samedi 16 juillet 2011

Elena, enfant d'Artsakh



Elena, enfant d'Artsakh

Elle étala sur la table
ses cahiers d'écolière ; 
les lettres de notre langue
 d'une écriture régulière
s'alignaient sagement.
Sans tache ni rature,
la page s'ornait de dessins :
fleurs, feuilles, insectes,
l'histoire de la nature
en textes illustrés
jour après jour était contée.
Son regard interrogateur
sur moi posé attendait
la critique, le compliment :
Oui, c'est très bien !
L'institutrice avait noté
 
à la fin du cahier, à la fin de l'année
à l'encre rouge
"Tu ne m'as donné, *hokis
que des satisfactions. *Abriss ! "

Emue aux larmes
je lui réclamai ses crayons
qu'elle courut chercher :
cinq ou six feutres de couleurs
qu'elle déposa avec orgueil
devant mes yeux
(oh ma mignonne, comme c'est peu
pensai-je le coeur serré)
Alors, de quelques traits,
je fis une feuille puis une fleur
ajoutai de l'ombre pour la lumière.
Attentive, quand je lui dis :
vois-tu chérie, il suffit de quelques
ombres pour tout à coup
à la fleur, à la feuille, donner vie.
Son père qui de loin suivait
nos conciliabules ajouta :
- écoute bien ma fille.
Une lueur dans son regard anxieux brilla :
qui  disait - Merci de  l'aider ... de l'aimer.

Dzovinar

*  hokis : mon âme
* abriss : que longue vie te soit donnée 

1 commentaire:

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou un avatar. Amicalement,
Dzovinar