jeudi 15 juin 2017

C'était en 2011 .....Comme aujourd'hui


Nikos djan
comme j'ai aimé tes poèmes
que j'aime toujours
comme j'ai aimé leur répondre
comme en ce jour.
Ils m'ont porté vers une dimension,
qui ne demandait qu'à s'ouvrir,
mais vers laquelle, sans toi,
je n'aurais su voler.
Tel que toi, il n'en est pas d'autre,
sans que soit mis en balance
l'intérêt que suscitent en moi
les auteurs pleins de talent
dont j'écoute aussi les voix,
tu auras été, et est encore pour moi
la rencontre rare que l'on fait parfois,
quand le destin, avare de tel cadeau,
vous octroie pourtant celui-là.
Ah mon ami, je songe avec tendresse
à ce visage d'enfant que tu as quelquefois, - tu es si jeune encore
lorsque, mis en confiance,
tu laisses tomber tes armes.
Ce Nikos-là, pour rien au monde
ne voudrais perdre ni oublier ...

Dzoviner 9 janvier 2011

quand tu écrivais

Dans la curiosité des enfants
qui ose apercevoir
la quête de l'homme ?
Pourtant dans le regard
où se mêlent la magie et l'art,
la recherche existe déjà.
Quant à l'étoile inaccessible
ne brille-t-elle pas
sous la courbure des cils ?
Il n'y a pas seulement ...

 Nikos Lygeros

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar