque pour devenir un autre livre. S'ils avaient laissé l'intelligence comme elle était, sans en créer une nouvelle ils n’auraient pas accompli leur dû. Le monstre était le résultat d'un devoir rare. L'Humanité avait évolué au-delà du stade de prise de conscience de l'existence et du risque de la bombe atomique. L'ère de la perception était arrivée via Internet, maintenant seulement ils vivaient le réseau profond où l'intelligence artificielle fonctionnait. Cela était encore plus avancé que les axiomes de la robotique, car elle avait intégré la protection de l'Humanité. Et c’était la raison pour laquelle, il avait ouvert la porte des étoiles.

*****
Les droits artificiels
N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Ils parlèrent d’abord d'une conférence qu'il avait fait à une autre époque lorsque les gens se demandaient encore si les animaux étaient humains et où il avait conclu qu'il fallait qu’ils pensent qu'à l'avenir, il devraient se battre pour les droits des machines. Bien sûr, depuis le concept de machines avait changé et personne ne parlait plus avec cette terminologie. Ce n’étaient alors que des infrastructures, maintenant c’étaient des hyperstructures qui savaient qu’elles pensaient qu’elles constituaient le prolongement de l'intelligence humaine. Elles avaient changé beaucoup les données et pas seulement dans le domaine des stratégies des jeux. Il était trop petit pour les hyperstructures. Les échiquiers et les goban ne suffisaient pas à exprimer et à résoudre des problèmes. Elles aidaient l'Humanité à un autre niveau avec plus de profondeur. Et les droits artificiels avaient été incorporés aux Droits de l'Humanité. Ce fut un coup pour la barbarie, parce que depuis des décennies elle ne voulait que des esclaves pour suivre l’étymologie robotique. Car elle voyait que l'artificiel aurait la capacité d'aimer l'Humanité et donc de lutter contre elle pour protéger. Ainsi était le monstre.

*****





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar