samedi 24 septembre 2011

"Quand la Licorne croisa le Caméléon" Dzovinar -"Le Mythe du Caméléon" N. Lygeros


Dzovinar - Pastels et feutres


Paisible, la Licorne vivait dans les forêts
sous la protection des elfes
des arbres et des sources, 
à l'abri des tumultes, du vacarme des villes,
soucieuse seulement de la beauté des roses
 de l'harmonie du monde qui l'entourait
toutes ces choses comblant son coeur
 aussi pur  que la blancheur immaculée
 de la robe qui la paraît ...
  
Tapi dans l'ombre,
qui l'avait accueilli,
guettant les prédateurs
 qui pourrissaient la terre
vivait ainsi le Caméléon 
aussi changeant que le temps  
défiant en son repaire
la ruse des barbares
remplis de haine, avides de sang,
qui croyaient vaincre l'innocence
en la crucifiant. 
 Il veillait sans faiblir 
sur le monde et ses espérances
celui qui surgit un jour dans
le secret jardin des rêves
où paissait sagement la Licorne ...


Elle vivrait mille ans peut-être
 en sachant désormais
que le monde qui l'attendait
ne pourrait plus être celui qu'elle abandonnait
depuis ce jour où d'un regard, 
 le Caméléon le lui avait fait connaître ..

.Dzovinar

*****

Le Mythe du Caméléon
Nikos Lygeros
Traduit du grec par A.-M. Bras

Il était une fois un caméléon.
Tout le monde pensait qu'il était jeune.
Mais il vivait ici depuis mille ans.
Seulement personne ne le croyait.
Même s’il montrait son arbre,
le généalogique.
Car personne ne regarde
quelque chose qui est invisible.
Ainsi il traversa les siècles
comme les immortels
mais mortel.
Et chaque fois qu’il voyait
une nouvelle couleur
il changeait pour lui ressembler
et ne pas lui faire peur.
Donc il leur ressemblait à toutes
mais aucune ne lui ressemblait.
C'était la même chose avec les hommes
mais ils étaient rares ceux qui s’en rendaient compte.
Il pouvait seulement parler avec les livres.
Car ils restaient avec lui
à cause des auteurs morts.
Tandis que les vivants mouraient rapidement
dans la société sans laisser de traces.
Il trouva un jour, une tour d'ivoire
immédiatement il rechercha la cheminée
mais il n'y en avait pas 
et il partit.
Puis il rencontra une bibliothèque
sur un pont
au bord du ciel
et de la mer
et il décida
de prendre sa couleur
ainsi il y eut le code
et le palimpseste
pour ne pas oublier
l’Humanité
et le Temps.

*****

http://dzovinar.blogspot.fr/2013/03/licorne-et-cameleon-dzovinar-n-lygeros.html




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar