lundi 8 mai 2017

NAM : Ces photos montrent les premières combattantes [arméniennes] dans un conflit qui dure depuis vingt ans

The Washington Post
Ces photos montrent les premières combattantes [arméniennes] dans un conflit qui dure depuis vingt ans



L’an passé, les accrochages qui ont eu lieu dans le conflit entre les forces azerbaïdjanaises et arméniennes dans la région du Caucase ont décidé un certain nombre de jeunes femmes et de jeunes filles à en finir avec les préjugés sexistes et à prendre les armes.
“ Elles brisent les obstacles,affrontant les résistances de beaucoup de conservateurs par leur décision de s’engager dans une carrière où les femmes n’étaient pas encore acceptées “, a déclaré à In Sight la photographe Lena Mucha.
Dans la capitale de l’Arménie Erevan, 23 recrues de sexe féminin sont entrées à l’Académie militaire en 2014, l’année où les femmes y ont été admises pour la première fois. Une année plus tard, au Haut-Karabagh, les femmes sont entrées au collège militaire de Stépanakert pour la première fois, nous explique Mucha.
Lena Mucha a rendu visite aux deux institutions l’an passé et rapporte que même celles qui avaient des membres de leur famille dans l’armée ont rencontré une vive résistance. “ Les femmes ne sont pas censées être dans l’armée, ce n’est pas un endroit pour elles “, a dit à Mucha l’un des instructeurs d’éducation physique de l’Académie militaire d ’Erevan, “ Elles sont tout simplement différentes des hommes “.
Les accrochages entre les forces azerbaïdjanaises et arméniennes dans l’encave séparatiste du Haut-Karabagh [Artsakh] l’an passé étaient les plus violentes dans la région depuis que la guerre ethnique pour le territoire ait cessé en 1994. Le conflit qui avait suivi la chute de l’Union soviétique a tué près de 20 000 personnes. Aujourd’hui, le Haut-Karabagh fait théoriquement partie de l’Azerbaïdjan mais est en fait contrôlé par un gouvernement séparatiste soutenu par l’Arménie.
JPEG - 50.7 ko
Un immeuble détruit du village de Matarghis, en Artsakh, tout proche de la ligne de front. (Lena Mucha)
“ Le Sud-Caucase, et particulièrement l’Arménie et l’Artsakh, sont généralement connus dans les media et en représentation visuelle pour leur conflit, leurs villages détruits et abandonnés. Bien que cela soit une réalité, c’est beaucoup plus que cela... “ nous dit Mucha. “Lorsque j’ai photographié ces filles et passé du temps avec elles, j’ai pu les voir comme des femmes tout à fait naturelles, avec les préoccupations, les idées, et les rêves de la plupart des jeunes femmes autour du monde “.
En dépit des résistances opposées à beaucoup de ces jeunes femmes et jeunes filles, l’expérience a créé des liens entre elles, nous a dit Mucha. “ Une jeune femme, normalement, ne quitte pas la maison parentale avant qu’elle se marie et rejoigne la famille de son époux. Je pense que c’est pour cette raison que les filles ont créé entre elles des relations plus fortes, elles sont entre elles plus qu’une promotion d’étudiants, une famille en quelque sorte “.
JPEG - 57.9 ko
Élèves se dirigeant vers le réfectoire pour déjeuner à l’École de l’Armée de Stépanakert en Artsakh. (Lena Mucha)
JPEG - 48.7 ko
Cadettes soulevant des haltères lors d’une classe d’éducation physique à l’École de l’Armée de Stépanakert en Artsakh. (Lena Mucha)
JPEG - 44.9 ko
Une cadette se reposant au dortoir de l’École de l’Armée de Stépanakert en Artsakh. (Lena Mucha)
JPEG - 36.7 ko
Un village d’Artsakh qui a subit une attaque en avril l’an dernier.Pour beaucoup de ces filles, le conflit a été leur principale motivation pour rejoindre l’armée et défendre le pays. (Lena Mucha)
JPEG - 44 ko
Deux filles bavardant pendant leur temps libre à l’Université de l’Armée d’Erevan. (Lena Mucha)
JPEG - 41.3 ko
Etudiants en sale de classe au Collège de l’Armée de Stépanakert en Artsakh. (Lena Mucha)
JPEG - 35.4 ko
Seda, 21 ans, en formation de tir à l’Université de l’Armée d’Erevan. (Lena Mucha)
JPEG - 51.4 ko
Entraînement sportif à l’Université de l’Armée d’Erevan. (Lena Mucha)
JPEG - 26.4 ko
Mariam Vardanyan, 21 ans et son amie décompressent dans leur dortoir après leur programme quotidien. (Lena Mucha)
JPEG - 57.2 ko
Une cadette dans les jardins des dortoirs de l’Université de l’Armée à Erevan. (Lena Mucha)
JPEG - 48.1 ko
Arevik Dinaryan, sur le campus de l’Université de l’Armée d’Erevan. (Lena Mucha)
JPEG - 36.8 ko
Filles se reposant après la classe dans le parc de leur dortoir à l’UNiversité de l’Armée d’Erevan. (Lena Mucha)
JPEG - 36.9 ko
Le salut de Cadettes croisant une gradée à l’Université de l’Armée à Erevan. (Lena Mucha)
Lena Mucha est une photographe “free lance“ basée à Berlin.
Texte de Nick Kirkpatrick
The Washington Post
Traduction Gilbert Béguian
dimanche 7 mai 2017,
Stéphane ©armenews.com

Lena, 15 ans, en classe du Collège militaire de Stépanakert, au Haut-Karabagh [Artsakh] (Lena Mu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar