samedi 27 août 2016

Poème du jour - à ceux que nous aimons et qui nous aiment




"Dis toujours ce que tu sens, fais ce que tu penses.
Il y a toujours un lendemain, et la vie nous donne une autre occasion de faire bien des choses : mais si jamais je n'ai plus que ce jour, j'aimerais dire à tous ceux que j'aime combien je les aime.
Le lendemain n'est garanti à personne, qu'il soit jeune ou vieux …
Aujourd'hui peut être le dernier jour où tu vois ceux que tu aimes.
N'attends pas,... fais-le aujourd'hui, car, si demain ne vient pas, tu regretteras de n'avoir pas pris le temps d'un sourire, d'une caresse, d'un baiser, trop occupé que tu étais.
Garde près de toi ceux que tu aimes, dis-leur à l'oreille combien tu as besoin d'eux, aime-les et traite-les bien, prends le temps de dire "je regrette", "pardonne-moi, s'il te plaît", "merci", et tous les mots d'amour que tu connais.
Demande au Seigneur la force et la sagesse de les exprimer.
Car personne ne se souviendra de tes pensées secrètes.
Il faut qu'elles soit dites … avant que tout soit consommé …"

- Gabriel Garcia Marquez -

mercredi 24 août 2016

La pierre de Komoku - Pense à l'influence - N. Lygeros



La pierre de Komoku
N. Lygeros

La pierre de Komoku
à l’encontre
de celle d’un hoshi
opte pour le territoire
même si elle garde
une influence
de l’autre côté
grâce à son aspect
asymétrique
aussi si tu veux
définir une direction
tu peux la choisir
et elle t’offrira
l’opportunité
d’une extension
ou d’un verrou

*****
Pense à l'influence
N. Lygeros

Pense à l’influence
lorsque tu places
tes pierres
aussi n’hésite pas
à exploiter
le côté haut 
et ne te limite pas
au côté bas 
même si celui-ci
semble plus sûr
car il est important
de jouer à distance
vers le centre
ainsi ne te restreins pas
seulement au joseki
réfléchis aussi

*****

DE MOSCOU A SAINT-PETERSBOURG - les rencontres, les bonheurs ...

Pour la petite histoire

Victoria


Directrice du bateau Konstantin Fédine, elle en était vraiment l'âme : Professionnelle, énergique, efficace, soucieuse du bien-être des passagers, partout à la fois !
  Le courant passa tout de suite entre elle et moi. 


Liza (à gauche) -  Guide de la première excursion
Anastasia - ma traductrice à demeure !
et notre chauffeur du jour























Il est des moments où tout se conjugue pour que le voyage entrepris se passe sous les meilleurs auspices. Ce fut le cas pour celui-ci.

Le bateau de croisière fluviale "Konstantin Fédine", au charme un peu désuet, mais agréable à vivre, devait compter, durant la période où j'y vécus, deux groupes de touristes, l'un chinois, l'autre russe (les Russes un peu argentés s'offrent volontiers des week-end ou de courts séjours au fil de l'eau). 



Seule française à bord, l'agence russe de tourisme - en relation avec l'agence française où je souscrivis mon voyage - fit face à ses obligations en mettant à mon service traductrice à demeure, taxi et guide pour les visites prévues dans le descriptif !

Mon garde du corps Anastasia (lol), une ravissante jeune femme de 20 ans, encore étudiante en langue (française) à la faculté, ne me quittait pas d'une semelle durant la journée. Elle me tenait compagnie même à la table des repas, dés l'instant où je m'y trouvais - même de bonne heure pour le petit-déjeuner (7 h 30 - car je suis une lève-tôt) ! Elle avait encore les yeux ensommeillés  car, outre sa présence à mes côtés, elle participait tard le soir aux  préparations des "festivités" du lendemain.
Je lui demandais "as-tu pris ton petit-déjeuner (ou ton déjeuner, ou ton dîner) elle répondait invariablement "non, tout à l'heure" et me regardait manger le ventre vide ! Elle était si mignonne, fraîche, candide, un peu indolente, le nez sur son portable quand la conversation tombait, comme on le voit de nos jours partout ailleurs - une enfant encore, à bien des égards. Très vite, je pris l'initiative de la renvoyer en lui disant "nous nous verrons tout à l'heure"  ; elle hésitait - elle avait d'autres directives - et j'insistais en la rassurant "mais oui, je te l'assure - je peux survivre un peu sans toi !" - 
Durant ce voyage, je crois l'avoir un peu aidé aussi en lui apprenant  vocabulaire et expressions françaises qu'elle ne connaissait pas encore (certaines "familières" -  qui retenaient toute son attention !)



Les guides que l'on m'octroya, chaque fois différentes, maîtrisaient  la langue française à la perfection ; possédaient à fond l'histoire de leur pays, et du coup, m'abreuvaient de détails qui, je l'avoue, finirent par me fatiguer ! Comment leur faire comprendre qu'un touriste - s'il n'est pas professeur d'histoire ou maître de conférence - ne peut emmagasiner en deux ou trois heures, deux  ou trois cents ans de faits historiques, détaillés de surcroît ! 
Dés la seconde excursion, je pris la précaution, avant notre départ, de leur expliquer - Anastasia interposée - que je ne souhaitais, pour mon information, que les "grandes lignes"... Peine perdue !
J'eus droit immanquablement à tous les détails possibles ! "Mais c'est l'histoire de mon pays" disaient-elles pour s'excuser !

La guide, quant à elle, qui m'accompagna pour la dernière visite (St-Pétersbourg et l'Ermitage), à qui j'avais fait les mêmes recommandations, loin de les suivre, accéléra ses explications, dès qu'elle sentit ma lassitude, espérant ainsi honorer ses obligations, avant que je ne m'écroule d'épuisement ! 

Ah merveilleuses femmes ! Je vous garde néanmoins toute ma tendresse et vous souhaite le meilleur - puissiez-vous y accéder. 

Un matin, deux ou trois jours après mon embarquement, en circulant sur le bateau, j'entendis un choeur chanter ... Le chant, la musique surtout, occupent une grande place dans ma vie - je devais donc voir qui chantait ainsi - et poussant la porte de la salle d'où provenaient les voix, je me trouvai face ... à un groupe de femmes chinoises. Et je n'aurais jamais pu imaginer qu'une incroyable amitié s'instaurerait aussitôt entre elles et moi. Heureuses de ma curiosité, elles m'applaudirent (!) et m'invitèrent à prendre place auprès d'elles. Nos moyens de communication verbale étaient très succints : quelques mots d'anglais ... et encore !  
La chef de choeur, une jeune femme d'une trentaine d'années, mit une partition entre mes mains : c'était une oeuvre d'un compositeur français - que les choristes chantaient en français !
 La chef de choeur me fit comprendre que mon aide serait bienvenue pour la prononciation. 
Et je devins, malgré moi, mais avec un réel plaisir, leur chef en second !
 De ce jour, elles me considérèrent comme une des leurs, chaque rencontre devint l'occasion de photos-souvenirs (elles adoraient faire des photos, comme on le dit des chinois en général). J'appris ensuite qu'elles étaient membres de l'armée et qu'elles faisaient ce voyage avec la perspective d'un festival de choeurs auquel elles participeraient à Saint-Pétersbourg. Ouvertes, gaies, souriantes toujours, curieuses de tout, c'est un réel étonnement qu'elles manifestèrent le jour où je leur appris que j'étais d'origine  arménienne  : elles ignoraient qu'il existait un pays qu'on nomme "Arménie" !
 Maintenant, elles savent !



à ma droite Gao Huan, chef de choeur

pleines de charme, de gentillesse ...

Je fus intégrée d'office ce soir-là pour chanter avec elles cette oeuvre "La berçeuse du petit Zébu" du compositeur français Jacques Ibert ! (Que je n'avais qu'entendue, et que je ne connaissais qu'à peine ! ). Plus tard dans la soirée, réunies autour d'une table dans le bar du bateau, ce fut encore l'occasion de partager des chants ...lyriques - à leur demande, je chantai à mon tour et ce fut pour elles la découverte d'une mélodie arménienne que je souhaitais leur faire connaître : Guiliguia ... elles semblaient émues ces femmes pleines de sensibilité, de talent,et de curiosité ! 

 Les soirées organisées pour notre distraction, furent aussi l'occasion de découvrir de vrais talents parmi les intervenants.
 Le groupe "Troyka" fut un de ceux-là.
 La jeune femme du groupe chantait de cette voix particulière bien timbrée, à la fois rauque et claironnante que l'on entend parmi les voix féminines des pays de l'est dans les chants traditionnels (Roumanie autre autres). 




Les musiciens jouaient à la perfection ! Notamment le joueur de cet instrument russe nommé "glab" avec lequel il pouvait interpréter des pièces très difficiles du répertoire classique ! Un brio, une dextérité époustouflantes ! Le public l'acclama à chaque nouvelle pièce !





Leur entrain, leurs mimiques expressives et drôles, enthousiasmèrent les spectateurs !




Et comme tout a une fin, après un spectacle auquel participèrent des touristes  - dont le choeur chinois évidemment, ainsi que moi dans une mini saynète burlesque - et les membres du bureau toujours mis à contribution, ce furent les adieux chaleureux de notre responsable déjà citée Victoria, accompagnée de l'animateur des soirées dansantes où se produisait une chanteuse arménienne Hélène (qui ne connaissait pas notre langue maternelle ...).

Le regard de Victoria me disait : "parle de nous, fais savoir que nous serons tout entier au service de ceux qui nous ferons confiance !"

C'est fait ma belle ! 
  

mardi 23 août 2016

Le coin - Ne dis plus rien - Même après - Nikos Lygeros


Le coin

N. Lygeros

Le coin
c’est de l’or
le bord
c’est de l’argent
le centre
c’est le désert
si tu gardes
cela en tête
tu ne commettras
pas d’erreur
de stratégie
qui a coûté
la vie
à tout un peuple
alors
qu’il suffisait
de regarder
un goban
pour comprendre
le schéma
mental
du Temps.

*****
Ne dis plus rien

N. Lygeros

Ne dis plus rien
agis seulement
car c’est ainsi
que tu pourras
appartenir
à l’Humanité
puisque pour elle
seule l’œuvre
compte vraiment
puisque celle-ci
crée l’être
que nous appelons
humain
par la suite.
Aussi ne tarde pas
car ta mission
existe déjà
avant même
ta naissance
et après
ta mort.

*****
Même après

N. Lygeros

Même après
nous devrons
être là 
pour continuer
l’œuvre
après
le changement
de cycle
car un seul
ne suffit pas
pour changer
le monde
lorsque celui-ci
se bat
pour rester
libre
sans devenir
la victime
d’un bourreau
de la mémoire
des hommes.

*****

lundi 22 août 2016

Le récipiendaire de la fourragère - N. Lygeros


Le récipiendaire de la fourragère

N. Lygeros

Il avait en tête, l’esprit de Jean Moulin.
Il savait, qu’il avait été repéré par le sous-lieutenant, spécialiste des Forteresses de Vauban.
Car le sergent ne pourrait voir que la surface.
Ses compétences dans le tir avaient sans doute fait la différence mais l’essentiel était ailleurs.
Le sapeur du 2ème Régiment du Génie n’était pas là pour cette raison. Il regardait les marques au sol pour son positionnement nocturne.
Car la cérémonie de la remise de la fourragère aurait lieu le soir.
Et il avait été choisi pour être récipiendaire.
Sans l’avoir demandé.
Sans revendiquer la moindre distinction
Car il aimait, les camarades de son groupe.
Seulement la différence avait fait la différence.
Il se positionna à la place prévue,
et resta parfaitement immobile dans l’obscurité.
De son regard il sentait les détails.
Cet instant historique et symbolique avait lieu sous les étoiles.
Et lorsque la fourragère lui fut remise,
il regarda le firmament en pensant à Jean.