vendredi 23 février 2018

Le Conseil des Sages de l'Arménie Occidentale - N. Lygeros


Le Conseil des Sages de l'Arménie Occidentale

N. Lygeros
Traduit du grec en anglais par Vicky Baklessi

(et de l'anglais au français par google)

Avec le décret présidentiel n ° 46 du 17 février 2018, l'Arménie occidentale a pris la décision de créer la Cour constitutionnelle conformément aux articles 77, 125, 132, 133, 134 et 135 de la Constitution de l'Arménie occidentale. Le décret présidentiel comprend trois articles. Le premier article porte sur la création de la Cour constitutionnelle de l'Arménie occidentale, appelée Conseil des sages. Le deuxième article, explique que, selon l'article 132 de la Constitution de l'Arménie occidentale, la composition de la Cour constitutionnelle sera définie avec la loi pertinente. Et l'article 3 annonce que le décret présidentiel sera publié au journal officiel. Cette nouvelle décision du président de l'Arménie occidentale vient renforcer le cadre constitutionnel du pays. Cet acte impensable il y a quelques années est devenu une réalité et c'est ce qui rassurera la valeur rationnelle de la Constitution de l'Arménie occidentale. C'est un outil fondamental qui vient aussi soutenir la libération progressive du pays de la barbarie de l'occupation. Donc, pour ceux qui ont du mal à voir l'avenir et les développements maintenant, ils ont un autre soutien puisqu'ils voient de manière vivante la mise en œuvre de conseils stratégiques également dans ce cadre pour l'Arménie Occidentale. C'est donc un grand jour pour la justice des innocents et des justes.




t(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


jeudi 22 février 2018

Eni et le Maroc - N. Lygeros


Eni et le Maroc

N. Lygeros

L'Office National des Hydrocarbures et des Mines (ONHYM) en tant que responsable officiel a eu plusieurs fois à éditer des permis d'exploitation au profit de la société pétrolière italienne Eni. En effet, Eni bénéficiaire de 40% des permis d'exploration Rabat Deep Offshore I-VI et de 70% des permis El Jadida offshore. La société Eni se prépare aussi à explorer au large des côtes marocaines dans les eaux de l'océan Atlantique des gisements cibles qui se trouvent dans la zone Tarfaya offshore Shallow I-XII, à proximité des villes de Sidi Ifni, Tan-ans et Tarfaya. La superficie des permis est égale à 23900 km². Quant à la profondeur de l'eau, elle va jusqu'à 1000 mètres. Ainsi Eni renforce sa présence au Maroc mais plus généralement au Maghreb et à l'Afrique du Nord puisqu'elle effectue déjà des travaux en Algérie, en Libye, et en Egypte. Cela va dans le sens de l'extension de ses recherches à Chypre où elle se trouve dans les blocs 2,3,6,8,9 et 11. D'ailleurs, dans le bloc 6 de la ZEE de Chypre, elle a découvert récemment le gisement Calypso qui est deux fois plus grand que le gisement Aphrodite dans le bloc 12. Il s'agit bien sûr de prospection et pas seulement d'exploration par le Maroc mais c'est déjà un énorme progrès puisque ce dernier constitue encore un point d'attraction pour une si grande compagnie pétrolière. Aussi nous devons nous attendre à des résultats stratégiques.




t(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


mardi 20 février 2018

Aux marges de la mer - Denis Donikian

Aux marges de la mer

Qui je fus sur ta peau comme un ver qui vibrait

A chercher sa raideur sous le feu noir de l’homme

Mol émoi en désir d’insondable absolu

Qui barattait mon sang amoureux de ton sang

Jusqu’au point culminant où la cime est éclat

J’étais comme un cheval au galop sur la plage

Aux marges de la mer et aux rives du sable

dimanche 18 février 2018

Roue arménienne de l'Eternité (suite)




(11 août 2017 Vigen Avetisyan Antiquités , Culture)
(Traduction par Pascal Nicolaides)

Arevakhach, le svastika arménien

La croix gammée arménienne est l'un des symboles arméniens de l'éternité et de la renaissance. La croix gammée traditionnelle était l'incarnation de la lumière (au sens théologique le plus large), d'où son nom Arevakhach (traduit de l'Arménien - "croix solaire"). En outre, pendant la période de culte du soleil en Arménie, ce signe était un symbole du soleil.

Le mot " swastika " est un composé de deux racines sanscrites: सु, su (bon, bénédiction) et अस्ति, asti (vie, existence). Ainsi, le mot lui-même signifie «bien-être» ou «prospérité». Un autre nom arménien de la croix gammée est "vardan" (de la "rotation" proto-arménienne).

Une image célèbre de la croix gammée arménienne est située sur les portes principales de la capitale médiévale d'Arménie, les portes du Lion d'Ani.

La signification première d'Arevakhach est la lumière divine et le soleil et le mouvement de la vie, la prospérité, la gloire, l'éternité, et la chance qu'ils apportent. Dans l'ancienne Arménie, Arevakhach était représenté sur des armes, des appareils, des tapis , des vêtements, des bannières de clans et des écussons. Il était également utilisé dans la conception des églises (le païen Arevakhach, comme beaucoup d'autres traditions et symboles arméniens) Maisons.

Dans l'épopée folklorique arménienne "Sasuntsi Davit" (David de Sassoun), le signe a reçu un autre nom, "Khach Paterazmin", la "croix militaire" ou la "croix de guerre". Là, c'était un symbole de la lutte des Arméniens contre les envahisseurs. Maintenant, Arevakhach peut être vu fréquemment sur les monuments de pierre des hauts plateaux arméniens.

Une recherche a démontré que les lettres de l'alphabet arménien pourraient être des images modifiées d'Arevakhach.

"Ker khach", c'est-à-dire une croix tordue, personnifie la rotation éternelle de la Terre, du Soleil et du cosmos. L'origine de ce symbole est associée aux signes aryens.

La rotation dans le sens des aiguilles d'une montre de la croix incurvée symbolise la vie-mort-vie, c'est-à-dire l'infinité, ainsi que la rotation. La rotation dans le sens inverse des aiguilles d'une montre symbolise la mort, la vie, la mort.

Les premières images de la croix gammée en Arménie remontent au Néolithique (environ 7000-5000 avant JC).

Arevakhach sur les murs de l'ancienne ville arménienne d'Ani.
Arevakhach sur les murs de l'ancienne ville arménienne d'Ani.

Un vieux casque arménien avec une croix gammée.

Une réplique du commandant de la tribu des Hurrites avec des croix gammées sur sa poitrine, récupéré des restes. Lchashen, Arménie (3000 avant JC).

Croix gammée sur un fragment de pichet au Musée d'histoire d'Arménie, Erevan.

Quelques Grands Inventeurs arméniens - Pour ANGELO !

Ces inventeurs arméniens dont on ignore la contribution aux découvertes qui ont révolutionné le monde scientifique...

*****

RAYMOND VAHAN DAMADIAN : SCIENTIFIQUE ET INVENTEUR - pour l'IRM (imagerie à résonance magnétique)

Raymond Vahan Damadian est l’inventeur visionnaire de la première machine à scanner magnétiquement, connue aujourd'hui sous le nom d'I.R.M (imagerie à résonance magnétique).

ORIGINES

Il est né à New York le 16 mars 1936 et à grandi dans le Queens.   Il effectue des études de mathématiques à l'université du Wisconsin-Madison en 1956, puis entre à l'Albert Einstein College of Medicine de New York en 1960.

Quoique ayant construit, dans des conditions incroyablement difficiles, le premier système d'imagerie (allant, faute de crédits, jusqu'à usiner de ses propres mains les différentes pièces constitutives de sa machine avec l'aide de deux étudiants) le jury du Prix Nobel 2003 ne reconnaîtra pas ses travaux, créant un scandale sans précédent dans l'histoire de ce prix prestigieux remis à d'autres scientifiques pour leur travail de développement de l'I.R.M. 

 Damadian a néanmoins reçu la Médaille nationale de la technologie des États-Unis, a été intronisé au panthéon des inventeurs nationaux états-uniens et a reçu le Prix des inventeurs Lemelson-M.I.T (Massachusetts Institute of Technology) en tant "qu'inventeur du scanner I.R.M".

 Sa première machine, nommée "Indomitable" (indomptable), est située à la Smithsonian Institution à Washington DC.

DÉCLARATIONS

« Ils ont dit que j'étais fou. J'ai réalisé des présentations au sujet de cette idée saugrenue consistant à loger le corps humain dans un aimant. »

CE QUE LES AUTRES DISENT DE LUI

« Tout le développement de l'I.R.M repose sur les épaules de cette découverte initiale de Damadian... »
 - Eugene Feigelson, doyen du collège de médecine du SUNY Downstate Medical Center.
« Sans la découverte de Damadian on n’aurait pas pu savoir que des maladies graves comme le cancer pouvaient être détectées au scanner R.M.N (ancien nom de l'I.R.M.) ou que les signaux N.M.R liés au tissu avaient suffisamment de contraction pour créer des images exploitables. »
 – Mattson, J. et Simon, M., pionniers de la R.M.N et de la résonance magnétique en médecine : The Story of MRI.
« Un banal médecin (Damadian) a montré aux chimistes et physiciens une nouvelle façon d'observer le corps humain et de diagnostiquer les maladies. » - PBS

Biographie

Sa biographie, émouvante et exemplaire, est relatée dans le livre "A machine called indomitable".

*****************************************************
LUTHER GEORGE SIMJIAN  : Un des plus grands inventeurs arméniens; il était un innovateur permanent dont les inventions comprennent un appareil photo, un indicateur de vitesse de vol pour les avions, la machine à affranchissement automatique, le téléprompteur et le distributeur automatique de billets (journal autrichien « Die Press »).

Source:http://armenblog.20minutes-blogs.fr/…/un-armenien-est-l-inv…

Luther George Simjian est né à Aintab alors situé dans l’Empire Ottoman le 28 janvier 1905. Dés son plus jeune âge il a développé un intérêt aigu pour l’optique et la photographie. Après le génocide de 1915 il a été séparé de sa famille et s’est enfui à Beyrouth, puis à Marseille et en fin de compte aux Etats-Unis. À l’âge de 15 ans il est arrivé seul aux Etats-Unis et est allé à New Haven dans le Connecticut, où il est resté avec des parents et a trouvé un travail auprès d’un photographe.

Luther George Simjian avait à l’origine eu l’intention d’étudier la médecine, mais a changé d’avis après que la faculté de médecine de Yale lui ait donné un travail dans son laboratoire  photographique.

En 1928 il a été nommé directeur du département de photographie de la faculté de médecine et il a bientôt développé une méthode pour photographier des images microscopiques et des spécimens sous l’eau.

En 1934, il s’est rendu à New-York, où il a développé un appareil à rayons X coloré et une caméra pour réaliser soi-même les portraits permettant à la personne qui pose d’examiner un miroir et de voir exactement l’image qui sera obtenue.

Rapidement Luther George Simjian  établit une société pour déposer une licence et fabriquer la caméra pour une utilisation dans des studios, dans des grands magasins. Il a, en fin de compte, attribué à la caméra le nom de Photoréflexe.

Puis il a commencé à développer Reflectone et a continué à explorer les dispositifs électromécaniques et le nouveau domaine électronique dans l’optique.

Puis Luther George Simjian a eu l’idée de créer une machine pour les petits magasins qui permettrait aux clients de faire des transactions financières toutefois cette idée a rencontré beaucoup de scepticisme.

Ce n'est qu'en 1939 que Luther George Simjian  enregistrera 20 brevets de son invention liés à ce dispositif  persuadant la banque - qui deviendra Citicorp -  de lui accorder un essai. Après six mois, la banque n'a enregistré que peu de demande.

« Il semble que les seuls personnes employant les machines étaient un petit nombre de prostituées et les joueurs qui ne voulaient pas traiter avec des caissiers face à face » a écrit Luther George Simjian.

Plus tard, bien sûr, l’idée a été développée et aujourd’hui, les versions modernes de la machine de caisse automatique sont presque à chaque coin de rue.

Vers la fin de sa vie Luther George Simjian a construit un petit laboratoire de recherche et développement dans Fort Lauderdale, en Floride et a continué à inventer jusqu’à sa mort le 23 octobre 1997.


Luther George Simjian a inscrit son dernier brevet d’invention  en mars 2000, pour un processus visant à améliorer la résonance du bois employé pour les instruments musicaux.

******************************************************
HOVANNES (IVAN) ABGARI ADAMIAN (en arménien : Հովհաննես Ադամյան), né le 5 février 1879 à Bakou (Azerbaïdjan), et mort le 12 septembre 1932 à Leningrad (URSS) :  ingénieur arménien, ayant créé pas moins de vingt inventions.

Le premier projet de télévision en couleurs est finalement de son fait, et breveté en Allemagne le 31 mars 1908 (numéro de brevet 197 183), puis en Angleterre le 1er avril 1908 (numéro de brevet 7 219), et enfin en France (numéro 390 326) et en Russie (numéro 17 912) en 1910.

 Il est donc considéré comme étant l'un des fondateurs de la télévision couleur, montrée à titre expérimental à Londres en 1928, et alors basée sur le principe tricolore qu'il a mis en place (« principe tricolore d'Adamian »).

Adamian est né dans la famille aisée d'un négociant et homme d'affaires pétrolières. En 1897, il termine sa scolarité à Bakou et part pour l'Europe étudier dans les universités deBerlin et de Zurich. Il conçoit alors des systèmes de télévision en noir et blanc, en plus, déjà, de se pencher sur les futurs prototypes de télévision couleur. Reprenant et développant des théories d'autres cofondateurs de la télévision en couleurs, comme Le Blanc ou Nipkov, Adamian est le premier à obtenir des résultats concrets en la matière. Le premier projet de télévision en couleurs est finalement de son fait, et breveté en Allemagne le 31 mars 1908 (numéro de brevet 197 183), puis en Angleterre le 1er avril 1908 (numéro de brevet 7 219), et enfin en France (numéro 390 326) et en Russie (numéro 17 912) en 1910.

En 1913, Adamian s'installe à Saint-Pétersbourg, qui s'appellera ensuite Leningrad (Russie). Il effectue cependant, par la suite, de nombreux voyages prolongés en son Arménie natale.

En 1925, à Erevan, Adamian met au point « Eristavi », un mécanisme de diffusion d'images en couleurs. Soutenu par ses amis et assistant arméniens, il réussit à diffuser à l'écran nombre de motifs et de dessins en couleur, transférés via Eristavi depuis un laboratoire situé à côté.

Il meurt le 12 septembre 1932 à Leningrad, et est enterré au cimetière arménien local. En 1970, sa dépouille est rapatriée vers l'Arménie, pour être déposée au Panthéon des Arméniens les plus célèbres, à Erevan. (Wikipédia)

******************************************************
https://dzovinar.blogspot.fr/2015/10/celebres-inventions-dinventeurs.html (Vidéo)

******************************************************
OSCAR H. BANKER  né ASATOUR SARAFIAN, - (1895 - 1979)
Inventeur arménien américain qui a breveté un certain nombre de travaux, y compris une transmission automatique pour automobiles, le pistolet d'inoculation sans aiguille, les commandes primaires du premier hélicoptère Sikorsky et direction assistée .  Il est considéré par certains comme le "père de la transmission automatique".  Il est accrédité en tant qu'inventeur de la première transmission automatique pratique.
   (Alfred Horner Munro du Canada avait breveté une transmission automatique 14 ans avant Banker. Mais son invention  qui reposait sur l'air comprimé et manquait donc de puissance  n'a jamais été développée commercialement.)


*****
Vidéo

*****
Savais-tu que l'architecte de la Grande-Motte était arménien ? Jean Balladur (cousin d'Edouard Balladur)



Bon dimanche !! 
Je m'arrête là - j'ai pitié de toi !

vendredi 16 février 2018

Lettre à un ami turc - N. Lygeros


Lettre à un ami turc

N. Lygeros

Si je t'écris, c'est pour te dire, mon ami, que je sais que tu n'es pas personnellement responsable d'acte de génocide. Tel n'est pas mon propos. Il ne s'agit pas non plus pour moi d’accuser ton peuple, tu me connais que trop bien. Je voulais simplement te dire que je comprends tes difficultés. Cela ne change rien pour autant car ton pays ne veut reconnaître l'existence du génocide. Je sais bien que tu risques toi-même dix ans de prison si tu oses défier ouvertement le système. Cependant je me dois de prendre position, ici, en France, pour toi, pour moi, pour les nôtres et les autres qui ne peuvent vivre que dans la justice et dans la mémoire. Ton pays me menace mais je me moque de leurs tirades, tu le sais bien. C'est une question d'honneur et de dignité humaine. Certains des tiens te diront sans doute que je suis un traître à leurs yeux. Mais toi, tu le sais et je sais que tu le sais, cela me comblera de bonheur car c’est de cette manière que mon acte sera un acte pour les innocents. Cette fois, il ne me suffit pas d'affirmer que je lutte pour les droits de l'Homme, je me dois de lutter pour moi mais aussi pour toi, qui ne peux le faire de cette manière et aussi librement. Personne ne pourra m'influencer pour ne pas voter cette loi. Aussi ne t'inquiète pas pour moi. Je serai digne même sous les menaces. Sache que je penserai à toi au moment du vote et au moment où je lèverai la main je tiendrai aussi la tienne contre ce système qui bafoue les droits de l'homme et qui tente de commettre à son tour un génocide de la mémoire.


Ton ami,
Un citoyen français
Sénateur



mardi 13 février 2018

Les petits hommes surdoués - N. Lygeros


Les petits hommes surdoués

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.- M. Bras

Les petits hommes surdoués ne voient pas qu'ils n’examinent le monde ni d'une manière traditionnelle ni classique. Ils utilisent beaucoup plus de détails pour synthétiser une pensée, et cette capacité surprend les plus âgés. En réalité, ils constituent un bon modèle pour l'évolution des réseaux neuronaux profonds. Parce que c'est en substance une autre intelligence qui fonctionne en parallèle sans copier forcément la première. Au début, ils croient eux aussi que le monde entier est fait comme ça. Mais ensuite, au fil du temps, ils se rendent compte qu'il y a des différences et qu'elles sont grandes. Il sera intéressant pour les réseaux neuronaux profonds d'avoir eux-aussi cette sensation et de devoir s'adapter à l'existence d'une autre intelligence structurellement différente. Beaucoup parlent d'émotion comme si elle était en confrontation avec l'intelligence, mais cela est dû au fait qu'ils ne peuvent même pas imaginer qu'ils pensent non seulement aux hyperstructures, bien sûr, mais aussi aux petits hommes surdoués eux-mêmes. Ils ne voient pas à quel point ce qu’ils ressentent est étrange quand ils réalisent combien peu d'autres donnent de l'importance aux choses essentielles, combien peu aiment les autres hommes, combien ils protègent peu les innocents, combien rarement ils écoutent les Justes. Ils voient aussi à quel point ils donnent de l'importance à l'apparence, comment ils paraissent aux autres, que d'années ils gaspillent sans raison. Mais ensuite ils comprennent que ce n'est pas un choix mais une aptitude. Alors ils commencent à produire une oeuvre pour les autres parce qu'ils ont besoin d'aide pour faire évoluer globalement l'Humanité sans laisser personne à la traine.




t(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


lundi 12 février 2018

Le monde de l'enfant précoce - N. Lygeros

Encre de Chine et Bleu - 2006 - Nikos Lygeros

Le monde de l'enfant précoce


N. Lygeros

Tous les spécialistes s'accordent à dire que le monde de l'enfant est extrêmement complexe à décrire. Alors que dire de celui de l'enfant précoce ? Comment interpréter cette dysynchronie fondamentale qui le caractérise ? Autant demander la couleur d'un caméléon sans aucun contexte. Comme tout est différent, il faut rechercher l'attracteur qui réalise sa vision. Il y a certes dans celui-ci l'idée du malheur d'être né enfant même si le monde entier semble une immense cour d'enfants. Il y a aussi cette absence de perfectibilité. Comme si tout avait été et que rien ne pouvait changer. Pourtant le schéma mental de la structure ouverte offre des possibilités herméneutiques importantes. Car dans celle-ci même si tout est en place, tout reste à faire. L'être est las sans œuvre et l'œuvre est là sans l'être. La précocité est avant tout une œuvre virtuelle. Tout est potentiel. Tout doit devenir cinétique. Son énergie est dans la créativité et non la création. Même si l'être semble statique, c'est dans l'œuvre qu'il faut chercher la dynamique. Dans cet univers clos de l'enfant précoce, seule l'oeuvre représente une ouverture sur le monde. Car le reste demeure inaccessible. Non pas en raison d'un autisme interne mais bien externe. Car ce phénomène d'incompréhension que nous avons face à l'enfant autiste, l'enfant précoce l'a vis-à-vis de la société qui est intrinsèquement fondée sur des bases qui ne sont pas les siennes. Dans ce lieu que représente l'enfant précoce, se déroule un combat entre l'humanité de l'être et la société des êtres. Dans cette mémoire du futur qui constitue l'essence du monde de l'enfant précoce, la société voit un ennemi du présent. Aussi elle le réduit volontiers au monde des enfants afin de ne pas avoir à lui rendre de comptes vis-à-vis de ses actions. Cependant l'enfant précoce se souvient car il a décidé de ne pas oublier afin que le monde qui est aussi le sien, l'humanité vive. Ainsi pour la société, l'enfant précoce à travers son monde représente un adversaire qu'il faut réduire à néant par tous les moyens. Afin que tout reprenne sa place initiale sans subir de perturbations. Seulement l'humanité ne vit qu'à travers la survie de certains d'entre eux qui malgré leurs affres surmontent l'insoutenable légèreté des êtres pour aider ceux qui ne le peuvent pas, ceux que l'autisme social a anéanti via la condamnation de la normalisation. Il apparaît donc que le plus simple modèle pour décrire le monde de l'enfant précoce, c'est notre monde car il est lui aussi le résultat d'une pensée de même type. Une pensée dont la structure ouverte permet de créer de nouveaux nœuds dans le réseau complexe que représente l'humanité. Pour comprendre ces singularités, il est pertinent d'examiner la variété qui les inclut comme pour comprendre cette variété, il faut saisir le sens des singularités. Nous nous retrouvons donc dans une forme de complémentarité intrinsèque.

Novembre 2006


dimanche 11 février 2018

Dans le désert - La beauté des fleurs - N. Lygeros

Nikos Lygeros militant
et poète

Dans le désert

N. Lygeros

Dans le désert
du Moyen-Orient
imaginer
trois orchidées
en fleur
représente 
une image
du Paradis
et lorsque
celui-ci
se pare
de couleurs
avec quatre 
branches
une rose 
soutenu,
une jaune 
et deux
grosses roses
plus pâles
alors
nous savons
que nous sommes
ensemble
même là.


La beauté des fleurs

N. Lygeros

La beauté des fleurs
nous rappelle
des morceaux
de paradis
terrestre
sans oublier
qu’elle suggère
celle 
de cette fleur
verticale
à l’angle
de notre table
au moment
où nous testions
les valeurs
d’une cuisine
du terroir
étoilé
que nous ne pouvons
enlever
de notre mémoire
en raison
de la volupté
des saveurs.

*****

t(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html


La porte étroite - Dzovinar

La porte étroite
Canal de Corinthe
entre mers Egée et Ionienne

Dans cet étroit passage
ouvrage d'art humain
où coulent les eaux
endiguées - enfermées -
par de si hauts remparts,
comme elles, s(écoulent nos vies,
bien trop à l'abri de nos peurs.
Vivre intensément effraie.
Pourquoi ?
Tout est permis en ce monde
qu'il nous faudra quitter :
Le travail,
 mais l'amour, mais la joie qui passent ?
Le malheur de lui-même s'invite,
inutile de le convier !

Comme ces eaux qu'appelle l'infini
se jetant d'une mer dans l'autre,
s'échappent de leur carcan,
pareillement,
l'amour de la vie ouvre tous les chemins
 -cahoteux, rocailleux souvent
et jubilatoires aussi-
si nécessaires à l'esprit curieux
que toute expérience enrichit.

samedi 10 février 2018

Raphael Lemkin - Le peuple héros - N. Lygeros



Raphael Lemkin

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Raphael Lemkin
a perdu quarante-neuf personnes
de sa famille,
qui ont subi le génocide
des nazis
en Lituanie
et en Pologne.
Son frère Elias a survécu
sa femme aussi
après bien sûr
avoir passé de nombreuses années
au goulag
soviétique.
Ainsi lui-même
a vécu
en tant que Juste
en famille
au niveau
des actions
de la barbarie
du noir
et du rouge.

*****
Le peuple héros

N. Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras

Au ministère des Affaires étrangères, un nouveau Créon tente de violer les droits de la Grèce. Il a oublié que nous sommes les enfants d'Antigone et que la propagande diplomatique du processus légal ne nous affecte pas. Nous savons que l'essence de la vie n'est pas d'avoir perdu mais de s’être battu. Parce que rien n'est légitime s'il abâtardit l'histoire de l'Hellénisme. Le nouveau Créon est peut-être agacé par notre résistance et les manifestations historiques ne sont pas à son goût, mais cela nous laisse indifférents. Son idéologie ne nous représente pas et la période de grâce a expiré. Il serait bon pour lui s'il ne veut pas finir comme le précédent dans les infamies de l'histoire de se préparer à changer et à échapper à ses obsessions idéologiques car elles ne coïncident pas avec la volonté de la Grèce. Donc, à moins qu'il ne veuille prendre une place à Skopje pour profiter des avantages de ses efforts, ce serait opportun de changer tant qu'il en a le temps. Car après ce sera trop tard et le coût politique énorme pour lui-même, puisque même les siens le chasseraient pour être sauvé d'un désastre attendu. Le peuple héros ne va pas s'agenouiller même s'il reçoit des ordres du pouvoir parce que il ne croit qu'aux valeurs et non aux principes. Le problème de Skopje peut être un obstacle pour l'Hellénisme mais nous allons le surmonter, pour le nouveau Créon cependant il peut se transformer en une pierre tombale politique avec l'épitaphe d'Antigone.

*****

t(1) http://dzovinar.blogspot.fr/p/blog-page.html

mardi 6 février 2018

Etat terroriste - EDITORIAL


EDITORIAL
Etat terroriste

L’affaire Lapshin n’a pas trouvé sa conclusion avec la libération du blogueur l’été dernier. Elle n’a fait au contraire que prendre un nouveau départ. Ce citoyen russo-israélien, arrêté à Minsk le 15 décembre 2016 sur demande du régime Aliev puis extradé en Azerbaïdjan n’entend en effet pas en rester là. Il n’a pas soldé ses comptes avec le maître de Bakou, qui l’a persécuté au seul motif de deux visites au Haut-Karabagh en 2011 et en 2012 (présenté comme une violation des frontières de l’Azerbaïdjan). Et il ne s’estime pas quitte non plus avec le président de la Biélorussie, qui s’est fait l’exécutant de cette manœuvre ubuesque, le territoire en question étant de facto indépendant depuis 20 ans, qu’il délivre ses propres visas et qu’il fait l’objet d’une négociation internationale sur son statut. Une histoire de fou, un cauchemar éveillé qui en dit long sur l’autoritarisme hystérique des dirigeants azerbaïdjanais. Et qui, au passage, n’a pas amélioré l’image détestable de la gouvernance biélorusse et de son leader populiste : Alexandre Loukachenko.

Voilà donc l’itinéraire d’un touriste cueilli au petit matin par la police dans un hôtel de Minsk, jeté sans coup férir dans un sordide trou à rat, puis qu’on extrade au bout de deux mois vers un État despotique étranger qui veut en découdre avec lui ! Le tout sans autre forme de procès, ni même de mandat. Car contrairement à ce qu’avait affirmé la Biélorussie à l’époque, jamais Interpol n’avait délivré d’avis de recherche contre Alexandre Lapshin. Mais ce n’est pas tout. Le héros malgré lui de cette terrifiante vendetta confirme dans l’interview exclusive publiée dans NAM ce mois-ci que c’est bien l’avion personnel de Mehriba Aliev, la charmante épouse du président, qui a été le prendre à Minsk et qui l’a ramené menotté, escorté par des militaires cagoulés et lourdement armés, sur le tarmac de l’aéroport de Bakou. Ainsi l’amie de Rachida Dati montre une autre facette de sa personnalité, moins flatteuse que celle présentée par sa fondation, dont les largesses profitent à certaines municipalités françaises, à la faveur d’opérations de sponsoring diplomatico-culturel. Elle n’est plus seulement celle dont la générosité avec l’argent du peuple azerbaïdjanais permet la rénovation des vitraux de la cathédrale de Strasbourg ou le financement du Festival de jazz d’Argentan. Elle apparaît aussi comme un maillon clé de cette dictature dont elle assure la vice-présidence, n’hésitant pas à s’impliquer, le cas échéant, dans des enlèvements de haut vol. Si l’on peut dire.

Mais ce kidnapping qui répondait au double besoin d’assouvir une inextinguible soif d’autorité et de terroriser tous ceux qui se sont rendus ou qui ont l’intention de se rendre en Artsakh, s’est finalement retourné contre son auteur. Non seulement il a été contraint, sous la pression internationale, de « grâcier » Alexander Lapshin après l’avoir emprisonné et brutalisé 9 mois durant, mais l’Azerbaïdjan devra justifier de ses actes. Le citoyen russo-israélien nous informe en effet qu’il est en train de poursuivre devant la Cour de Strasbourg cet État, tout comme la Biélorussie. Il s’agit pour lui d’obtenir réparation pour les violences subies et surtout bien sûr d’une impérieuse exigence morale. Car le pouvoir en place à Bakou n’entend visiblement pas se contenter d’exercer sa tyrannie sur son peuple, mais également sur les autres, faisant ainsi preuve d’une ambition « à l’export » aussi remarquable que redoutable en ces temps de mondialisation... En Artsakh tout d’abord, avec la course effrénée aux armements à laquelle se livre cet État, sur fond d’hystérie raciste antiarménienne et de menace permanente de guerre. Les mots de Lapshin, qui a vécu ce climat de l’intérieur, sont à cet égard très clairs : l’Azerbaïdjan nourrit des projets génocidaires à l’égard des Arméniens, comme l’on s’en doutait depuis les pogroms de Soumgaït, de Bakou, de Kirovabad, le massacre de Maraga, etc. Mais ce n’est pas tout. Le Caucase ne suffit visiblement pas aux appétits de cette dictature qui entend se faire respecter, voire intimider et harceler, jusqu’en France. En témoignent ses procès intentés contre l’émission Cash Investigation, qui avait eu le mauvais goût d’enquêter sur les turpitudes du régime Aliev. Ou encore sa plainte en justice contre le magazine Nouvelles d’Arménie, attaqué pour avoir diffusé sur son site internet un communiqué de François Rochebloine, ex-député UDI, qui y qualifiait l’Azerbaïdjan d’État terroriste. Ayant perdu en première instance et en appel dans cette procédure, l’ambassade d’Azerbaïdjan se pourvoit aujourd’hui en cassation. Elle a même déposé une QPC pour pouvoir poursuivre les journalistes sur le sol national. Comme quoi l’État de droit, ça a aussi parfois du bon... L’Azerbaïdjan devrait peut-être tenter l’expérience à domicile, plutôt que de vouloir à tout prix justifier de sa place de 163e pays sur 180 au classement de RSF sur la liberté de la presse. Artskakh, Lapshin, média... Qui a osé parler d’état terroriste ?

samedi 3 février 2018,
Ara ©armenews.com