mardi 19 octobre 2021

Michel Onfray adresse cette lettre ouverte à Cyril Hanouna, dont il a lu le dernier livre: Ce que m'ont dit les Français (avec Christophe Barbier, éd. Fayard)

  

"Certes, la défense de la minorité musulmane Ouïghour range immédiatement dans le camp du bien. Mais je ne sais si vous avez imaginé prendre position en faveur de l’Arménie qui a été sauvagement attaquée par l’Azerbaïdjan aidé par la Turquie, mais ce combat de civilisation qui se joue là-bas, annonçant celui qui se jouera dans le siècle suivant, aurait aussi mérité votre sollicitude géopolitique."

THÉORIE DU CON, ET DE QUELQUES AUTRES

Cher Cyril 

  Quand j’ai su que vous prépariez un livre avec Christophe Barbier, j’ai souhaité le lire car la caution politique de votre tandem laissait croire que vous vous apprêtiez à faire une proposition politique et, venant de la société civile, celle-ci m’intéressait.

  On sait que Christophe Barbier est un journaliste engagé dans le Camp du Bien, pour utiliser l’expression de Philippe Muray. L’ouvrage qu’il signe avec vous s’inscrit dans cette ligne.

   Pourquoi dès lors dire régulièrement que ça n’est pas le cas?

   Vous écrivez en effet: «Je ne roule pour aucun camp» page 242, «je n’ai pas de camp, je suis un arbitre objectif» page 257, «je n’ai pas de camp, je ne roule pour personne» page 288, «je n’ai pas de camp, mais je vais mener campagne contre un ennemi: l’abstention» page 289.

   Vous dites également: «TPMP est ouvert à tout le monde, sauf aux cons» (page 195). Pardonnez-moi, je n’ai pas vu toutes vos émissions, loin de là, mais des «cons» comme vous dites, j’ai cru comprendre qu’il y en eut plus d’un sur vos plateaux! Je ne vous le reproche pas, je pointe juste une contre-vérité. J’aurais aimé un peu plus de précisions sur ces cons-là, une petite théorie du con en quelque sorte.

   Si vous permettez, à défaut, je m’y mets:

   C’est assez facile, car votre con est portraituré en creux à toutes les pages. Il suffit de voir pour quoi et qui vous roulez, on imagine bien que ceux qui ne caracolent pas dans la même direction sont les cons. Le con c’est hélas souvent celui qui ne pense pas comme nous. Vieille comme les hommes, la notion se trouve bien vite circonscrite.

   Quelle est votre pensée ? C’est peu ou prou celle de Christophe Barbier qui s’active pour le camp du bien, c’est-à-dire pour les gentils, les anti-cons par excellence...

   Ces gentils veulent laisser une seconde chance aux prisonniers moins coupables de leurs délits que victimes de la société. Ceux qui ne se trouvent pas dans la situation d’avoir une seconde chance parce qu’une première ne leur a jamais été offerte me paraissent les oubliés de notre société. Or vous dites œuvrer pour eux. Mais vous semblez surtout aimer les victimes quand elles ont d’abord été coupables plutôt que quand elles n’ont jamais fait payer à autrui une dette qui n’est pas la leur. Vous qui dites avoir été radicalement changé par les gilets jaunes, «une révolution française» écrivez-vous page 27, vous devriez comprendre que la seconde chance peut ne pas être une priorité quand tout s’effondre y compris pour ceux qui attendent gentiment une chance qui probablement ne viendra pas si l’on continue, comme vous, à ranger dans le camp des cons ceux que vous nommez:  Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen page 142, Nicolas Dupont-Aignan et Florian Philippot page 170. Dès lors, on comprend où vous vous situez: aux côtés de Macron & Hidalgo, Bertrand, Jadot & Pécresse qui sont des clones de Mitterrand & Chirac, Sarkozy & Hollande, les responsables d’une société que vous dites pourtant vouloir changer.

   Ces gentils parlent de «violences policières» et prennent parti pour George Floyd page 117, pour la famille Traoré page 118, pour Michel Zecler page120 devenu «Michel» page 122, pour Cédric Chouviat page 115 devenu «Cédric» page 116 et pour tous ces gens dont vous dites qu’ils sont des victimes n’ayant «rien fait», page 118, ce qui laisse croire que la police interpelle pour le plaisir et tue en fonction des couleurs de peau - c’est une opinion, elle est défendue par ceux qui, à gauche, s’avèrent sensibles aux sirènes décolonialistes matinées d’islamo-gauchisme.

   Ces gentils qui savent être méchants défendent en principe le débat contradictoire et se targuent d’inviter quiconque ne pense pas comme eux. Ainsi, en contrepoint du discours de Michel Zecler, vous avez convié «un policier du syndicat minoritaire France Police», page 127, qui a démonté la version de la victime en commentant la vidéo intégrale avec arrêts sur images et sur lignages pour valider sa thèse. Il la défend, vous précisez page 127: «je le recadre sèchement, mais au moins il ne pourra pas dire qu’un tel point de vue n’a pas droit au chapitre». Autrement dit: si l’on accepte de se faire tancer, on a le droit de parler sur votre plateau.

   Ces gentils défendent le port du voile et précisent comme vous qu’il ne faut pas dire «femme voilée», mais «femme qui porte le voile», page 218. L’élément de langage est idéologique, vous ne pouvez l’ignorer, il permet, en jouant de cette préférence sémantique, de signaler sa préférence politique. Un tirage au sort ayant désigné fort opportunément et par le plus grand des hasards une gagnante «femme qui porte le voile», elle est invitée sur votre plateau qui, toujours comme par hasard, a fait le buzz notamment avec nombre de «cons».

   Ces gentils défendent le végétarisme même s’il s’agit plus d’un flexitarisme que d’un abandon total de la viande et du poisson.  On défend la cause animale, bien sûr, mais ça n’empêche pas de le faire autour d’une côte de bœuf au barbecue avec les potes! Si la bidoche est bio, écoresponsable, traçable, peu carbonée, la souffrance animale a droit elle aussi à une seconde chance.

   Ces gentils défendent la psychanalyse. Certes, on n’est pas forcément tenu s’avoir lu les œuvres complètes de Freud ou bien encore celle de Lacan, mais on construit sa vision du monde sur quelques lieux communs freudiens qui empoisonnent la pensée depuis plus d’un siècle car la gauche aime la parapsychologie pourvu qu’elle soit pratiquée au nom du chamane viennois. Vous écrivez page175: «la psychanalyse nous l’a appris: verbaliser les malaises évite le passage à l’acte. Après mes émissions, les plus agressifs des complotistes baissent d’un ton, redescendent de quatre étages». Je ne voudrais pas faire l’intellectuel, vous dites par ailleurs régulièrement ne pas les aimer, page 141 par exemple, mais Freud n’a jamais dit une chose pareille - et cette idée est par ailleurs fausse! Mais se réclamer de Freud et de la psychanalyse s’avère toujours un marqueur efficace du Camp du Bien.

   Ces gentils défendent la cause LGBTQ+, mais s’autorisent parfois des blagues homophobes - c’est la jurisprudence de la côte de bœuf végétarienne. L’une d’entre elle faite par vous mettait en scène «Jean-José, un homme de 26 ans bien monté», page 178, qui publiait une annonce sur un site de rencontre homo. Cette blague a, écrivez-vous page 180, et sur ordre du CSA, coûté «une amende de trois millions d’euros à l’encontre de la chaîne, qui viennent s’ajouter aux pertes de recettes liées au retrait de certains annonceurs, soit 12 millions d’euros d’après les calculs de C8».

   Cessons-là, sur le racisme, le féminisme, l’écologie, etc., votre idéologie est celle du pouvoir en place depuis des décennies.

   Le plus grave est que vous puissiez prétendre page 176 que le débat doit permettre à des complotistes et à vos chroniqueurs de pouvoir de se retrouver «à égalité de chances»! Pardonnez-moi, mais ne crois pas que l’avis d’un quidam équivale celui d’un expert sur son sujet d’expertise! Je préfère traverser l’Atlantique en avion avec un pilote validé par la compagnie que par un pilote d’ULM qui ne s’autoriserait que de lui-même. Ou me faire opérer par un chirurgien dûment estampillé que par le titulaire d’un CAP de boucher-charcutier qui revendiquerait, au nom de «l’égalité des chances», le droit à effectuer une opération à cœur ouvert!

   Vous écrivez par exemple page 206 que «Karim Zéribi rappelle que la burqa n’est pas dans le Coran, que ce sont les Taliban qui l’imposent et non le Prophète». J’ai pour ma part lu le Coran je retrouve dans mes notes les références du verset 67 de la sourate 33 qui dit, c’est Dieu qui parle: «O Prophète! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes de croyants de se couvrir de leurs voiles: c’est pour elles le meilleur moyen de se faire connaître et de ne pas être offensées». Une autre traduction donne: «abaisser un voile sur leur visage». Si l’on veut même être précis, le mot incriminé «jalābīb» est d’origine éthiopienne et désigne un manteau. Se couvrir le visage avec son manteau: voilà qui n’aurait rien à voir du tout avec la burqa?

   Le problème n’est pas que vous vous trompiez, on ne peut tout savoir sur tout, mais que vous accabliez qui sait en disant de lui qu’il ignore...

   J’ai pour ma part fait les frais de cette méthode qui vous a fait dire de moi dans votre émission du 12 janvier 2016 que vous ne vouliez pas me parler, j’étais donc l’un des cons que vous fustigez, en ajoutant: «C’est un islamophobe notoire qui dit d’énormes conneries. Il peut continuer à écrire sur moi1. Je ne veux même pas avoir de discussions avec lui (…) c'est quand même un gars qui a inventé (sic) les (sic) versets (sic) du Coran, c’est un manipulateur (sic).» L’année suivante vous remettez le couvert en disant, le 19 novembre: «Moi j’aime beaucoup Thierry Ardisson, mais le seul mec avec qui il est trop complaisant, car il a des propos qui sont vraiment inadmissibles sur l’islam, c’est Michel Onfray. Il l’invite à chaque fois, et il le considère comme si c’était le président (…) Michel Onfray, pour moi, on ne devrait pas le voir sur des plateaux.» De fait, si j’étais islamophobe, si j’inventais des sourates entières, mais également des versets, vous auriez eu raison: mais qui invente des sourates ou dit que les sourates qui existent n’existent pas? Je tiens par ailleurs à votre disposition mon cahier de lecture du Coran et une liste des versets (que vous confondez avec des sourates…) que j’aurais prétendument inventés! Et vous, l’avez-vous lu, vraiment? Si oui, vous avez mauvaise mémoire, si non, vous manquez d’honnêteté intellectuelle.

   Permettez-moi une incise: j’ai par ailleurs particulièrement apprécié le passage où vous dites pages 233 et 234: «Je ne supporte pas qu’on blesse des gens au nom d’un combat idéologique».

   Vous dites ne vouloir que la rigolade, le divertissement, l’humour. Mais si tel était le cas, vous n’auriez aucune raison de vous aventurer sur tous les sujets avec vos chroniqueurs qui ont un avis sur tout, tout le temps, et qui s’autorisent, du simple fait qu’ils sont chroniqueurs, de le donner sans avoir travaillé les sujets dont ils parlent et qui sont pourtant infinis…

   Vous dites par exemple page 259: «Je dois bien l’avouer: l’actualité internationale n’est pas mon pain quotidien». Je ne vous en voudrais pas de poser des limites à vos domaines de compétence. Mais vous expliquez page 260 comment «l’équipe s’est convertie lentement, mais avec bonheur, à la géopolitique». Qu’est-ce qui a rendu cette conversion possible? Donald Trump - qui, bien sûr, fait partie des ennemis du Camp du Bien!

   Voilà pourquoi vous vous engagez sur le terrain international en allant jusqu’à inviter le gouvernement français à décréter des «sanctions économiques possibles, seul moyen selon moi, dites-vous, d’effrayer un tant soit peu la Chine, et la nécessité d’agir au niveau européen pour espérer être efficace» - page 272.

   Certes, la défense de la minorité musulmane Ouïghour range immédiatement dans le camp du bien. Mais je ne sais si vous avez imaginé prendre position en faveur de l’Arménie qui a été sauvagement attaquée par l’Azerbaïdjan aidé par la Turquie, mais ce combat de civilisation qui se joue là-bas, annonçant celui qui se jouera dans le siècle suivant, aurait aussi mérité votre sollicitude géopolitique.

   On aura compris que, sur le fond, vous incarniez le Camp du Bien et que vous étiez très prévisible dans vos goûts et vos dégoûts.

   Sur la forme, vous revendiquez la mise en scène de l’émotion en pensant qu’elle conduit à la raison ou qu’elle peut se substituer à elle. Vous donnez votre impératif: «Je considère que mes émissions doivent d’abord (sic) faire passer des émotions» page 122. Or l’émotion est une impasse, elle ne conduit jamais à la raison, elle invite à en rester aux logiques viscérales, tripales. Choquer vous assure de l’audimat, mais sûrement pas du raisonnement. Je pourrais même dire que, la plupart du temps,  l’audimat est inversement proportionnel à la qualité intellectuelle.

   Vous dites page 16: «je crois à la force supérieure de l’instinct, de l’émotion, et à la seule vérité du plateau, de la scène, et de l’ambiance que l’on y ressent quand les projecteurs s’allument». Pour ma part, je n’ai jamais estimé que l’instinct fut préférable à la raison - c’est un peu, vous m’excuserez, la base de mon métier.

  Vous racontez avoir invité sur votre plateau des véganes qui ont estimé comme vous que l’émotion pouvait se substituer à la raison et qui, pour ce faire, ont apporté en direct le cadavre d’un petit cochon prétendument récupéré dans les poubelles d’un élevage de Normandie.  «Gros plan sur l’animal» page 131… Certes vous dites: «on ne peut pas montrer ça, mine de rien (sic) c’est extrêmement violent». Mais c’est fait! Ces militants n’ont pourtant fait qu’appliquer votre règle: de l’émotion avant tout.

  Or le show, vous ne cachez pas que c’est ce qui vous plaît: quand vous invitez ces fameux véganes sur votre plateau, vous savez qui vous conviez. Parlant d’eux et de leurs actions vous dites pages 129 et 130: «Je vois un extraordinaire phénomène de communication, je suis soufflé (sic) par l’aspect spectaculaire (sic) des démonstrations de force de ces activistes, et par la viralité formidable (sic) de leurs vidéos. C’est pour cela (sic) que, dans un premier temps, je souhaite les avoir sur mon plateau: leur manière de brûler les planches, de déchirer devant les caméras me fascine». La chose est dite.

   Vous semblez déplorer que d’autres que vous utilisent votre méthode. Ainsi, quand vous écrivez page 175: «rappelez-vous les gants de boxe exhibés par un présentateur de JT avant un débat entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie. La télévision s’est mise à programmer du lepéniste parce que cela faisait du «show». Et le FN a continué de monter…». Vous voyez bien que vouloir faire le show à tout prix n’est pas la bonne façon de faire et que l’émotion ou le rire ne suffisent pas à faire triompher la vérité.

   Vous commencez votre livre en expliquant comment vous faites vos émissions. On ne pourra que vous reprocher votre naïveté d’avouer que vous permettez ainsi que l’on conclue que vous ne faites pas penser, au contraire de ce que vous dites, mais que vous assurez le show avec ce qui court sur le net: «l’émission a été minutieusement réparée, par un travail d’équipe intransigeant qui nous permet ensuite de traiter les bons sujets du jour et d’avoir les invités qu’il faut» écrivez-vous page 17. Puis ceci: «Pour repérer les signaux faibles, je dispose de trois personnes qui, toute la journée, me préviennent dès qu’un sujet frémit sur les réseaux sociaux. Moi-même, dès six heures du matin, je scanne tout ce que je peux et je mets mes équipes en alerte: «Attention, j’ai l’impression que ce sujet monte. Regardez cela, analysez ce que c’est. Contactez les personnes en messages privés…». Puis je fais un point rapide sur mes radars perso, mes baromètres des réseaux, toutes les demi-heures environ. À quinze heures, je travaille avec l’équipe sur l’émission du soir dont le menu est déjà arrêté depuis la veille. C’est le moment, la plupart du temps, où je change tout! À seize heures, je partage sur les réseaux la liste des sujets qu’on prévoit de traiter et je regarde comment ça réagit. Exactement comme le pécheur qui balance ses hameçons. À dix-sept heures, en fonction des frémissements, j’établis le conducteur définitif. Si un sujet n’a pas pris, je le change. S’il n’a pas fait réagir à seize heures sur les réseaux, il n’intéressera personne à vingt heures sur les ondes. J’ai six millions de followers sur Twitter, cela vaut tous les panels et tous les sondages du monde. À dix-sept heures, je suis même en mesure de prédire notre performance du soir. Je parie avec mes équipes que l’on va faire 1,3 million de téléspectateurs, ou 1,7 million, ou taper la barre des deux millions».  L’émission commencée, vous regardez votre téléphone: «les tendances à chaud de l’audience, la nôtre et celles des concurrents, minute par minute. Si notre courbe fléchit, je relance le débat; si elle baisse, je change de sujet; si elle dégringole, je rends l’antenne…».

   Vous faites du zinc, du bistrot, du trottoir, de la machine à café votre horizon intellectuel: je ne sache pas que ce soit forcément la meilleure façon de «faire société» comme vous dites page 25.

 Cessons-là…

 Je conclus.

 Vous n’aviez pas aimé que je puisse faire de votre nom le symbole d’une télévision devenue une machine à décerveler. Je peux comprendre que ça puisse vous avoir déplu. J’en étais resté aux nouilles mises dans le slip d’un de vos chroniqueurs, si j’ai bonne mémoire, et j’estimais que c’était bien loin de la télévision dont Malraux disait qu’elle était un formidable instrument d’éducation populaire. Vous avez, on l’a vu, répondu par la calomnie, le mensonge, l’insulte. J’ai l’habitude. Rien de grave. Socrate m’a appris très tôt, et mon père avec lui, qu’il vaut mieux subir l’injustice que la commettre.

  Un jour, j’attendais l’entrée sur le plateau d’Éric Naulleau, vous sortiez de ce même plateau. Vous m’avez interpellé en me disant que, malgré ce que j’avais dit de vous,  vous avez l’entrefilet pérenne, j’avais été invité par vos soins puisque vous étiez le producteur de cette émission littéraire. J’avais trouvé la chose élégante et nous nous sommes parlé ensuite à deux ou trois reprises par téléphone. Vous y êtes d’un commerce agréable.

 Quand j’ai appris que vous écriviez ce livre avec Christophe Barbier, j’ai cru que ce serait un ouvrage politique et j’ai manifesté mon désir de le lire dès que l’éditeur disposerait des épreuves. En fait, vous y dites que vous interrogerez les candidats aux présidentielles, que vous ferez une tournée dans le pays - vous continuerez à faire le show. Et je ne vous le reproche pas. Mais vous savez que je ne crois pas que la politique gagne au show, au spectacle, aux émissions de télévision construites avec le flux d’internet pour obtenir l’audience - qui est l’autre nom du profit.

   J’attendais un autre ouvrage. J’ai eu tort, la faute n’en incombe qu’à moi-même.

   Vos premières pages sur les Gilets jaunes qui, dites-vous, ont changé votre vie, m’ont emballé. J’attendais que, pour eux, vous puissiez être un espoir. L’idée qu’in fine vous invitiez à voter pour les bons contre les méchants me laisse sur ma fin. Votre titre est Ce que m’ont dit les Français.  Après l’avoir lu, il me semble que vous auriez dû lui préférer: Ce que j’ai à dire aux Français.

   Un dernier mot pour prendre congé: votre éditrice vous a demandé pourquoi vous souhaitiez que je lise vos épreuves. Vous lui auriez répondu: «parce que lui me dira la vérité» - ce qui me touche et m’honore. Ne m’en veuillez donc pas de vous l’avoir dite.

   Je garde le meilleur souvenir de nos quelques échanges téléphoniques.

Michel Onfray

(Abonnement : MichelOnfray.com)


mercredi 6 octobre 2021

Lettre à Eric Zemmour - Mooshegh Abrahamian

 Lettre à Eric Zemmour 

Cher monsieur Zemmour, vous avez pour moi l’immense mérite d’une structure idéologique  cohérente campée sur une culture historique solide, servies par une grande sincérité et honnêteté  quand les élites françaises se sont vouées à un mondialisme sans mémoire où tout est égal et alors  que l’Islam vient dire : nous sommes là depuis 632 et nous n’en avons pas fini avec vous. Voici quelques remarques qui aideraient, à mon sens, à accroître votre popularité, sans rien céder  sur le fond. 

1) Vous devez rompre avec la peur panique multiséculaire héritée du Comité de Salut Public  pour tout ce qui n’est pas parisien et centralisé. 

Celui-ci a exterminé les Vendéens qui n’étaient pas une menace pour la cohésion nationale, mais  seulement une opposition à l’inféodation des prêtres à qui sera bientôt le nouveau maître des cieux :  l’Etre Suprême, une espèce de communisme avant la lettre, puisqu’en son nom, les Jacobins  s’estimaient nantis de faire le bien de la nation en guillotinant ou massacrant tous leurs opposants.  Tous les noms de provinces ont été supprimés. Les régions « allogènes » ont reçu des noms de  montagnes ou de fleuves et ont été divisées : 2 Alsaces, 5 Bretagnes, le pays basque et le pays  catalan disparus, 2 Corses, plus de Flandre …et donc plus de Flamands !!!! Comment pouvez-vous  imaginer une pérennisation de l’ « Empire » napoléonien sans une acceptation des différences  régionales, ethniques, linguistiques ? Sans que chacun TEL QU’IL EST soit traité à égalité de droits ?  Qu’auriez-vous fait d’une Italie du Nord ou d’une Rhénanie françaises ? Construit-on un empire en  demandant au vice-roi d’Italie de déménager les métiers à tisser piémontais à Lyon ??? Votre  assimilation à la française aurait consisté a leur faire abandonner de gré ou de force leurs cultures  originelles, comme vous avez contraint les Alsaciens à PERDRE leur culture et leur langue originelles  germaniques. Se rapproche-t-on ainsi de l’universalité ?  

Les conséquences de cette détestation de la différence se font encore sentir aujourd’hui. La  catalogne française (pardon: les Pyrénées Orientales !!) ne supporte pas la comparaison avec sa sœur  d’outre –Pyrénées, ni la Flandre (pardon le Nord !!) avec sa voisine d’outre Quiévrain, ni l’Alsace (  pardon le Haut et le Bas-Rhin) avec ses cousines germaniques d’outre-Rhin, idem pour les Savoie et  le Piémont ou encore le Pays basque !!! 

Après l’enthousiasme des peuples d’Europe qui accueillirent Napoléon comme un libérateur, l’éveil  national de la Prusse à l’Espagne se manifesta très vite contre « l’occupant » français. Aucun empire pérenne n’a pu subsister avec une telle idéologie paranoïaque et totalitaire. L’empire  russe a eu des tentations du même ordre, en obligeant par exemple vers 1900 les élèves arméniens  du lycée –russe- d’Erivan à russifier leurs noms de famille. Aujourd’hui, la Russie a réussi à éradiquer  le Djihad (Tchétchénie et Daghestan) tout en « institutionnalisant » l’Islam- 25% de la population.  Après une répression sans concession, Poutine a accepté l’islamisation des territoires à majorité  musulmanes, en échange d’un serment de loyauté à la Russie. Le pari est semble-t-il gagné même si,  inversement, ce « contrat » a incité la Russie à rester « neutre », donc en faveur des assaillants,  dans l’agression islamique contre l’Arménie. 

L’empire perse, bien que musulman « chiite » – distinguo important- , a hérité de sa tradition  multimillénaire, sa capacité à maintenir ensemble Perses, Arméniens, Azéris, Arabes, Kurdes , Juifs et  bien d’autres ethnies !!!! Les Arméniens avaient par exemple au 19ème siècle leurs clubs, leurs  écoles, leurs universités qui surpassaient en qualité leurs homologues de l’Empire ottoman et de  l’empire russe. Le grand écrivain Raffi ( 1835-1888) dont je ne désespère pas qu’un jour vous lirez 2 œuvres que je vous ai adressées – Le FOU et DJALALEDDINE- ( vous avez bien lu Ismaïl Kadare et  Kundera ! pourquoi pas Raffi ?), est né et a vécu à Tabriz. 

Chacun donc avait sa langue, ses traditions, sa religion et tous parlaient parfaitement le farsi !!!!!  A l’inverse, l’empire ottoman, une fois épuisée la spectaculaire poussée militaire (1453-1683) n’a pas  su traiter égalitairement musulmans et « gavours ». Il s’en est suivi bien des guerres de libération  nationale, et, pour ceux qui n’avaient pas compris qu’il fallait prendre les armes, un génocide.

Cette idéologie totalitaire et mortifère a d’ailleurs grandement influencé ceux parmi les Jeunes-Turcs,  en exil à Paris et en contact dans les années 1910 avec les milieux nationalistes et francs-maçons, qui  ont conçu le concept de « La Turquie aux Turcs », précisé par la trilogie « Un Etat, une race, une  langue ». Il suffira alors d’éliminer ceux de leurs camarades qui étaient en faveur d’un multi ethnisme avec égalité des droits entre tous les peuples constituant l’empire et d’appliquer la  « recette » jacobine. 

2) Vous ne viendrez pas à bout du problème des prénoms – allez à l’essentiel, inspirez-vous  de Poutine. 

Le combat des prénoms est perdu d’avance. La quantité devient une qualité. Vous le savez mieux que  personne. Surtout quand vous vous aliénez – pour mettre tout le monde à égalité- les prénoms  corses, catalans, bretons, basques, arméniens, kurdes, italiens, espagnols etc…. Je vous raconterai un jour l’histoire de mon 1er prénom ( Mooshegh) si cela vous intéresse. Un  prénom que bien sûr j’ai dû abandonner dans l’espace public. 

Et puis pourquoi voulez-vous obliger les Arméniens à abandonner leurs prénoms – chrétiens avant  tous les autres. Pourquoi considérer qu’ils sont une menace pour la cohésion nationale. Les  Arméniens n’appartiennent-ils pas comme bien d’autres- avant tous les autres- à cette civilisation  chrétienne que vous souhaitez sauver. La France, l’Angleterre, le Portugal, les Provinces-Unies,  l’Espagne ont pu prospérer économiquement, découvrir un autre continent, une nouvelle route des  Indes, construire des empires, car ils étaient à l’abri de toute incursion musulmane, protégés par  Venise, Gênes, le pape, l’empire d’Autriche….et même la Pologne !!!! Les Arméniens, géographie  oblige, ont connu un tout autre destin. Ils ont subi un génocide. Et maintenant on leur dit : oubliez ce  que vous étiez, vous n’êtes plus Arméniens. 

Pardon de vous retourner l’argument : pourquoi en rester à la paranoïa jacobine et ne pas accepter  les prénoms chrétiens des autres peuples – et faire une exception pour les prénoms de l’ancien  testament ?  

Cette protection que ses frères d’Orient lui ont procurée a contribué à détacher l’Occident de ses  racines. Il a questionné Dieu, l’a rejeté, coupant du même coup tout sentiment d’identité de destin  avec ceux toujours en butte à la barbarie que les Anglais et Hollandais n’ont jamais connue, et que  les Français ont oubliée depuis Poitiers, même si, grâce aux Papes et aux Croisades la solidarité avec  l’Orient a subsisté jusqu’à la fin du Moyen Age. 

Vous m’avez écrit : mon dessein est de sauver la France en danger mortel, ensuite, nous viendrons au  secours de nos frères arméniens. 

Or l’Islam attaque sur tous les fronts, en Orient et, fait nouveau, en Occident.. Au lieu de venir au  secours des Arméniens, l’Occident indifférent, lâche ou complice ( voire les 3 à la fois) incite  davantage l’ennemi à vous attaquer au cœur de vos villes car il verra là une preuve supplémentaire  de faiblesse. « Pour l’instant nous réglons définitivement le sort des Arméniens, votre tour viendra  vite car vous nous montrez que vous êtes gangrénés. Certains d’entre vous – la gauche- sont nos  vassaux. Aucun de vos journaux bien-pensants ne s’est exprimé en faveur des agressés, et, signe  ultime, vous avez envoyé une quantité égale de matériel médical aux agressés et aux  agresseurs !!!!! ». Voici le message qu’Erdogan peut envoyer à la France. 

3) Le contre-exemple suisse. 

Vous avez loué à juste titre la réussite économique et la démocratie directe de la Suisse. Allez un peu  plus loin. Voilà un pays qui doit être un non-sens pour votre conception de l’état. Un état fédéral, où les cantons sont quasiment en autogestion, doté de QUATRE langues nationales  où pourtant le sentiment d’appartenance à un même peuple est très fort. A l’évidence, la gabegie bureaucratique centralisée, la pseudo régionalisation qui est une autre gabegie bureaucratique, ne  peuvent pas résoudre les problèmes de la France. 


Mooshegh Abrahamian

mardi 5 octobre 2021

Ardem Patapoutian neurobiologiste, remporte le prix Nobel de médecine 2021

 



Le Libanais-Américain d'origine arménienne,   Ardem Patapoutian neurobiologiste,   remporte le prix Nobel de médecine 2021

Le prix Nobel de physiologie ou de médecine a été décerné lundi à David Julius et Ardem Patapoutian ′′ pour leurs découvertes de récepteurs de température et de touche."

Ardem est également un ancien étudiant de l'université américaine de Beyrouth.


samedi 2 octobre 2021

TORTURE ET DECAPITE - Par Jean Eckian (Journaliste)

 


Voilà ce que fait l'Azerbaïdjan avec la complicité de la Turquie aux jeunes Arméniens !

Le corps de ce soldat a été rendu à sa mère décapité, avec des traces de torture brutale. Il a été emmené comme prisonnier de guerre à Hadrout (Haut Karabakh) en décembre 2021. Il existe une vidéo de ce garçon en train d'être battu parce qu'il refusait de dire "Le Karabakh est l'Azerbaïdjan". Il a été décapité, sa tête n'a pas été rendue/retrouvée. L'Azerbaïdjan détient encore plus de 200 jeunes prisonniers. Ils sont torturés, humiliés, privés de nourriture ! Un nouvel Midnight Express. Et ceci dans le silence mondial ! Où êtes -vous les tenants des démocraties face à ces ignominies ! Nous possédons, je possède des dizaines de vidéos, immontrables, de ces humiliations et décapitations. Bravo la communauté internationale, le pétrole à bon goût ?

jeudi 30 septembre 2021

Mayrig (Hommage à Henri Verneuil)

 

Sur la musique composée par Jean-Claude Petit pour le film Mayrig de Henri Verneuil

 

Soudain, le voile épais est tombé,

Soudain, j’assiste désemparée, 

A la souffrance de tout un peuple

Que son destin a conduit

Hors du pays d’Arménie.

 Après tant de tortures et de guerres

Après bien des souffrances  et des prières,

Ce qui ne paraissait alors que chimères

S’est allumé dans le ciel l’aube d’un nouveau destin !

Enfin, il renaissait de ses cendres

L’oiseau symbole d’immortalité,

Phénix comme ton nom me semble doux

A l’aurore d’un matin qui m’apporte enfin

Un pays.

Demain, nous ferons pousser les grains

Que tous nos ancêtres ont semés,

Alors, riche de tous ces trésors

La jeunesse à l’infini recueillera les fruits

De l’espoir.

 

Dzovinar

 

Le film m’avait profondément bouleversée en même temps qu’il m’apprenait une réalité que Je ne connaissais pas vraiment, et la musique si émouvante de Jean-Claude Petit qui s’adaptait si parfaitement au film, m’avaient donné l’envie d‘écrire un texte qui traduisait mes émotions et  qui me permettait de les chanter .