mardi 25 avril 2017

Regarde - Les jeunes combattants - Les jeunes Arméniens - En Arménie Occidentale - N. Lygeros



Le vote républicain - Jamais - L'Arménie - N. Lygeros



lundi 24 avril 2017

Les élections françaises - Si ton symbole - Comme l'eau - N. Lygeros



Les élections françaises

N. Lygeros

Les élections françaises
sont aussi
un devoir de mémoire
et non seulement
un droit
aussi si tu désires
être humain
et libre
il faut te battre
contre 
l’extrémisme
de tout bord
pour conserver
la liberté
comme droit
inaliénable
dans une époque
où tout est
remis en cause
sans protéger
l'essence
de notre nature
à savoir
notre Humanité.

*****
Si ton symbole

N. Lygeros

Traduit de l'Anglais par Vasiliki Tsatsampa

Si ton symbole
est toujours
dans les territoires occupés
continue
ton combat
pour le libérer
comme si c'était
ta propre vie
l'esprit
de ton peuple,
l'idée
de liberté
pour garder
ta dignité
jusqu'à la fin
et même
après
si tu es capable
de survivre
et aider
les tiens
avec
ton œuvre.

*****
Comme l'eau

N. Lygeros

Traduit de l'Anglais par Vasiliki Tsatsampa

Comme l'eau
change
tout le temps
ta forme
mais reste
toujours
toi même
car
tu es
un caméléon
et nous avons besoin
de ta puissance
et de ton cerveau
pour résoudre
la solution
de notre problème
c'est pourquoi
nous attendons
de toi
tout ce qui est
inattendu
pour nos ennemis.

*****


(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


(3) Autres poèmes : mes choix** 

(4) textes - poèmes (suite)

(5) textes - poèmes (suite)

(6) Nouvelles

24 avril 1915 - Dzovinar

Sevada Grigoryan "Génocide"

24 avril 1915

Père de mon père, je ne sais rien de toi,
ni de ton regard, ni de ton coeur, ni de ta voix ;
 ni pourquoi, ni comment,
Tu es mort là-bas, sur cette terre qui t'a vu naître,
seulement que ce fut une tragédie,
comme pour tous ceux 
dont la place reste vide,
 sans un portrait, sans un objet,
 sans même une ligne écrite ...
Mais je sais pourtant, ayant vu vivre 
et mourir mon père,
que les graines de l'avenir que tu as semées
ont produit des fruits dont tu serais fier.
C'est toujours un peu de toi qui survit
dans le regard, la voix, le coeur de mes enfants.
Et moi, je suis là aujourd'hui
pour te dire avec ce poème
que j'honore ta mémoire
que je te porte en moi
et que je t'aime

Dzovinar


" Mémoire"
feutre - Dzovinar