dimanche 3 avril 2016

L'ARTSAKH, NOTRE TERRE, EST EN DANGER ! 2, 3, 4, 5, 6, 7, 22 avril 2016 ...


Nagorny-Karabakh
Importants combats entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes

Erevan, 2 avr 2016 (AFP) - 



Des combats d’une intensité inhabituelle avaient lieu samedi entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes le long de la frontière du Nagorny Karabakh, ont annoncé Bakou et Erevan.

Selon les Arméniens, “l’Azerbaïdjan a lancé vendredi soir une attaque massive à la frontière du Nagorny Karabakh avec chars, artillerie et hélicoptères“, et les forces séparatistes (du Nagorny Karabakh, soutenues par l’Arménie, ndlr) ont abattu deux hélicoptères et infligé “des pertes importantes“ à l’ennemi.

L’Azerbaïdjan a immédiatement démenti cette version, assurant qu’aucun hélicoptère n’avait été abattu et que ses forces n’avaient fait que répondre à une attaque du côté arménien avec “artillerie de gros calibre et lance-grenades“.

Les deux côtés indiquaient que les combats se poursuivaient samedi, dans les régions de “Khojavend-Fizuli et Agdere-Terter-Agdam“, selon l’Azerbaïdjan.

A Moscou, le président Vladimir Poutine a appelé à un “cessez-le-feu immédiat“.

Les Arméniens ont déclaré également qu’un garçon de 12 ans avait été tué et deux autres blessés par l’artillerie azerbaïdjanaise dans un village proche de la frontière, tandis que les Azerbaïdjanais parlaient d’un civil tué de leur côté.

A Erevan, le Premier ministre Ovik Abrahamian a convoqué une réunion urgente du gouvernement face à “ces hostilités d’une échelle sans précédent de l’ennemi“, se disant prêt à “prendre les mesures nécessaires pour stabiliser la situation“.

Le Nagorny Karabakh est une région située en Azerbaïdjan et qui était peuplée, du temps de l’Union soviétique, en majorité d’Arméniens. Au début des années 1990, les séparatistes arméniens, soutenus par Erevan, ont réussi à en prendre le contrôle lors d’une guerre qui a fait quelque 30.000 morts.

Un cessez-le-feu en 1994 a mis fin à la guerre mais n’a pas résolu le problème, et des escarmouches ont lieu périodiquement le long de la frontière. Les combats de vendredi et samedi semblent toutefois nettement plus importants que les habituels échanges de tirs ou tirs d’artillerie. Les derniers combats importants à la frontière avaient eu lieu en novembre 2014.

L’Azerbaïdjan, riche de son pétrole, et dont le seul budget défense a parfois dépassé le budget entier de l’Arménie, menace périodiquement de reprendre par la force la région séparatiste si les négociations n’aboutissent pas.

L’Arménie, soutenue par la Russie, répond qu’elle pourrait faire face à toute offensive.

samedi 2 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com


*****
Arménie-Azerbaïdjan-troubles-Russie-politique
URGENT Poutine appelle à un cessez-le-feu immédiat à la frontière du Karabakh (Kremlin)


Moscou, 2 avr 2016 (AFP) - Le président russe Vladimir Poutine a appellé samedi à un “cessez-le-feu immédiat“ entre Arméniens et Azerbaïdjanais à la frontière du Nagorny Karabakh, a indiqué le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov aux agences de presse russes.

“Le président Poutine a appelé les deux parties à un cessez-le-feu immédiat et à faire preuve de retenue pour éviter qu’il y ait de nouvelles victimes“, a déclaré M. Peskov, au sujet des combats d’une intensité inhabituelle qui ont éclaté dans la nuit de vendredi à samedi entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes.

samedi 2 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****

HAUT KARABAGH-DERNIERE MINUTE
Un jeune Arménien de 12 ans tué, deux autres blessés à Mardouni par des tirs azéris de missiles Grad
Les attaques continuent, les Arméniens ont lancé une large opération de contre-offensive et contrôleraient la situation sur le front


Alors que les combats font toujours rage ce matin sur la ligne de contact au Haut Karabagh, ce matin à 8h30 suite aux tirs de missiles de type MM21-Grad par les Azéris en direction de Mardouni, un jeune Arménien, Vaghinag Grigoryan (12 ans) fut tué. Deux autres enfants Arméniens sont blessés. Malgré l’intensité de l’attaque azérie, les Arméniens ont répliqué et porté une vaste contre-offensive, causant de nombreux morts et blessés ainsi que des pertes très importantes à l’ennemi. Ardzroun Hovhannissian, le porte-parole du ministère arménien de la Défense affirme que face à ces pertes très importantes, les médias azéris restent silencieux pour cacher au peuple azéri l’ampleur des pertes. Tandis que du côté arménien, tous les médias donnent chaque minute des informations sur cette confrontation qui ressemble à une guerre. A suivre.

Krikor Amirzayan

samedi 2 avril 2016,
Krikor Amirzayan ©armenews.com

*****
Un jeune Arménien de 12 ans tué, deux autres blessés à Mardouni par des tirs azéris de missiles Grad

Vaghinag Krikorian

*****

Մեր հերոս տղեք․․․ Մահը Ձեր աչքի առաջ՝ պայքարում եք հանուն իմ և Ձեր ապագայի, հանուն իմ և Ձեր ծնողների, հանուն իմ և Ձեր երկրի․․․ 
Տեր Աստված, պահապան եղիր մեր թագավոր տղեքին, ուժ տուր իրենց մտքին, սրտին ու բազկին․․․ Թշնամու գնդակը հեռու պահիր մեր տղեքից։ Թող չոր մնան բոլոր զինվորների մայրերի աչքերը․․․ Թող անցնի էս օրհասական վայրկյանը։ Ազգս գիտի պայքարել ու հաղթել, գիտի դիմանալ ու կյանք տալ։ Տեր Աստված թույլ տուր, որ մեր բոլոր տղաները հասնեն իրենց ընտանիքներին ու իրենք էլ հասցնեն զինվորի հայր դառնալ։ 
Մեր ուժն ու հավատն եք դուք․․․ Մեր ինքնությունը դուք եք, մեր արյունը Ձեր երակներում է, մեր բազուկը Ձեր ուժով է ամուր, մեր հպարտությունը Ձեր հերոսական վերադարձով է ամրագրվում։ 
Տեր Աստված, խնդրում եմ, մեկ առ մեկ տուն վերադարձրու մեր բոլոր տղաներին․․․ Վերադարձրու ողջ-առողջ, ու հային հատուկ հպարտությամբ․․․ Ամեն․․․
Անուշիկ Մնացականյաի կողմից

*****



https://fr.sputniknews.com/international/201604021023897999-karabakh-armenie-azerbaidjan-avions-en-etat-dalerte/



Erevan a placé ses avions Su-25 en état d’alerte et a démenti les informations sur les pertes subies par l'armée arménienne.

Le ministère arménien de la Défense a préparé ses avions Su-25 au combat, qui sont arrivés sur l'aérodrome Erebouni à Erevan. Dans le même temps, une unité de volontaires a été créée à Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh, laquelle doit prendre position dans la zone de conflit.


Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a auparavant déclaré que l'armée azerbaïdjanaise avait pris le contrôle de plusieurs sites sur le territoire du Haut-Karabakh suite à des combats d'une intensité inhabituelle dans cette région séparatiste que se disputent les deux pays. Il avait également déclaré que l'armée arménienne avait subi des pertes importantes dont six chars, 15 pièces d'artillerie et plus d'une centaine de soldats. Le ministère arménien de la Défense a pour sa part démenti ces informations les affirmant qu'elles n'avaient "rien à voir avec la réalité".

Selon Bakou, douze soldats azerbaïdjanais ont été tués et un hélicoptère abattu par les forces arméniennes dans le Haut-Karabakh.

Voici la vidéo de la zone de conflit en question rendue publique par le ministère arménien de la Défense.

L'Arménie et l'Azerbaïdjan ont signalé samedi la reprise des hostilités dans le Haut-Karabakh. Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a fait état de bombardements de la part des forces armées arméniennes. Le ministère arménien de la Défense a de son côté déclaré que la partie azerbaïdjanaise "avait lancé une offensive".

Depuis février 1988, l'Arménie et l'Azerbaïdjan se disputent le Haut-Karabakh, région autonome principalement peuplée par des Arméniens et qui a annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan. Cette démarche a provoqué des affrontements entre les troupes arméniennes et azerbaïdjanaises à la suite desquelles Bakou a perdu le contrôle de la région.


Erevan a perdu 18 soldats lors des combats dans le Haut-Karabakh
Les hostilités dans le Haut-Karabakh ont fait environ 15.000 morts et ont contraint près d'un million de personnes à quitter leurs foyers. Le cessez-le-feu signé le 12 mai 1994 à Bichkek (Kirghizstan) a été violé à maintes reprises par les belligérants.

Le règlement pacifique du conflit fait l'objet de négociations menées depuis 1992 dans le cadre du Groupe de Minsk de l'OSCE coprésidé par les Etats-Unis, la Russie et la France.

*****

Cercle d'Amitié France-Karabagh
Paix, Justice et Démocratie au Caucase du Sud

Le Cercle d’Amitié condamne sans appel la nouvelle agression de l’Azerbaïdjan au Haut-Karabagh
Les attaques massives de Bakou repoussées cette nuit par les forces du Haut-Karabagh montrent que le régime actuel d’Azerbaïdjan ne peut pas être considéré comme un partenaire fiable par la communauté internationale. Le Cercle appelle à des sanctions internationales.
Les assaillants ont employé de l’artillerie lourde, des chars et des hélicoptères de combat. Pour la première fois depuis 1994, ils ont également ciblé en profondeur les populations de villes karabaghiotes au sein desquelles elles ont fait des victimes civiles, notamment des enfants.C’est avec une vive émotion que le Cercle d’Amitié France-Karabagh prend connaissance de l’attaque militaire de grande ampleur lancée par l’Azerbaïdjan dans la nuit du 1er au 2 avril sur la ligne de contact avec la République du Haut-Karabagh. Les actions offensives menées par Bakou constituent une violation du cessez-le-feu d’une gravité inédite.
« Nous voulons faire part de notre légitime colère face à cette nouvelle agression meurtrière. Nous assurons les autorités du Haut-Karabagh de notre total soutien et lui exprimons notre soulagement que les mesures défensives mises en place aient efficacement permis de stopper net ces attaques » a indiqué François Rochebloine, le Président du Cercle d’Amitié France-Karabagh.
La vigoureuse réaction des forces karabaghiotes a provoqué de lourdes pertes parmi les assaillants en détruisant notamment des hélicoptères d’attaque et des drones. Ce matin, les opérations se poursuivent avec une intensité moindre. Des pertes militaires sont également à déplorer du côté karabaghiotes.
Le Cercle d’Amitié France-Karabagh condamne avec la dernière fermeté ces attaques qui démontrent l’absence de volonté du pouvoir azerbaïdjanais d’atteindre une paix juste et définitive avec la République du Haut-Karabagh.
« Ces attaques surviennent alors même qu’Ilham Aliev donnaient hier de perfides assurances de bonne volonté au secrétaire d’Etat américain John Kerry. La France – et les autres puissances coprésidentes du groupe de Minsk de l’OSCE – doivent prendre toute la mesure de ce que cela signifie : Cela signifie que la parole de l’Azerbaïdjan ne vaut rien et que seule compte la volonté belliqueuse du clan au pouvoir » a déclaré François Rochebloine, le Président du Cercle d’Amitié France-Karabagh.
Face à ces nouvelles démonstrations de la menace que fait peser l’Azerbaïdjan sur la paix et la sécurité régionale, le Cercle d’Amitié France-Karabagh appelle la communauté internationale à mettre en place un régime de sanctions à l’encontre du pouvoir de Bakou.

Le Cercle d’Amitié France-Karabagh a été créé le 19 mars 2013. Il regroupe aujourd’hui une trentaine de responsables politiques (députés, sénateurs, maires et autres élus). Le Cercle a pour objectif de soutenir l’action du Groupe de Minsk de l’OSCE (ce Groupe coprésidé par la France, les Etats-Unis et la Russie, est chargé de médiation pour trouver une solution au conflit du Karabagh), de sécuriser les peuples de la région, de rompre l’isolement international du peuple du Haut-Karabagh et de favoriser un espace de dialogue et d’échanges entre les peuples du Caucase du Sud.
Copyright © 2016 Cercle d'Amitié France-Karabagh
Vous pouvez nous contacter à l'adresse email ci-jointe:
Cercle d'Amitié France-Karabagh
Assemblée Nationale
33 Quai d'Orsay
Paris 75007
*****
Déclaration de Serge Sarkissian (avec vidéo)
Le Haut-Karabagh et l’Arménie doivent signer un accord de défense mutuelle


Dans le cadre des conditions de tensions accrues au Haut-Karabagh, les ministères des Affaires étrangères de l’Arménie et de la République du Haut-Karabagh doivent collaborer efficacement pour signer un accord de défense mutuelle, a déclaré le président Serge Sarkissian tout à l’heure, alors qu’il présidait une réunion du Conseil national de sécurité.

Le président arménien a appelé à des efforts intensifs pour renforcer la défense, soulignant la nécessité d’avoir une réaction adéquate face aux forces armées lors de leurs futures offensives possibles.

“Les forces armées de la République d’Arménie doivent agir conformément à un plan, de sorte qu’ils doivent intensifier leurs efforts en vue de renforcer leur coordination“, a-t-il dit.

“Elles ont pris des mesures à Tekan pour assurer la défense des régions frontalières. Je pense qu’elles sont suffisantes pour assurer la sécurité de la population dans ces régions, mais je propose de nouveaux efforts“, a déclaré M. Sarkissian.

Il ajouté : “Je pense que le ministère des Affaires étrangères de l’Arménie devrait collaborer avec son homologue du Haut-Karabagh pour conclure un accord de défense mutuelle. Nous devons écrire le texte de l’accord afin d’organiser des débats et de présenter le projet de loi à l’Assemblée nationale. La République d’Arménie doit prendre ses responsabilités pour assurer la sécurité de la République du Haut-Karabagh“.

Son allocution en arménien :


samedi 2 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****


Արցախի զինուժը ստիպեց Ադրբեջանին նահանջել. մանրամասներ

Արցախի զինուժը ստիպեց Ադրբեջանին նահանջել. մանրամասներ 

Ամբողջական հոդվածը կարող եք կարդալ այս հասցեով՝ http://armlur.am/510692/

**2 avril 2016 à 20 h 30**

Les forces armées d'Artsakh  quitte
l'Azerbaïdjan. détails
Vous pouvez lire l'article complet à cette adresse, http://armlur.am/510692/
(en arménien)

***** 

*****



KARABAGH
Nagorny-Karabakh : 18 soldats arméniens tués par les forces azerbaïdjanaises, selon Erevan

Les pertes côté arménien s’élèvent a 18 soldats morts et 35 blessés a annoncé le président Serge Sarkissian lors d’une réunion extraordinaire du Conseil national de sécurité.

La partie azerbaïdjanaise a subi des pertes considérables, a-t-il dit.

Le Ministre de la Défense Seyran Ohanian a rapporté les actes de provocation de la partie azerbaïdjanaise.

Le Chef d’état-major de l’armée arménienne Yuri Khchaturov et le vice-ministre des Affaires étrangères Shavarsh Kocharyan ont livré des rapports.

samedi 2 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
Le Catholicos de tous les Arméniens condamne l’agression azerbaïdjanaise.



« Nous condamnons avec la plus extrême sévérité les opérations d’agression de l’Azerbaïdjan sur toute la frontière du Karabakh, opérations qui sont aussi dirigées contre les localités et la paisible population.

Nous apportons nos prières et notre soutien aux autorités et au peuple du Karabakh, aux valeureux commandants et aux soldats de son armée. Nous les exhortons à résister avec un courage accru et une foi inébranlable aux agressions de l’ennemi dirigées contre l’indépendance de notre patrie et la sécurité de notre peuple.

Nous demandons à l’opinion publique internationale, et en particulier aux pays engagés dans le processus de résolution pacifique du conflit du Karabakh, d’empêcher la poursuite des incessants empiétements [de la souveraineté] du Haut Karabakh par l’Azerbaïdjan ».

Extrait du communiqué de saint Etchmiadzine

Etchmiadzine le 02 Avril 2016

dimanche 3 avril 2016,

Stéphane ©armenews.com

*****

03/04/2016

HAUT-KARABAGH
Après une nuit relativement calme, les combats ont repris ce matin

Après une relative accalmie la nuit dernière, les tirs provenant des positions azéries ont repris ce matin à 6 heures. En réponse, les forces arménienne ont activé leurs opérations au sud du Haut Karabagh près du village de Talish où elles ont repoussé un poste avancé d’une grande importance stratégique occupé hier matin par l’armée azérie. Plusieurs soldats azéris furent tués lors de cette attaque. Les Arméniens ne comptant que 2 blessés. Au nord du Haut Karabagh les combats continuent également. L’armée arménienne aurait ce matin -sous réserve de confirmation- détruit 2 chars azéris et un engin militaire motorisé. Cette agression de grande envergure de l’Azerbaïdjan qui est la plus importante depuis le cessez-le-feu de 1994, semble une nouvelle fois être un fiasco de Bakou et démontre la capacité militaire des forces arméniennes prêtes à donner des répliques aux attaques azéries.

Ce matin les médias arméniens -dont la chaîne de télévision Armenia- affirme que les Azéris comptent dans leurs rangs 10 fois plus de victimes que les Arméniens. Le bilan provisoire des victimes s’établissait hier soir à 18 Arméniens tués et 35 blessés. L’Azerbaïdjan comptant plus de 200 soldats tués et un nombre indéterminé de blessés. Ces centaines de morts Azéris risque de provoquer dans les jours qui viennent un mouvement de protestation contre le régime d’Aliev.

A noter également que l’association des combattants volontaires Arméniens, les Yergrabahs dont beaucoup ont combattu lors de la guerre de libération du Karabagh, annonce que plusieurs milliers de volontaires pour combattre au front, affluent vers ses centres. Des centaines de volontaires auraient déjà pris la direction du front pour soutenir les soldats Arméniens.

Krikor Amirzayan

dimanche 3 avril 2016,
Krikor Amirzayan ©armenews.com

*****

HAUT-KARABAGH
Tweets et communiqué du ministère de la Défense du Karabagh



10h04 : “L’armée du Karabagh a repris le contrôle d’un point stratégique près de Talish en provoquant d’importantes pertes. Nous avons deux blessés“.

10h17 : “L’armée du Karabagh remporte des victoires dans le Sud, également. Résistant aux attaques de l’artillerie et des véhicules blindés de l’Azerbaïdjan, nous avons détruit 2 tanks et un IFV (véhicule d’infanterie NDLR)“.

L’armée du Karabagh a également diffusé ce communiqué ce matin :

“Des combats acharnés sont en cours sur la ligne de front entre les armées azéries et du Karabagh au sud-est et au nord-est. En réponse aux bombardements intensifs lancés ce matin à l’aube par l’adversaire, l’armée du Karabagh a riposté et repris dans la région de Talish, une position stratégique importante occupée la veille par les forces azéries. L’ennemi a été repoussé, subissant des pertes sensibles. Au cours des opérations militaires, deux blessés sont à déplorer du côté du Karabagh.

Les opérations des forces du Karabagh se déroulent avec succès sur la partie sud du front également, où en résistant aux tirs de missiles et des attaques terrestres azéris, les sections de l’armée du Karabagh ont anéanti deux chars et un véhicule d’infanterie.“ 

En fin de matinée, le bureau des relations presse du ministre de la Défense du Haut-Karabagh a précisé que l’Arménie avait détruits 14 tanks azéris durant les opérations militaires du 1er et 2 avril, alors que l’Arménie n’avait perdu dans les combats qu’un seul tank. Aujourd’hui 3 avril, l’Armée de Défense a détruit trois tanks supplémentaires dans le Sud, a ajouté le bureau de presse du ministère.

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****

Arménie-Azerbaïdjan-Karabakh-combats
Poursuite des combats au Karabakh, après les affrontements les plus meurtriers depuis la fin de la guerre



Erevan, 3 avr 2016 (AFP) - Des combats sporadiques se poursuivaient dimanche au Nagorny Karabakh entre Arméniens et Azerbaïdjanais, au lendemain des affrontements les plus meurtriers depuis la fin de la guerre en 1994, malgré les appels au calme de Moscou et Washington.

Après ces combats qui ont fait plus de 30 morts dont deux civils depuis vendredi soir, la stabilisation qui avait semblé s’installer samedi soir n’a pas duré.

“Les forces arméniennes ont violé le cessez-le-feu 130 fois durant la nuit, tirant au mortier, au lance-grenade et avec des mitrailleuses de gros calibre“, a déclaré le ministère azerbaïdjanais de la Défense.

“Les tirs provenaient à la fois du territoire arménien et du Nagorny Karabakh occupé par les Arméniens“, a-t-il précisé. “L’armée azerbaïdjanaise a répliqué“.

Le ministère arménien de la Défense a indiqué de son côté que “les combats continuent dimanche matin dans le sud“ du Karabakh. “Les Azerbaïdjanais tentent d’attaquer mais sont repoussés. La situation est tendue, mais sans panique“, a-t-il assuré.

“L’Azerbaïdjan a repris ses bombardements d’artillerie et de chars sur nos positions“, a déclaré quant à lui le “ministère de la Défense“ du Nagorny Karabakh.

Les combats qui avaient débuté dans la nuit de vendredi à samedi et se sont poursuivis samedi ont tué 18 soldats arméniens et 12 azerbaïdjanais. Chaque camp a également fait état de la mort d’un civil.

L’Azerbaïdjan a reconnu qu’un de ses hélicoptères avait été abattu, et affirmé que ses troupes avaient pris le contrôle de plusieurs hauteurs stratégiques et d’un village - ce que Erevan a démenti.

- Russie et Turquie en arrière-plan -

La Russie et l’Occident avaient appelé samedi à un retour au calme, M. Poutine réclamant un “cessez-le-feu immédiat“ tandis que le secrétaire d’Etat américain John Kerry demandait aux deux parties de revenir à la table des négociations, réitérant qu’il n’y avait “pas de solution militaire à ce conflit“.

En visite à Washington cette semaine, le président de l’Azerbaïdjan Ilham Aliev avait exigé mercredi, devant M. Kerry, que l’Arménie retire “immédiatement“ ses troupes du territoire contesté.

Il avait remercié Washington “pour ses efforts afin de trouver un moyen de résoudre le long conflit“, mais réclamé ensuite que celui-ci le soit “sur la base d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies qui exige le retrait immédiat et sans conditions des troupes arméniennes de nos territoires“.

L’Azerbaïdjan, riche de son pétrole et dont le seul budget défense est plus important que le budget entier de l’Arménie, menace périodiquement de reprendre par la force la région séparatiste si les négociations n’aboutissent pas.

Dimanche, le président turc Recep Tayyip Erdogan a assuré que la Turquie soutiendrait l’Azerbaïdjan “jusqu’au bout“ dans ce conflit.

“Nous prions pour que nos frères Azerbaïdjanais triomphent de ces combats avec le moins de pertes possibles“, a déclaré M. Erdogan. “Nous soutiendrons l’Azerbaïdjan jusqu’au bout“, a-t-il ajouté.

Les Azeris sont culturellement et linguistiquement très proches des Turcs.

L’Arménie, soutenue quant à elle par la Russie, répond qu’elle pourrait faire face à toute offensive.

Les séparatistes arméniens, soutenus par Erevan, ont pris le contrôle de cette région au début des années 1990 à l’issue d’une guerre qui a fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement des Azeris.

Elle est désormais peuplée majoritairement d’Arméniens

Malgré la signature en 1994 d’un cessez-le-feu, aucun traité de paix n’a été signé, et après des années de calme relatif, la région a connu ces derniers mois une nette escalade des accrochages. Erevan avait estimé fin décembre qu’on était revenu à la “guerre“.

La région est toujours reconnue internationalement comme appartenant à l’Azerbaïdjan.

Par Mariam Harutyunyan et Emil Guliyev à Bakou
dimanche 3 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
Arménie-Karabakh-Azerbaïdjan-combats
Karabakh : Bakou annonce un cessez-le-feu unilatéral, mais les combats continuent, selon les Arméniens



Bakou, 3 avr 2016 (AFP) - L’Azerbaïdjan a annoncé dimanche un cessez-le-feu “unilatéral“ au Nagorny Karabakh, après les plus importants combats depuis la fin de la guerre il y a 22 ans, tout en annonçant qu’il répondrait si ses forces étaient attaquées.

Mais un porte-parole des séparatistes arméniens a déclaré peu après que les combats n’avaient pas cessé. “Des combats importants se poursuivent dans les secteurs sud-est et nord-est de la frontière“, a déclaré à l’AFP David Babayan, porte-parole du “ministère de la Défense“ du Nagorny Karabakh.

“L’Azerbaïdjan, montrant sa bonne volonté, a décidé unilatéralement de cesser les hostilités“, a annoncé dimanche matin le ministère de la Défense, tout en prévenant que si les forces arméniennes ne cessaient pas “leurs provocations“, l’Azerbaïdjan “libérerait tous les territoires occupés par les Arméniens“.

Bakou s’est également dit décidé à “renforcer“ plusieurs positions stratégiques “libérées“ au cours des combats de vendredi et samedi.

Il a également nié que les forces du Karabakh aient, comme elles l’ont annoncé dimanche matin, repris la hauteur stratégique de Lala-Tepe, prise par l’armée azerbaïdjnaise samedi.

Les séparatistes arméniens, soutenus par Erevan, ont pris le contrôle de cette région au début des années 1990 à l’issue d’une guerre qui a fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement des Azeris. Elle est désormais peuplée majoritairement d’Arméniens.

dimanche 3 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
INTERVIEW DU PORTE-PAROLE DU PRESIDENT DU KARABAGH
« L’Azerbaïdjan va subir une telle défaite qu’il s’en souviendra longtemps »



Dans une interview accordée à Tert.am, David Babayan, porte-parole du président de la République du Haut-Karabagh, a déclaré que la situation restait tendue, mais qu’il ne fallait pas céder à la panique.

« L’ennemi tente de déstabiliser la situation et d’empiéter sur le territoire du Haut-Karabagh à certains endroits. Mais l’ensemble de leurs actions agressives et terroristes sont empêché“, a déclaré M. Babayan.

Mais la population civile du Karabagh ne cède pas à la panique.

“Quand le moment crucial vient, l’Artsakh se transforme en un lieu unique. C’est le cas actuellement. L’Azerbaïdjan va subir une telle défaite qu’il s’en souviendra pendant longtemps“, a-t-il ajouté.

En ce qui concerne la réponse internationale à la situation, M. Babayan a déclaré que ce n’est que le début et que les appels au cessez-le-feu sont de toute évidence adressés aux deux parties en conflit.

“Je souhaite que l’Azerbaïdjan comprenne que ses actions sont inacceptables. Je crois que des déclarations publiques plus solides, libellées, doivent être adressées aux terroristes “, a déclaré M. Babayan.

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
Haut-Karabagh
La Géorgie se dit prête à servir d’intermédiaire entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan



Les autorités géorgiennes sont prêtes à organiser une réunion d’urgence entre des représentants arméniens et azerbaïdjanais pour tenir des pourparlers de paix, a déclaré l’un des leaders de la coalition au pouvoir.

“Il y a des victimes. La situation est une situation d’urgence. Nous sommes prêts à servir de médiation, dans quelque format que ce soit“, a expliqué Georgiy Volskiy.

C’est la première fois la Géorgie propose de négocier des pourparlers de paix depuis 1991, année durant laquelle le président Zviad Gamsakhourdia avait initié des pourparlers entre les présidents arménien et azerbaïdjanais à Tbilissi, sans obtenir de résultats positifs.

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
ARMENIE
L’agence de presse Sputnik annonce que le ministère arménien de la Défense a préparé ses avions Su-25 au combat


L’agence de presse Sputnik annonce que le ministère arménien de la Défense a préparé ses avions Su-25 au combat , qui sont arrivés sur l’aérodrome Erebouni à Erevan. Dans le même temps selon Sputnik, une unité de volontaires a été créée à Stepanakert, capitale du Haut-Karabakh, laquelle doit prendre position dans la zone de conflit.

Le Sukhoi Su-25 « Frogfoot » :

Le Sukhoi Su-25 « Frogfoot » est un avion d’attaque et d’appui aérien dont le prototype a réalisé son premier vol en 1975. Dès avril 1980, des exemplaires de présérie sont envoyés en Afghanistan pour essais opérationnels. Le Su-25 dispose de 10 points d’emport pour armements dont deux réservés, aux extrémités, à des missiles air-air R-60M d’autodéfense. Un large panel de roquettes et bombes classiques peuvent être emportées ainsi que des missiles air surface et des pods canons offrant une très grande puissance de feu. La protection de l’avion est très élaborée, l’avion dispose d’un blindage. Une version d’attaque tout temps plus perfectionnée, le Su-25T, a été développée dans les années 1980 avec des équipements et armements supplémentaires dont le missile antichars AT-12.

dimanche 3 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
HAUT-KARABAGH
L’Arménie se déclare prête à accorder une aide militaire directe

L’Arménie est prête à accorder une assistance militaire directe au Haut-Karabagh, a déclaré aujourd’hui dimanche aux attachés militaires étrangers le premier vice-ministre arménien de la Défense, David Tonoyan.

“La partie arménienne est prête à tout développement et, le cas échéant, à accorder une aide militaire directe en matière de défense au Haut-Karabagh“, a indiqué le vice-ministre arménien.
(JPEG)

Il a également fourni des explications sur la situation “issue d’une agression militaire de l’Azerbaïdjan ainsi que sur les actions de l’armée de défense du Karabagh afin de neutraliser l’offensive ennemie“.

Les attachés militaires étrangers présents ont expliqué avoir été informé de la situation sur place. À la fin de la réunion, le sous-ministre arménien a répondu à leurs questions supplémentaires sur cette escalade de violence entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises.

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
AFFRONTEMENTS AU HAUT-KARABAGH
Grèce : les Arméniens manifestent devant l’ambassade d’Azerbaïdjan (vidéo)



Des dizaines de manifestants arméniens se sont réunis dimanche en face de l’Ambassade d’Azerbaïdjan dans le centre d’Athènes.

Les manifestants répondaient à un appel du Comité national arménien de Grèce pour protester contre les tensions accrues sur le territoire disputé du Haut-Karabagh.

Serko Kouyoumejian, Président du Comité National Arménien de Grèce a déclaré : « Nous sommes ici aujourd’hui, répondant à l’appel du Comité national arménien de Grèce, pour démontrer notre opposition à l’agression et aux provocations de l’Azerbaïdjan. Depuis deux jours, l’Azerbaïdjan a lancé une attaque de haute intensité sur la population non armée du Haut-Karabagh, entraînant la mort de citoyens innocents et de jeunes enfants. Nous exigeons que l’Azerbaïdjan respecte les décisions du traité de Minsk, arrête immédiatement les attaques et met en œuvre un cessez-le-feu dans la zone “.



dimanche 3 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
AZERBAIDJAN
Azerbaïdjan : Les images des tirs de roquettes des azéris sur Mardakert



*****
COMMUNIQUE

Déclaration du ministère des Affaires étrangères du Haut-Karabagh
“Une attaque militaire d’une ampleur inédite a été lancée par la partie azerbaïdjanaise tout au long de la ligne de contact des forces armées entre l’Azerbaïdjan et la République du Haut-Karabagh dans la nuit du 1er au 2 avril. Durant ces opérations un équipement lourd, de l’artillerie et de l’aviation militaire ont été utilisés par l’adversaire. Les forces armées azerbaïdjanaises ont bombardé non seulement les premières lignes de défense de l’Armée de Défense de la RHK, mais aussi les zones habitées, ce qui a entraîné des victimes civiles, y compris au sein de la population urbaine.

L’accroissement de tension provoqué par l’azerbaïdjan peut avoir des conséquences prévisibles. La situation actuelle conduit l’Armée de Défense de la RHK à prendre toutes les mesures nécessaires pour contraindre l’Azerbaïdjan à mettre un terme aux actions militaires. La partie azerbaïdjanaise qui a fait preuve une fois de plus d’un aventurisme irresponsable et inutile porte seule l’entière responsabilité des éventuelles conséquences de ses actes.

Nous appelons les coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE et le représentant personnel du président de l’OSCE à condamner publiquement et sans appel l’Azerbaïdjan pour l’aggravation systématique de la situation et pour la violation de la paix et de la stabilité de la région“.

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.co

*****
COMMUNIQUE

L’UGAB France condamne les attaques de l’Azerbaïdjan au Haut-Karabagh

“L’UGAB condamne fermement les attaques de l’Azerbaïdjan dans le Haut-Karabagh et appelle les gouvernements européens à faire de même.

Les forces armées de l’Azerbaïdjan ont lancé dans la nuit de vendredi à samedi une offensive importante contre la République du Haut-Karabagh qui a fait de nombreuses victimes. L’Union générale arménienne de bienfaisance (UGAB) condamne ces attaques de la part des forces azerbaïdjanaises et appelle les gouvernements de l’Union européenne ainsi que l’UE elle-même à condamner cette attaque sans ambiguïté. Le gouvernement de l’Azerbaïdjan doit savoir que l’UE et ses Etats membres ne resteront pas passifs si l’offensive d’hier devait se poursuivre. Les mesures à prendre pourraient comprendre des sanctions commerciales, des gels d’avoirs ou encore l’annulation de projets conjoints. 60% du pétrole de l’Azerbaïdjan est exporté vers l’Europe.

L’UGAB invite les Etats, les organisations internationales ainsi que les organisations humanitaires et de résolution des conflits à condamner ces attaques qui menacent la paix et la sécurité régionales, mais également internationales. Compte tenu de l’escalade de la violence en cours en Irak, en Syrie et dans le sud-est de la Turquie, l’Europe ne peut accepter une nouvelle guerre à sa porte et doit agir avec fermeté pour assurer la paix et la stabilité dans son voisinage immédiat. Il est donc de la responsabilité de l’Union européenne et de ses Etats membres d’exprimer une position claire et de faire référence aux sanctions à mettre en place si les attaques se poursuivaient.“

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
Quelques commentaires qui valent leur pesant d'or pour sourire - et dont certains ...

*Mich Elm · Paris
C'est fou ce que la " communication " azerbaïdjanaise ressemble à celle de la Turquie ! Ou bien à celle des occidentaux d'une manière générale, comme on a pu le comprendre pour de bon, et une fois pour toutes, avec la guerre de Syrie.
Enfin, " tout le monde ", je veux dire ceux qui fouillent dans le net, bien entendu...

*Mc Cash
Depuis que la Turquie a abattu l'avion Russe,vous êtes devenus paranoïaque!Arrêtez d'accuser la Turquie sous chaque article, on dirait que la Turquie est responsable de la misère au monde!Ce n'est pas la Turquie qui est responsable de Syrie où autre pays, c'est le MONDE ENTIER.
Vous accusez la Turquie de trafique de pétrol avec la Daech mais apres tout ce petrol va ou?Erdogan mets dans son cul?Reflechissez un peu la crise Syrien profite a tout le monde(Y compris la Russie).LE MONDE ENTIER EST RESPONSABLE!


*Mich Elm · Paris
Mc Cash " LE MONDE ENTIER EST RESPONSABLE! " qu'il beugle, çuici !

Non mais ho, bonhomme, pas d'accord ! Il y en a qui sont PLUS RESPONSABLES QUE D'AUTRES, hein (tout le monde peut gueuler là-dedans mon pote) ! Et, le comble, c'est que ce sont ceux-là mêmes qui accusent les autres de foutre le bazar.

Quant à Turquie, il faut être un Turque aveuglé par un bien nauséabond nationalisme en l'occurrence, pour la dédouaner, pour la blanchir comme vous le faites avec un culot inouï ! La traitrise, le mensonge, le vol et le meurtres portés aussi haut dans le " concert des nations ", voilà qui  méritérait la vitrification du gouvernement turc, merdalors !

Et vous, là, vous le gueulard du jour, on dirait un gars qui, à force d'avoir soutenu l'immonde, l'ignoble, style-genre " Salauds de Russes, vive les Américains ! ", est en tain de changer de fusil d'épaule devant tant d'évidence des saloperies que les Occidentaux (je souligne une deuxième fois) ont faites depuis (au moins) 15 années au Moyen-Orient...

Et ce n'est pas beau à lire.

*Jean Richard
Mc Cash Exactement dans son cul , et le cul a sa femme aussi.

*Pacquito Serada · La vieja escuela
Mc Cash Vous n'avez pas complètement tort, ce n'est pas la Turquie et son grand peuple qu'il faut viser ici, mais ceux qui en tirent les ficelles, c'est à dire les USA...

Sincèrement, vous ne trouvez pas ça étrange, vous, que les arméniens, pourtant ennemis jurés des Turcs Ottomans qui les ont massacré, soient soutenus par les américains qui leurs vendent des armes Russes en provenance d'Ukraine et de Géorgie. Qu'ils arment également les milices du PKK ?

Vous ne comprenez pas qu'ils sont en train de sacrifier la Turquie, votre magnifique pays, pour encore une fois emmerder le monde et leurs concurrents dans la région, alors même qu'ils n'ont strictement rien à y faire ?

Combien de temps allez vous défendre ceux qui tuent votre peuple au juste ? Quand vous serez enrôlé dans l'armée Turque et que dans votre tranchée, vous comprendrez que vous vous battez pour les mensonges des autres qui ne cherchent qu'à se remplir les poches, au moment ou votre dernière heure aura sonné ?

La guerre, c'est immonde l'ami. Il n'y a plus aucune loi ou aucune règle qui tienne, sinon celle du plus fort, qui généralement est aussi le plus con et le plus cintré dans bien des cas...


*Mc Cash
Pacquito Serada "Sincèrement, vous ne trouvez pas ça étrange, vous, que les arméniens, pourtant ennemis jurés des Turcs Ottomans qui les ont massacré, soient soutenus par les américains qui leurs vendent des armes Russes en provenance d'Ukraine et de Géorgie. Qu'ils arment également les milices du PKK ?"Nous savons depuis des années que le Pkk est soutenu par l'occident en particulier par GB et la Fance mais tu veux qu'on fasse quoi tant que le gouvernement turc ne change pas de politiques!En plus Erdogan a eu 52% faut respecter le choix du peuple

*Mc Cash
Mich Elm Oui je suis d'accord c'est l'occident qui a detruit le moyen-orient mais la Turquie,Qatar,A.Saoudite sont just des marionnettes faut regarder plus haut pour voir par qui ils sont manipuler!

*Mich Elm · Paris
Mc Cash Là nous avons un terrain d'entente, en effet.

*Amazigh Imsouhal
Tout cela n'est que conjectures,les vraies raisons du conflit qui secoue de nouveau le Caucase sont à chercher ailleurs.
Les américains et leurs affidés sortis les mains vides et les espérances déçues de la crise syrienne du fait de l'implication russe décisive et efficace,n'en démordent pas et cherchent un nouveau terrain de friction avec la Russie.
Rallumer le conflit latent entre azéris et arméniens concernant l'enclave du Haut-Karabakh est tout indiqué, ce qui espèrent-ils va mettre la Russie dans l'embarras et l'obliger à sacrifier l'un des belligérants en s'impliquant là dedans,et pourquoi pas voir le conflit prendre de l'ampleur et déborder les frontières pour embraser tout le Caucase russe( Tchétchénie,Daguestan,Ingouchie,Tcherkassie etc...)
La cible des américains,en décrépitude,sont les russes et les peuples innocents ne sont que le bois qui sert à allumer leurs brasiers.

*Tenzen Dono · Hell Time
Azerbaijan Beurk !

*Jean Richard
Bakou et ses mensonges .... L'Armenie n'as vraiment aucunes mais réelement aucunes raisons de s'attaquer a l'Azerbaidjan. Les gens la ba , vivent en paix pour une fois et ne veulent pas de guerre, ils ont meme pas les moyens pour une guerre. Par contre , L'Azerbaidjan attaque le haut kharabag , là tout devient logique. Ils veulent récupéré ce qu'un con de communiste les a donner il fut un temps. Et l'Arménie bien evidement defends la région qui est peuplé d'Arméniens face a l'agression sauvage de ces "turcs".

*David Davidoff
Oh mais bien-sûr la Turquie l'Azerbaïdjan ils sont manipuler ces pauvres , c'est des pacifistes ces gens mais bien sûr !! 
Hey espèce de Mc Cash pseudo américain , c'est dingue comment les gens parle sans savoir sans connaître la région le peuple l'histoire... 

M Aliev est une merde sans couille , un mitoman qui vous regarde dans les yeux et ment! D'ailleurs un peut comme son père qui voulait reprendre le Haut Karabagh mais au final il s'est bien fait enculer bien profond!!! 

Et pour finir mon cher mc cash, le peuple arméniens et INVINCIBLE comme disait Jean Richard

*Vincent Caix · Lycée Raymond Poincaré
"région autonome principalement peuplée par des Arméniens et qui a annoncé son intention de se séparer de l'Azerbaïdjan" Encore des chrétiens sous le jouc de la terreur.Ils veulent leur indépendance mais l'impérialisme ne veut pas

*Ferdi Serkan
ils veulent se faire massacrer ou quoi ces ptits armeniens de MERDE !

*David Davidoff
Espèce de futerelle de merde! Pour info , qui tire à l'aide des sniper comme des lâché sur les civiles ? Sur les enfants ? Sur les vieillards? Bien-sûr que c'est l'armée azéri ! 
Car mon petite merdik! Les arméniens sont des guerriers de génération en génération , je ne veux pas d'une nouvelle guerre mais je peut te garantir , Aliev signera la fin de son pays de lâche!!!

*David Davidoff

C'est ce que vous savez faire de toute façon ! Massacrer tuer brûler les enfants les femmes les vieillards comme des lâche! Depuis des siècles vous avez pas changer

 ***Sources :
https://fr.sputniknews.com/international/201604031023904832-haut-karabakh-azerbaidjan-continue-pilonnage/

*****
HAUT-KARABAGH
Dix militaires blessés déplacés de l’Artsakh vers un hôpital d’Erevan

10 militaires ont été transféré de Stepanakert vers l’hôpital central militaire d’Erevan pour recevoir un traitement médical, a déclaré aux journalistes Aram Asatryan, chef de l’hôpital militaire central.

Ce dernier a précisé : “Aucun des militaires n’est dans le coma. Ils ont tous des blessures plus ou moins graves. Il y en a qui sont connectés à un appareil de respiration artificielle. Trois soldats ont été transféré dans l’unité de soins intensifs, les autres sont dans leurs départements “.

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****

*****
HAUT-KARABAGH
Civils et journalistes visés : le Comité international de la Croix-Rouge préoccupé



Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) est préoccupé par l’impact humanitaire des combats le long de la ligne de contact dans le Haut-Karabagh. Les pertes signalées inclues des civils. Un mortier azéri serait même tombé près de journalistes à Martakert.

“Nous sommes prêts à aider et soutenir les personnes touchées dans la récente escalade des combats, et nous sommes prêts à agir en tant qu’intermédiaire neutre entre les parties“, a déclaré Patrick Vial, chef des opérations pour la région. “Toutes les parties au conflit ont l’obligation de respecter les règles du droit international humanitaire. Selon ces règles, les parties doivent veiller à ce que la vie civile et les infrastructures civiles soient protégées“, a t-il ajouté.

Le CICR est présent dans la région depuis 1992. Il soutient les communautés vivant le long de la ligne de contact et le long de la frontière internationale entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. En outre, le CICR travaille à élucider le sort des personnes disparues et à aider leurs familles, ainsi qu’à faciliter la visite aux détenus. Il agit comme un intermédiaire neutre pour faciliter le transfert et le rapatriement des personnes libérées des deux côtés de la frontière et de la ligne de contact.

dimanche 3 avril 2016,

Claire ©armenews.com

*****
Sur France 24 à 18h
Hovhannès Guevorkian : « l’Azerbaïdjan bombarde toujours de manière incessante »

Hovhannès Guevorkian, représentant en France du Karabagh, était invité à 18h sur France24 pour expliquer l’agression de l’Azerbaïdjan sur son pays.

Il a fermement rejeté la déclaration de l’Azerbaidjan selon laquelle il y aurait un cessez-le-feu unilatéral en place. “Il n’y a pas de cessez-le-feu. L’Azerbaïdjan bombarde nos villes, notamment Martakert au Nord du pays, depuis 3h maintenant, de manière incessante. Il tue les civils“, a expliqué Hovhannès Guevorkian.

Interrogé sur le rôle du Groupe de Minsk, il a répondu : “le moment est venu pour que des sanctions soient prises contre l’Azerbaïdjan,“ expliquant que les déclarations officielles ne suffisent plus.

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
4 avril 2016

ATTENTION : IMAGES CHOQUANTES
Crimes de guerre : des soldats azerbaïdjanais exécutent un couple de personnes âgées

Aujourd’hui, le photographe Hakob Poghosyan, qui travaille pour le site Hetq.am, s’est rendu au Talish, village où se sont rendus des soldats azerbaïdjanais. Le village se trouve à quelques kilomètres à l’intérieur de la frontière de l’Artsakh avec l’Azerbaïdjan. Le photographe a rendu public les clichés montrant la barbarie des Azerbaïdjanais. Autant de preuves des crimes de guerre qu’ils sont en train de commettre.
(JPEG)

Ils ont notamment pénétré dans la maison de Valera Khalapian et de sa femme Razumela, les ont tué, puis leur ont sauvagement coupé leurs oreilles.

JPEG - 137.4 ko

JPEG - 157.4 ko

JPEG - 194.4 ko

Les soldats azerbaïdjanais ont également exécuté Marousya Khalapian, née en 1924.

JPEG - 58 ko

dimanche 3 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
HAUT KARABAGH
Les combattants volontaires affluent vers le Haut Karabagh et montent aussitôt au front

Les premiers groupes de volontaires Arméniens partis d’Arménie sont arrivés hier au Haut Karabagh. Le Premier ministre de la République du Haut Karabagh, Ara Haroutiounian les a accueillis sur la place centrale de la capitale Stepanakert. Des centaines d’autres volontaires sont en route et devrait arriver au Haut Karabagh dans les heures qui viennent. Les combattants arrivés par autobus à Stepanakert attendent qu’on leur dirige vers le front aux côtés des soldats de 20 ans...Nombre de ces volontaires ont une expérience de la guerre et sont prêts à « aller sur les lignes les plus dangereuses » selon les premiers témoignages.
JPEG - 112.3 ko

JPEG - 95.4 ko

JPEG - 109.2 ko

Krikor Amirzayan

*****

Arménie-Azerbaïdjan-Karabakh-conflit
Nagorny-Karabakh : trois soldats azerbaïdjanais tués, les combats se poursuivent

Bakou, 4 avr 2016 (AFP) - L’armée azerbaïdjanaise a annoncé lundi la mort de trois de ses soldats dans des affrontements avec les forces arméniennes, au troisième jour des combats les plus violents en vingt ans dans la région contestée du Nagorny-Karabakh.

Les trois soldats azerbaïdjanais ont été tués par des “tirs de mortier et de lance-grenades depuis les tranchées“ occupées par les forces arméniennes, selon le ministère azerbaïdjanais de la Défense.

“Si les provocations arméniennes se poursuivent, nous lancerons une opération d’ampleur tout le long de la ligne de front et nous utiliserons toutes nos armes“, a dit aux journalistes le porte-parole du ministère, Vagif Dargahly.

Les troupes de Bakou “ont intensifié lundi matin leurs bombardements sur les positions de l’armée du Karabakh, utilisant des mortiers de 152 mm, des lance-roquettes et des chars“, a pour sa part indiqué le ministère de la Défense de la région séparatiste, soutenue par Erevan.

Les forces arméniennes “ont largement avancé dans certaines zones du front et ont pris de nouvelles positions“, a déclaré le porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsrun Hovhannisyan.

Ces propos ont été dénoncés comme “faux“ par Bakou, qui affirme à son tour contrôler depuis samedi plusieurs hauteurs stratégiques au Nagorny-Karabakh.

La Russie et les Occidentaux ont appelé l’Azerbaïdjan et l’Arménie à cesser les hostilités, les pires depuis le cessez-le feu de 1994, qui ont coûté la vie à au moins 33 soldats dans les deux camps et à deux civils depuis vendredi soir.

Bakou a annoncé dimanche avoir décidé de “cesser unilatéralement les hostilités“ et de “renforcer“ plusieurs positions stratégiques qu’elle affirme avoir capturé dans la région séparatiste, que la communauté internationale reconnaît comme lui appartenant.

Soutenues par l’Arménie, les autorités du Nagorny-Karabakh ont déclaré être “prêtes à discuter d’une proposition de trêve“ à condition de récupérer les positions et territoires perdus.

Après une guerre ayant fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement azerbaïdjanais, le Nagorny-Karabakh est passé sous le contrôle de forces séparatistes proches d’Erevan. La région est désormais peuplée majoritairement d’Arméniens.

Aucun traité de paix n’a été signé et après une période de calme relatif, la région a connu ces derniers mois une escalade des tensions.

lundi 4 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
Arménie-Azerbaïdjan-Karabakh-conflit-politique
3e jour de combats meurtriers entre Arméniens et Azerbaïdjanais au Nagorny-Karabakh



Bakou, 4 avr 2016 (AFP) - L’Azerbaïdjan a annoncé lundi la mort de trois de ses soldats dans des combats avec les forces arméniennes dans la région contestée du Nagorny-Karabakh, au troisième jour d’affrontements qui se poursuivent malgré les appels au calme de la communauté internationale.

Au moins 33 militaires des deux camps et trois civils ont été tués depuis la reprise vendredi soir des hostilités, les plus meurtrières depuis le cessez-le-feu instauré entre Erevan et Bakou en 1994. Plus de 200 militaires et civils ont été blessés.

Ce conflit, dont les sources remontent à plusieurs siècles mais qui s’est cristallisé à l’époque soviétique lorsque Moscou a attribué ce territoire majoritairement arménien à la république socialiste soviétique d’Azerbaïdjan, intervient dans une région du Caucase stratégique pour le transport des hydrocarbures, près de l’Iran, de la Turquie et aux portes du Proche-Orient.

L’escalade militaire intervient par ailleurs au moment où la Russie, qui entretient de bonnes relations avec l’Arménie, et la Turquie, alliée traditionnel de l’Azerbaïdjan, traversent une grave crise diplomatique sur fond de guerre en Syrie.

Sur le terrain, trois soldats azerbaïdjanais ont été tués par des “tirs de mortier et de lance-grenades depuis les tranchées“ occupées par les forces arméniennes le long de la ligne de front, selon le ministère azerbaïdjanais de la Défense.

“Si les provocations arméniennes se poursuivent, nous lancerons une opération d’ampleur tout le long de la ligne de front et nous utiliserons toutes nos armes“, a annoncé le porte-parole du ministère, Vagif Dargahly.

Les troupes de Bakou “ont intensifié lundi matin leurs bombardements sur les positions de l’armée du Karabakh, utilisant des mortiers de 152 mm, des lance-roquettes et des chars“, ont pour leur part indiqué les autorités de la région séparatiste, soutenue par Erevan.

Les forces arméniennes “ont largement avancé dans certaines zones du front et ont pris de nouvelles positions“, a assuré le porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsrun Hovhannisyan.

L’Azerbaïdjan a dénoncé comme “fausses“ ces affirmations, assurant à son tour contrôler depuis samedi plusieurs hauteurs stratégiques au Karabakh, qu’il entend désormais “renforcer“ après avoir annoncé dimanche son intention de “cesser unilatéralement les hostilités“.

Soutenues par l’Arménie, les autorités du Nagorny-Karabakh ont déclaré être “prêt à discuter d’une proposition de trêve“ à condition de récupérer les positions et territoires perdus dans la région, reconnue comme appartenant à l’Azerbaïdjan par la communauté internationale.

- ’Motif politique’ -

“De grandes violations du cessez-le-feu au Nagorny-Karabakh ont tendance à ne pas être accidentelles, mais plutôt à avoir un motif politique“, souligne Thomas de Waal, analyste de la fondation Carnegie, qui estime à plus de 20.000 le nombre de soldats de chaque côté de la ligne de front.

La Russie tente de maintenir un équilibre incertain dans ses relations avec les deux ex-républiques soviétiques, auxquelles elle vend des armes. Elle reste néanmoins l’alliée historique de l’Arménie, où elle possède deux bases militaires récemment renforcées.

La Turquie, engagée dans un bras de fer avec Moscou depuis la destruction d’un bombardier russe en novembre, a pour sa part annoncé qu’elle soutiendrait l’Azerbaïdjan “jusqu’au bout“ et “priait pour que (ses) frères Azerbaïdjanais triomphent“.

Après une guerre ayant fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement azerbaïdjanais, le Nagorny-Karabakh est passé sous le contrôle de forces séparatistes proches d’Erevan. La région est désormais peuplée majoritairement d’Arméniens.

Aucun traité de paix n’a été signé et après une période de calme relatif, la région a connu ces derniers mois une nette escalade des tensions. Erevan a estimé fin décembre qu’on était revenu à la “guerre“.

Bakou, dont le seul budget défense est certaines années plus important que le budget entier de l’Arménie, menace souvent de reprendre par la force le Nagorny-Karabakh si les négociations diplomatiques n’aboutissent pas.

“L’Azerbaïdjan comprend qu’il ne peut pas compter purement sur la force militaire pour changer le status quo, notamment en raison de la présence russe en Arménie. Il peut toutefois manoeuvrer diplomatiquement et militairement pour obtenir des concessions“, estime le centre de réflexion américain Stratfor.

“Mais malgré les intentions initiales de Bakou, cette stratégie peut provoquer un conflit plus global pour lequel aucun des belligérant n’est préparé“, juge-t-il.

Par Emil GOULIEV avec Mariam HAROUTIOUNIAN à Erevan

lundi 4 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
ARMENIE-HAUT KARABAGH
Le président arménien Serge Sarkissian menace de reconnaitre la République du Haut Karabagh si Bakou devait continuer et intensifier ses attaques



Aujourd’hui 4 avril à Erévan, lors d’une rencontre avec les Ambassadeurs des pays de la coprésidence du Groupe de Minsk de l’OSCE, le président arménien Serge Sarkissian a déclaré que si l’agression de l’Azerbaïdjan devait se poursuivre et prendre une grande ampleur, l’Arménie reconnaitrait officiellement la République du Haut Karabagh. La rencontre du président arménien faisait suite à la reprise des hostilités au Haut Karabagh. Le président arménien a demandé aux pays coprésidents du Groupe de Minsk d’activer leurs efforts pour régler pacifiquement le conflit du Haut Karabagh.

lundi 4 avril 2016,
Krikor Amirzayan ©armenews.com

*****

Mardi 5 avril 2016

Arménie-Azerbaïdjan-Karabakh-conflit-politique

Négociations à Vienne après la reprise des hostilités entre Arméniens et Azerbaïdjanais





Stepanakert (Azerbaïdjan), 5 avr 2016 (AFP) - 

La capitale autrichienne doit accueillir mardi une réunion sur le Nagorny-Karabakh, quatre jours après la reprise des hostilités entre forces arméniennes et azerbaïdjanaises dans cette région contestée qui ont fait une quarantaine de morts.

Co-présidé par la France, les Etats-Unis et la Russie, le groupe de Minsk sur le Haut-Karabakh au sein de l’OSCE, chargé de trouver une issue à ce “conflit gelé“ depuis plus de 20 ans, évoquera la reprise des hostilités militaires dans ce territoire que se disputent l’Azerbaïdjan et l’Arménie.

La crise à été le “sujet numéro 1“ d’une conversation téléphonique lundi entre le secrétaire d’Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov, selon le département d’Etat. “Nous exhortons les deux camps à cesser immédiatement l’usage de la force et à éviter toute forme d’escalade“, a dénoncé son porte-parole Mark Toner, qualifiant de “lamentable“ le nombre “élevé“ de victimes.

Les deux ministres “ont condamné les tentatives de +parties extérieures+ au conflit pour aggraver la confrontation“, a rapporté de son côté du ministère russe de la Défense, semblant dénoncer les propos du président turc.

A la veille de la réunion à Vienne de membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le président turc Recep Tayyip Erdogan, allié de Bakou, a en effet semblé attiser les tensions. Multipliant les messages de soutien à Bakou, M. Erdogan a assuré que “le Karabakh retournera un jour, sans aucun doute, à son propriétaire originel“, l’Azerbaïdjan, renouvelant ses “condoléances“ aux proches des “martyrs“ azerbaïdjanais.

Au moins 40 militaires des deux camps et six civils ont été tués depuis la reprise des hostilités vendredi, les plus meurtrières depuis le cessez-le-feu instauré entre Erevan et Bakou en 1994. Plus de 200 militaires et civils ont été blessés.


JPEG - 29.7 ko

Ce conflit, dont les sources remontent à plusieurs siècles mais qui s’est cristallisé à l’époque soviétique lorsque Moscou a attribué ce territoire majoritairement arménien à la république socialiste soviétique d’Azerbaïdjan, intervient dans une région du Caucase stratégique pour le transport des hydrocarbures, près de l’Iran, de la Turquie et du Proche-Orient.

L’escalade militaire survient au moment où la Russie, qui a de bonnes relations avec l’Arménie, et la Turquie, alliée traditionnel de l’Azerbaïdjan, traversent une grave crise diplomatique sur fond de guerre en Syrie.

- Au moins 13 morts lundi -

Les combats entre les forces arméniennes et les troupes azerbaïdjanaises ont fait au moins 13 morts lundi.

Selon le ministère de la Défense du Nagorny-Karabakh, 20 soldats séparatistes ont au total perdu la vie et 72 blessés depuis la reprise des hostilités. De leur côté, les forces arméniennes “ont largement avancé dans certaines zones du front et ont pris de nouvelles positions“, a assuré le porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsrun Hovhannisyan. L’Azerbaïdjan a dénoncé de “fausses“ affirmations, assurant contrôler depuis samedi plusieurs hauteurs stratégiques au Karabakh.

Les autorités du Nagorny-Karabakh ont déclaré être “prêtes à discuter d’une proposition de trêve“ à condition de récupérer les positions et territoires perdus dans la région, reconnue comme appartenant à l’Azerbaïdjan par la communauté internationale.
JPEG - 82.8 ko

Le président arménien, Serge Sarkissian, a lui estimé qu’un cessez-le-feu ne serait possible que “si les militaires des deux camps retournent aux positions“, qu’ils occupaient avant la reprise des hostilités.

Après une guerre ayant fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement azerbaïdjanais, le Nagorny-Karabakh est passé sous le contrôle de forces séparatistes proches d’Erevan. La région est désormais peuplée majoritairement d’Arméniens.

Aucun traité de paix n’a été signé et après une période de calme relatif, la région a connu ces derniers mois une nette escalade des tensions, Erevan

Par Karen MINASSIAN avec Emil GOULIEV à Bakou

mardi 5 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
SELON UN RESPONSABLE DU KARABAGH

Des mercenaires de Bakou maltraitent des civils azéris pour rendre les Arméniens responsables de ces sévices


Selon des informations recueillies par la partie arménienne, des mercenaires au service de l’armée de Bakou infligeraient des sévices aux civils azéris des localités frontalières des territoires arméniens et mettraient le feu à leurs maisons après les avoir pillées afin de rejeter la responsabilité de ces exactions sur les Arméniens, a déclaré le porte-parole de la présidence du Haut-Karabagh, David Babayan, le lundi 4 avril.

De nombreux mercenaires combattraient dans les rangs de l’armée azérie, qui avait d’ailleurs eu recours dès les débuts du conflit l’opposant aux Arméniens, à des supplétifs afghans, tchétchènes et autres.

“Les informations doivent encore être vérifiées, mais il est probable que des membres des “Loups gris“ (organisation turque ultra-nationaliste, néo-fasciste et paramilitaire) et des terroristes de l’Etat islamique combattent aux côtés des soldats azéris“, a ajouté M. Babayan.

Ces mercenaires ne limitent d’ailleurs bien sûr pas leurs exactions aux seuls civils azéris et n’hésitent pas à martyriser les civils arméniens quand ils en ont l’occasion.

Le porte-parole de la présidence de l’Artsakh a ainsi rappelé le meurtre barbare perpétré dans le village de Talish au plus fort des combats qui opposaient les forces arméniennes et azéries.

“Un commando de sabotage a pénétré dans le village et tué trois de ses habitants, des personnes âgées » exécutées avec cruauté. De telles pratiques sanguinaires sont monnaie courante chez ces mercenaires barbares“, a poursuivi le responsable de l’Artsakh.

Les photos de ces assassinats ont suscité une vive émotion chez les Arméniens, ainsi que celles montrant des Azéris, ou des mercenaires, exhibant comme un trophée la tête d’un Arménien ; des images dignes de celles diffusées par Daech, qui pratique la décapitation comme un sport national. David Babayan a souligné que les populations civiles des villages azéris frontaliers fuyaient la zone des combats. “Ils abandonnent leurs maisons dans la panique, et les mercenaires les saccagent, les pillent avant de les incendier et d’accuser les Arméniens de ces crimes“, a affirmé D. Babayan, en citant même des cas de meurtres et de viols commis par ces mercenaires sur les civils azéris.

Il va de soi que les relations sont pour le moins tendues entre les habitants azéris de la région et ces combattants, qui ne sont pas du tout perçus comme des libérateurs.

Comme l’a indiqué le service de presse de la présidence du Karabagh, la partie arménienne est confrontée à un Etat terroriste et sadique, qui fait peu de cas de son propre peuple et des infrastructures du pays, comme le montrent les ponts qu’auraient dynamités les soldats azéris sur la rivière Terter afin de stopper l’avancée des forces arméniennes.

Si les combats ont quelque peu baissé en intensité sur la ligne de front depuis l’explosion de violences du 1er avril, le cessez-le-feu unilatéral proclamé par Bakou le 3 avril est loin d’être respecté et les forces azéries continuent à faire feu sur les positions arméniennes, les forces arméniennes cherchant par ailleurs à reprendre le contrôle des positions prises par l’ennemi à la faveur de son attaque surprise.

Dans un dernier bilan publié le lundi 4 avril, l’armée de défense du Haut Karabagh faisait état de 20 soldats arméniens tués au cours des 3 derniers jours et de 26 autres portés disparus ; les violents combats ont par ailleurs fait 72 blessés dans les rangs arméniens. La population civile arménienne, prise pour cible par l’artillerie arménienne, surtout dans la région de Martakert, où une école a été visée, se protège du feu ennemi en se terrant dans les caves des maisons.

mardi 5 avril 2016,
Gari ©armenews.com

*****

L’Azerbaïdjan a bombardé à l’arme lourde les localités frontalières de Berdavan et Kot dans la région de Tavouch. Les Arméniens ont répliqué

Cette nuit des tirs intenses ont repris sur le front arméno-azéri dans la région de Tavouch (nord-est de l’Arménie. Les Azéris bombardent les localités arméniennes de Berdavan et Kot avec diverses armes dont des canons de 60 et 82 millimètres. Suite à la réaction de l’armée arménienne qui a « fait taire » nombre de points de feu azéri, il semblerait ce matin que l’intensité des tirs azéris a fortement diminué. Un soldat arménien, Zori Achrafian (né en 1983) a été blessé dans d’un éclat d’obus lors des bombardements azéris.

mardi 5 avril 2016,
Krikor Amirzayan ©armenews.com

*****
Erevan accuse Ankara de soutenir l’agression de Bakou

Le vice ministre arménien des Affaires étrangères Shavarsh Kocharyan a accusé lundi 4 avril la Turquie de soutenir l’agression de Bakou contre la République du Haut-Karabagh, réagissant ainsi aux déclarations du président turc Recep Tayyip Erdogan qui avait affirmé ouvertement qu’il soutiendrait l’Azerbaïdjan “jusqu’à la fin” et qu’il priait pour sa victoire.

M.Erdogan avait tenu de tels propos après l’offensive de grande envergure lancée par les forces de l’Azerbaïdjan contre le Karabagh les 1er et 2 avril, tuant plus de 20 soldats et aussi des civils, dont un enfant de 12 ans, Vaghinak Grigoryan, qui a été mortellement frappé par un éclat de missile Grad dans la cours de son école à Martuni. Deux autres enfants, dont le frère de V. Grigorian, avaient été blessés durant cette attaque.

Shavarsh Kocharyan a ajouté que les déclarations de R.T.Erdogan étaient perçues comme un encouragement par l’Azerbaïdjan pour poursuivre son agression dans la région.

“Il est regrettable que pour la Turquie, la valeur des vies humaines soit déterminée par la nationalité. Avec des déclarations aussi racistes, la Turquie encourage l’agresseur à poursuivre ses actions contre la République du Haut- Karabagh”, a ajouté M. Kocharyan.

“Nous prions pour que nos frères azerbaïdjanais l’emportent dans ces combats”, avait notamment déclaré M. Erdogan.

« Le président turc a exprimé son soutien et sa solidarité dans les évènements survenus sur la ligne de contact entre Arméniens et Azerbaïdjanais et souligné que le peuple turc sera toujours aux côtés du peuple de l’Azerbaïdjan”, a fait savoir le service de presse du président azéri à l’issue de l’entretien téléphonique entre MM. Erdogan et Aliyev.

M. Erdogan avait aussi critiqué le Groupe de Minsk de l’OSCE en charge du règlement du conflit du Karabagh. “Si le Groupe de Minsk avait pris des mesures justes et fermes sur ce sujet, de tells incidents ne se produiraient pas.

Ainsi, la faiblesse du Groupe de Minsk a hélas conduit à la situation qui est telle aujourd’hui”, avait ajouté M. Erdogan interrogé par un journaliste azéri.

L’ambassadeur de l’Azerbaïdjan à Moscou, Polad Bulbuloglu, a de son côté affirmé que l’Azerbaïdjan était prêt à envisager une solution non plus diplomatique, mais militaire, au conflit du Karabagh.

“Les efforts en vue d’une solution pacifique de ce conflit sont à l’oeuvre depuis 22 ans. Combien de temps faudra-t-il encore attendre ? Nous sommes prêts pour une solution pacifique du problème. Mais s’il n’est pas réglé par la voie pacifique, alors nous le règlerons par les moyens militaires”, avait indiqué M. Bulbuloglu à la radio Govorit Moskva.

mardi 5 avril 2016,
Gari ©armenews.co

*****

Bakou menace de bombarder Stepanakert



Le ministre de la Défense de l’Azerbaïdjan, Zakir Hasanov, a donné l’ordre aux forces armées de se préparer à un bombardement sur la capitale du Haut-Karabagh, Stepanakert. Selon le communiqué du ministère azerbaïdjanais de la Défense, les frappes auront lieu si la partie arménienne ne suspend pas les hostilités à la ligne de front.

“Après avoir subi de lourdes pertes le long de la ligne de front, les forces armées arméniennes réagissent avec des bombardements des troupes dans des zones résidentielles azerbaïdjanaises le long de la ligne de contact en « représailles » pour leurs échecs“ déclare le ministère azéri de la Défense.

Selon la déclaration, “en prenant ces mesures inhumaines, l’Arménie, en dépit d’avoir été mis en garde avec insistance, provoque l’Azerbaïdjan afin qu’elle prenne des mesures adéquates“.

“Néanmoins, la partie azerbaïdjanaise appelle l’Arménie de se conformer aux normes du droit international et éviter d’utiliser la violence contre des civils », a déclaré le ministère azéri de la défense.

“Dans le même temps, le ministre de la Défense a ordonné à tous les types de troupes des Forces armées, y compris les troupes d’artillerie de missiles de se tenir prêt à lancer des frappes dévastatrices sur la ville de Khankendi [Stépanakert] et d’autres zones résidentielles occupées avec des armes lourdes à leur disposition dans le cas où l’ennemi ne cesserait pas les bombardements de nos zones résidentielles » a conclu le ministère.

mardi 5 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****

Comme en 1994, Bakou a signé aujourd’hui un cessez-le-feu avec les autorités de la RHK. Or, elle refuse tout dialogue avec la RHK. Aliev prend-il son temps pour réorganiser ses troupes en attendant les résultats de la réunion de Vienne (OSCE) aujourd’hui ou envoie-t-il un signe à la communauté internationale en signe d’apaisement durable ?

Bakou, 5 avr 2016, 14h12 (AFP) - L’Azerbaïdjan et les autorités de la région séparatiste du Nagorny-Karabakh ont annoncé mardi avoir conclu un cessez-le-feu pour mettre un terme à quatre jours de violents affrontements ayant fait au moins 64 morts dans cette zone stratégique du Caucase.

“Les opérations militaires ont été stoppées mardi à 12H00 (08H00 GMT)“, a indiqué le ministère azerbaïdjanais de la Défense dans un communiqué.

“Un accord pour une cessation des hostilités a été conclu. Nous avons donné l’ordre d’arrêter de tirer“, avait précédemment annoncé à l’AFP un porte-parole du ministère de la Défense de la région séparatiste.

Les bombardements se sont arrêtés mardi après une nuit ponctuée par des tirs d’artillerie sporadiques, selon un photographe de l’AFP présent dans le village azerbaïdjanais de Terter, situé près de la ligne de front.

Les hostilités - les pires depuis un cessez-le-feu instauré en 1994 - avaient éclaté dans la nuit de vendredi à samedi et ont fait depuis au moins 64 morts, tant parmi les civils et que les militaires, et des centaines de blessés.

Une réunion du groupe de Minsk sur le Haut-Karabakh au sein de l’OSCE, coprésidé par la France, les Etats-Unis et la Russie et chargé de trouver une issue à ce “conflit gelé“ depuis plus de 20 ans, doit commencer à Vienne à 13H00 GMT.

Après une guerre ayant fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, principalement azerbaïdjanais, le Nagorny-Karabakh est passé sous le contrôle de forces séparatistes proches de l’Arménie. Cette région est désormais majoritairement peuplée d’Arméniens.

Aucun traité de paix n’a été signé et après une période de calme relatif, ce territoire a connu ces derniers mois une nette escalade des tensions, Erevan estimant fin décembre qu’on était revenu à la “guerre“.

mardi 5 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
EDITORIAL
Il faut protéger le Haut-Karabagh, par Ara Toranian

Une série de facteurs conjoncturels peuvent expliquer les raisons pour lesquelles le président azerbaïdjanais s’est lancé dans cette aventure militaire à l’encontre du Haut Karabagk dans la nuit du 1er avril. On n’en fera pas ici le recensement exhaustif. Remarquons simplement qu’embarqué sur la pente d’une course folle aux armements, menée avec tambours et trompettes contre les Arméniens honnis, Aliev ne pouvait à un moment ou un autre qu’aller au bout de sa logique et être amené à s’en servir. Sur le plan interne, la baisse du prix de pétrole, qui promet d’accélérer la plongée économico-politique de son pays a favorisé les conditions de ce passage à l’acte. Les tyrans n’ont jamais trouvé mieux que la guerre pour détourner la colère de leurs sujets. Et sur le plan externe, l’apprenti calife Erdogan, lui-même en proie à une dérive autoritaire contre son propre peuple et emporté par son ubris ottomaniste, lui aura donné l’impulsion fatidique. Les déclarations va-t-en-guerre de la Turquie et ses encouragements publics à Aliyev laissent peu de doute à ce sujet. Elles révèlent une fois de plus le degré de haine raciste de cet État construit sur le génocide des Arméniens. Une aversion alimentée ces derniers temps par un accès de paranoïa : la crainte que Poutine ne renforce à terme la position d’Erevan, à la suite de la crise russo-turque qui s’est envenimée fin 2015 en Syrie.

Il s’agissait donc pour eux d’aller vite, et de profiter du chaos régional ambiant pour régler leur compte à ces Arméniens, selon une vieille recette qui a notamment servi en 1915. Mais le choix de cette période n’est pas seulement tactique. Il correspond stratégiquement à une poussée historique de cet islamisme conquérant, dont Erdogan se veut le héraut, et dont Aliev pourrait être l’idiot utile. Une chose est sûr, dans les délires déjantés des théoriciens du nouveau califat ottoman en construction, deux verrous font encore obstacle à l’accomplissement de cette vision d’un monde turc, de la Méditerranée à la mer de Chine ( selon l’expression de l’ancien président Demirel dans les années 90), et dont la Turquie serait la tête de pont face à une civilisation judéo-chrétienne qui de l’Atlantique à l’Oural, se cherche un deuxième souffle, voire peut-être, une nouvelle unité.

Ces deux cadenas terrestres sont le Kurdistan et l’Arménie. L’un subit les coups de boutoir d’Ankara depuis des mois, et l’autre, à travers le Haut-Karabakh est en butte à un début de guerre qui pourrait vite devenir totale. On ne sait à ce stade comment tournera le Blitzkrieg tenté par le tandem Aliyev-Erdogan. Mais les faits sont là. Et au-delà de l’Arménie et du Kurdistan, ils font peser une menace d’embrasement qui pourrait avoir des conséquences jusqu’en l’Europe, aux États-Unis et en Russie. Car bien sûr tout est lié, et si la barbarie se cache sous de multiples masques, elle n’a qu’un seul visage.

En attendant, les Arméniens combattent seuls et font mieux que résister face cette agression turco-azebaïdjanaise que le pusillanisme diplomatique des puissances rechigne à appeler par son nom, malgré son caractère évident. En étant contraint de se battre pour pouvoir continuer à vivre sur ce qu’ils leur restent de leurs terres historiques, dont la majorité est occupée par les forces du panturquisme, les Arméniens ne luttent pas seulement pour leur droit imprescriptible à l’existence. Ils s’affirment comme les défenseurs des valeurs trahies de nos civilisations des droits de l’homme, qui après avoir sacrifié dans la région un à un tous les remparts qui les protégeaient de la barbarie, se retrouvent aujourd’hui nez à nez avec elle, victimes à leur tour de ses crimes odieux. Sur leur propre sol.

Dans cette situation, les militants des droits de l’homme, et notamment les Français d’origine arménienne, souhaitent une initiative ferme des démocraties et en particulier du gouvernement. On se souvient du rôle pacificateur qu’avait joué Nicolas Sarkozy, au moment du conflit en Ossetie, en se rendant très vite sur place. Est-il déraisonnable d’en espérer autant de François Hollande, avant que cette nouvelle guerre ne prenne des proportions incontrôlables ?

Ara Toranian

mardi 5 avril 2016,
Ara ©armenews.com

*****

Manifestation "Nor Seround" du 5 avril 2016 à Paris


Beaucoup de jeunes gens pour soutenir cette manifestation du Nor Seround .
 Sur le camion-podium, une voix s'élève et exprime avec énergie, détermination, la juste colère que soulèvent les comportements belliqueux de l'Azerbaïdjan envers le peuple du Karabakh, au long de ces années qui ont suivi le cessez-le-feu de 1994
.
La guerre par surprise que les azéris ont entamé depuis le 2 avril 2016 - sous les prétextes les plus fallacieux - en est la preuve évidente.



La foule amassée dans un espace délimité par les forces de l'ordre n'a cessé de s'accroître peu à peu.




Denonçant la perfidie azérie, soutenue par l'hypocrisie - et l'aide ! - des nations mercantiles, la France, Les USA, Israël,  les mots de la colère ont vibré relayés par une foule ulcérée d'être constamment en but aux mensonges des azéris incapables d'assumer leur responsabilité et les rejetant par calcul  !





Tambour, sifflet pour marteler les slogans repris par la foule, 
drapeaux et tenues vestimentaires aux couleurs de l'Artsakh,
la jeunesse était présente - bien présente !


Non loin de l'Ambassade azérie, dont on aperçoit le drapeau, les textes accusateurs sont lus   


Puis, un cortège se forme pour avancer jusqu'à l'ambassade ...
c'est alors que les forces de l'ordre appelées en renfort (!) sont intervenues à coups de bombes et de gaz lacrymogènes, obligeant les manifestants à reculer



Un jeune homme très atteint par les gaz toxiques, soutenu par deux de ses amis, fut écarté de la zone polluée et se remit difficilement de son malaise.

Les manifestants se dispersèrent deux heures plus tard environ après le début de la manifestation.

Pour la petite histoire, j'eus la surprise de rencontrer un "ami" facebook qui, m'ayant reconnue, s'approcha de moi. Après de longs échanges sur l'événement et ses causes, au moment de nous séparer, il voulut savoir quelle était ma destination et me proposa de m'en rapprocher, car il était motorisé. De la même façon, un autre de ses amis profita de son offre généreuse.

Merci Massis ! A bientôt !

Dzovinar

Voir aussi :

PHOTOS ET VIDEOS

800 personnes rassemblées hier à Paris devant l’ambassade d’Azerbaïdjan

*****
Matagis, 6 avr 2016 à 10h55 (AFP) - Le cessez-le-feu conclu mardi entre l’Azerbaïdjan et les autorités du Nagorny-Karabakh était globalement respecté mercredi. Premier épisode de calme après quatre jours d’intenses combats ayant fait au moins 75 morts, ont annoncé les autorités des deux camps.

“Le cessez-le-feu a été globalement respecté cette nuit le long de la ligne de front“, a déclaré le ministère de la Défense du Nagorny-Karabakh.

Le ministère azerbaïdjanais de la Défense a pour sa part affirmé que ses forces “respectent strictement l’accord de cessez-le-feu“ signé mardi à Moscou par les chefs d’état-major arménien et azerbaïdjanais.

L’Azerbaïdjan affirme avoir pris le contrôle de plusieurs hauteurs stratégiques au Nagorny-Karabakh et “les troupes azerbaïdjanaises consolident actuellement les positions libérées“. Ce qui a été démenti par Erevan, qui confirme ne pas avoir perdu de terrain dans cette région.

“Même si les positions arméniennes ont à un certain moment été prises par les Azerbaïdjanais, elles sont toutes revenues sous le contrôle du Nagorny-Karabakh“, a déclaré à l’AFP mardi un porte-parole du ministère arménien de la Défense, Artsrun Hovhannissian.

Un photographe de l’AFP se trouvant dans le village de Matagis, à dix kilomètres de la ligne de front, a confirmé que “la nuit était calme et sans tirs“.

Bakou affirme que 31 de ses soldats et quatre civils sont morts dans les affrontements, tandis que les autorités du Nagorny-Karabakh ont annoncé la mort de 35 soldats et cinq civils. Le tout dernier bilan officiel des hostilités est donc de 75 morts.

Les hostilités - les pires depuis un cessez-le-feu instauré en 1994 - dans cette zone stratégique du Caucase avaient éclaté dans la nuit de vendredi à samedi.

mercredi 6 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****
« L’Azerbaïdjan n’a pas réussi à avoir quoique ce soit, même stratégiquement » : c’est ce qu’a déclaré le ministre de la Défense de l’Arménie, Seyran Ohanian, lors d’une réunion de son Cabinet ce matin. Cette réunion avait commencé par une minute de silence en hommage aux victimes tuées par les Azerbaïdjanais.

“Permettez-moi de noter que les informations selon lesquelles certaines colonies de l’Artsakh sont sous le contrôle de l’adversaire sont fausses“, a déclaré Ohanian. L’Armée de Défense a réussi partout à repousser l’agresseur, a-t-il précisé. “Les villages de Talysh et Seysulan sont sous le contrôle de l’Armée de Défense du Haut-Karabagh. (...) L’agression de l’Azerbaïdjan avait été préparée. Mais notre unité est évidente et on peut dire même que c’est un vrai réveil. Cet héroïsme a contrecarré les plans de l’Azerbaïdjan“.

Il a ajouté que les chefs de l’état-major général de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, Yuri Khachaturov et Najmaddin Sadigov, se sont rencontrés hier à Moscou, et ont convenu d’un cessez-le-feu le long de la ligne de contact. Ce cessez-le-feu est effectif depuis hier à 12h.

En cas de nouvelle attaque, il a averti que l’Armée de Défense du Karabagh “était prête à exercer des représailles contre ces actions.“

mercredi 6 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****



Moscou, 5 avr 2016 (AFP) - Alors que l’Azerbaïdjan et l’Arménie s’affrontent pour le contrôle d’un territoire qu’ils revendiquent tous deux, le Nagorny-Karabakh, les rivalités entre la Turquie et la Russie apparaissent en filigrane dans cette région du Caucase qu’elles se disputent depuis plusieurs siècles.

Héritiers des empires ottoman et russe, Ankara et Moscou s’y livrent une guerre d’influence depuis près de 500 ans et, ces derniers mois, leurs relations se sont considérablement détériorées après que des F-16 turcs ont abattu un bombardier russe au-dessus de la frontière syrienne.

Aujourd’hui, sans être les premiers instigateurs du conflit, Russes et Turcs jouent leur partition dans une crise latente depuis des siècles et qui s’est cristallisée au début de l’époque soviétique lorsque Moscou décida que la région du Karabakh dépendrait de la république socialiste soviétique d’Azerbaïdjan, et non de celle d’Arménie.

- Le grand frère turc -

Vassal de facto de Moscou à l’époque soviétique, l’Azerbaïdjan se rapproche d’Ankara après la chute de l’URSS au moment où le conflit pour le contrôle du Nagorny-Karabakh est à son apogée et fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés, pour la plupart azéris.

En 1993, la Turquie ferme sa frontière avec l’Arménie, avec laquelle elle entretient des relations empoisonnées par l’héritage historique du génocide dont les Arméniens ont été victimes sous l’empire ottoman (1915-1917), qu’Ankara ne reconnaît pas.

L’alliance entre Turcs et Azerbaïdjanais s’explique notamment par des facteurs religieux et linguistique : la quasi-totalité des neuf millions d’Azerbaïdjanais sont musulmans et l’azéri appartient à la famille des langues turques.

Depuis la reprise vendredi des hostilités entre séparatistes et Azerbaïdjanais, Ankara a multiplié les déclarations tonitruantes au risque d’attiser les tensions. Mardi, le Premier ministre Ahmet Davutoglu prévenait que son pays serait aux côtés du “frère“ azerbaïdjanais “jusqu’à l’apocalypse“. Auparavant, le président Recep Tayyip Erdogan avait promis de soutenir Bakou “jusqu’au bout“.

Mais bien que partageant “une identité nationale“ avec l’Azerbaïdjan, la Turquie préfèrera “éviter une guerre régionale“ avec la Russie, juge l’analyste Can Kasapoglu, du Centre d’études économiques et de politique étrangère (Edam) d’Istanbul.

- Le puissant voisin russe -

La Russie suit en voisin de poids les soubresauts dans le Caucase. Si elle vend des armes à l’Azerbaïdjan - tout comme à Erevan -, elle fait aussi de facto vivre l’Arménie, qui souffre depuis plus de vingt ans d’un blocus économique imposé par la Turquie.

La Russie et l’Arménie, dont les populations sont majoritairement de confession orthodoxe, ont aussi conclu d’importants accords militaires : Moscou a deux bases en Arménie, dont l’une, terrestre, située à Gumri, près de la frontière turque, qu’elle a récemment renforcée.

Erevan, qui appuie les forces séparatistes du Nagorny-Karabakh, principalement peuplé d’Arméniens depuis la fin de la guerre, a aussi signé un accord de défense aérienne commune avec la Russie.

Mais la position du Kremlin est moins inflexible que celle de la Turquie car Bakou est un bon client du complexe militaro-industriel russe.

En 2013, Moscou a ainsi vendu pour un milliard de dollars de chars, de canons et de lance-roquettes à l’Azerbaïdjan, dont les dépenses budgétaires consacrées à la défense sont plus élevées certaines années que le budget total de l’Arménie.

“La Russie est celle qui a le plus à perdre“ dans la guerre, estime ainsi Alexeï Malachenko, expert du centre Carnegie.

“Elle est dans une impasse. Si elle agit contre l’Azerbaïdjan, elle se met à dos toute la communauté turcophone. Pas seulement en Asie centrale mais aussi sur son propre territoire : les Tatars, les Bachkirs...“, souligne-t-il, rappelant que Moscou a toujours joué un rôle de médiateur dans ce conflit.
***Par Anaïs LLOBET***

mercredi 6 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com

*****
ARGENTINE


Manifestation pour le droit à l’autodétermination de l’Artsakh
*****

Espagne
Puente Genil et La Roda de Andalucía ont officiellement reconnu le génocide arménien
*****

Rappelez-vous de Tatik et Papik
Nikos Lygeros
Traduit du Grec par A.-M. Bras


Rappelez-vous de Tatik et Papik 
car nous parlons
    d'une population arménienne
et non pas seulement d'un conflit,
l'Artsakh n'est pas du tout 
un territoire azéri, 
mais l'histoire 
de l'Arménité 
dans nos montagnes, 
donc si vous ne portez attention 
qu'à la guerre , 
vous ne verrez pas 
la réalité de la vérité 
dans cette ancienne région 
alors soyez prudents avec les mensonges 
de la propagande 
d'un système illégal 
qui continue 
d'agir comme un soviet 
et oublie 
l'histoire des humains 
et l'avenir de leurs histoires.

*****


ALLEMAGNE/ARMENIE
Serge Sarkissian à Berlin : « le droit à l’autodétermination du Karabagh doit être reconnu »

Berlin, 6 avr 2016 à 14h (AFP) - Le droit à l’autodétermination du Karabagh doit être reconnu par la communauté internationale, a affirmé mercredi le président arménien, Serge Sarkissian, en visite à Berlin.

“Le peuple du Karabagh veut quelque chose de simple et de compréhensible pour lequel tous les peuples colonisés se sont toujours battus : assumer lui-même son propre destin et maîtriser librement son avenir. (...) Les gens n’attendent de la communauté internationale qu’une seule chose : la reconnaissance de ce droit“, a-t-il dit lors d’une conférence de presse commune avec Angela Merkel.

L’Azerbaïdjan et les autorités du Haut-Karabagh ont annoncé mardi avoir conclu un accord de cessez-le-feu, salué par l’OSCE, après quatre jours d’intenses combats qui ont fait au moins 73 morts.

M. Sarkissian a accusé l’Azerbaïdjan d’avoir dans la nuit de vendredi à samedi “de facto“ et “de manière unilatérale“ rompu un cessez-le-feu et “agressé une population pacifique“.

En agissant de la sorte, l’Azerbaïdjan a “de nouveau conduit cette région vers une situation tendue et menaçante d’un point de vue sécuritaire“.

“Il est évidemment douloureux pour nous de voir que la Russie mais aussi d’autres pays vendent des armes à l’Azerbaïdjan“, a par ailleurs souligné M. Sarkissian, allié de Moscou, mais, a-t-il souligné à cet égard, “nos capacités d’influence sur cette situation sont limitées“.

Mme Merkel, de son côté, a appelé les deux parties, à “faire tout ce qui est en leur pouvoir afin d’éviter toute effusion de sang et la perte de vies humaines“.

La chancelière allemande qui juge “de la plus grande urgence“ le recours à une médiation internationale, a déclaré qu’elle allait recevoir en juin le président de l’Azerbaïdjan, Ilham Aliev.

mercredi 6 avril 2016,
Claire ©armenews.com

*****


CONSEIL DE L’EUROPE
Déclaration écrite No. 603 : Règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh



Déclaration écrite No. 603 | Doc. 14030 | 19 avril 2016

Signataires : M. François ROCHEBLOINE, France, PPE/DC ; Mme Brigitte ALLAIN, France, SOC ; Lord Donald ANDERSON, Royaume-Uni, SOC ; M. Piet De BRUYN, Belgique, NI ; M. Tuur ELZINGA, Pays-Bas, GUE ; M. Nigel EVANS, Royaume-Uni, CE ; M. Samvel FARMANYAN, Arménie, PPE/DC ; M. Bernard FOURNIER, France, PPE/DC ; M. Martin FRONC, République slovaque, PPE/DC ; Mme Darina GABÁNIOVÁ, République slovaque, SOC ; M. Gerardo GIOVAGNOLI, Saint-Marin, SOC ; M. Pavol GOGA, République slovaque, SOC ; M. Jean-Pierre GRIN, Suisse, ADLE ; M. Jonas GUNNARSSON, Suède, SOC ; M. Andrej HUNKO, Allemagne, GUE ; M. Tedo JAPARIDZE, Géorgie, SOC ; M. Michael Aastrup JENSEN, Danemark, ADLE ; Mme Lotta JOHNSSON FORNARVE, Suède, GUE ; Mme Naira KARAPETYAN, Arménie, PPE/DC ; Mme Nellija KLEINBERGA, Lettonie, ADLE ; Mme Manana KOBAKHIDZE, Géorgie, SOC ; Mme Dalia KUODYTĖ, Lituanie, ADLE ; Mme Stella KYRIAKIDES, Chypre, PPE/DC ; M. Pierre-Yves LE BORGN’, France, SOC ; Mme Inese LĪBIŅA-EGNERE, Lettonie, PPE/DC ; M. George LOUCAIDES, Chypre, GUE ; M. Dirk Van der MAELEN, Belgique, SOC ; M. Gidi MARKUSZOWER, Pays-Bas, NI ; Mme Olivia MITCHELL, Irlande, PPE/DC ; M. Thomas MÜLLER, Suisse, ADLE ; M. Killion MUNYAMA, Pologne, PPE/DC ; Mme Oľga NACHTMANNOVÁ, République slovaque, SOC ; Mme Hermine NAGHDALYAN, Arménie, CE ; M. Nicos NICOLAIDES, Chypre, SOC ; M. Mark PRITCHARD, Royaume-Uni, CE ; M. René ROUQUET, France, SOC ; M. Armen RUSTAMYAN, Arménie, SOC ; M. Mher SHAHGELDYAN, Arménie, PPE/DC ; M. Valeri SIMEONOV, Bulgarie, CE ; Mme Petra De SUTTER, Belgique, SOC ; M. Dominik TARCZYŃSKI, Pologne, CE ; Mme Kristýna ZELIENKOVÁ, République tchèque, ADLE ; Mme Naira ZOHRABYAN, Arménie, CE ; M. Levon ZOURABIAN, Arménie, ADLE

Cette déclaration écrite n’engage que ses signataires.

Convaincus que le règlement pacifique du conflit du Haut-Karabakh n’a pas d’alternative, l’Assemblée parlementaire réitère son soutien continu aux efforts déployés par les co-présidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, le seul format de médiation agréé au niveau international, pour atteindre un règlement durable et juste de ce conflit. Par conséquent, nous exhortons à respecter les appels continus des co-présidents du Groupe de Minsk de ne pas saper leur mandat et compliquer ainsi les négociations en cours.

Nous encourageons toutes les parties à prendre des mesures décisives et à manifester la volonté politique nécessaire pour parvenir à un règlement négocié sur la base des propositions des pays co-présidents - la France, les Etats-Unis et la Russie - énoncées dans les cinq déclarations faites au niveau de leurs présidents depuis 2009. Nous partageons les préoccupations relatives à l’augmentation des tensions dans la zone du conflit. L’utilisation d’armes lourdes, telles que mortiers et lance-roquettes, est inacceptable et présente un grave danger pour la population civile. Nous regrettons profondément la perte de vies, y compris de civils.

La création d’un mécanisme d’enquête sur les violations du cessez-le-feu avec d’autres propositions des co-présidents du Groupe de Minsk sur les mesures de confiance et la consolidation de l’accord de cessez-le-feu de 1994 contribueront à la réduction des tensions et à la création d’une atmosphère plus favorable pour faire avancer les pourparlers de paix.

vendredi 22 avril 2016,
Stéphane ©armenews.com


*****


Haut-Karabagh : une poudrière méconnue

par Françoise Ardillier-Carras et Gérard-François Dumont

8/05/2016 (Armenweb.org)

*****


Histoire de l'Artsah
(Nagorny-Karabakh)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_du_Haut-Karabagh#F.C3.A9vrier.C2.A01988_et_la_r.C3.A9apparition_de_la_question_du_Haut-Karabagh 

*****
http://www.monde-diplomatique.fr/2012/12/DESCAMPS/48479

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar