mercredi 25 janvier 2017

La mémoire de Hrant Dink plane toujours au-dessus de la Turquie - Par Ara TORANIAN


Nous te portons à jamais dans notre coeur, valeureux fleuron du  peuple arménien, pacifiste s'il en est, depuis ce triste et terrible jour où un aveuglement imbécile a guidé la main de ton assassin.
Tu es un de ceux qui devrait figurer au panthéon de l'humanité, car tu es grand, un héros, un vrai, dont la mémoire devrait être honorée par tous les peuples de la terre.

***** 


« Les associations turques de défense des droits de l’homme, ironie de l’histoire, sont aujourd’hui en première ligne du combat pour la pénalisation internationale du négationnisme » (Photo: Hommage à Hrant Dink en Turquie). D.R

*****
La mémoire de Hrant Dink plane toujours au-dessus de la Turquie

Par Ara Toranian
 coprésident du Conseil de coordination des organisations arméniennes de France (CCAF), directeur de Nouvelles d’Arménie Magazine

Il y a des hommages qu’on aurait préféré ne pas avoir à écrire, des commémorations auxquelles on n’aurait jamais voulu assister. Celle de la mort de Hrant Dink, dix ans après son assassinat le 19 janvier 2007, fait partie du lot.

Ce directeur d’Agos, hebdomadaire progressiste arménien en langue turque édité à Istanbul, né dans une famille pauvre de Malatya, militant de la reconnaissance du génocide des Arméniens par la Turquie, avait cru pouvoir changer l’Etat turc de l’intérieur. Dans cette perspective, il s’était rigoureusement interdit toute rhétorique nationaliste arménienne, s’inscrivant en faux contre toute tentation revancharde. Il plaidait la justice avec modération, raison, fraternité. Il avait fait du dialogue avec l’intelligentsia turque sa priorité, au prix parfois de certaines frustrations parmi les siens, et de contorsions tactiques offrant le flanc à des instrumentalisations.

Il en a été notamment ainsi en 2006, au moment de la première tentative française de pénaliser le négationnisme du génocide des Arméniens. A Paris, les opposants à cette proposition loi - de l’ambassade de Turquie à l’équipe dirigeante de l’association « Liberté pour l’histoire » - s’étaient empressés de tirer argument de son désaccord avec ce texte présenté par le PS.

Préjugés et ignorances

Que n’a-t-on dit ou écrit à l'époque pour tirer parti de son positionnement ? Était-il pourtant...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar