jeudi 21 avril 2011

MAIS ...

A Yalta

où l'un des plus beaux monuments de la ville est l'église arménienne Ste Hripsimé, nous n'existons pourtant pas : je demandai à notre guide : y a-t-il une communauté arménienne ici ? Elle me regarda interloquée (elle avait auparavant énuméré  les diverses communautés qui cohabitaient dans la ville sans nous nommer) elle répondit précipitamment oui, oui.

 Alors ?  

A Odessa, de la même manière, le guide - un homme jeune et cultivé, Anton,  nous précisa qu'Odessa était une ville où l'on venait pour faire du "bisness" - ainsi, il énuméra les diverses nationalités qui la constituaient : juifs, grecs, ... et toujours pas d'arméniens ! Je lui posai aussi la question : y a-t-il une communauté arménienne ? Même regard interloqué et : oui, oui ... mon voisin est arménien.

Alors ?

Au Musée des Beaux-Arts, cependant, quand nous entrâmes dans la salle "Aïvazovski" Anton s'approcha de moi pour me signaler : C'est un peintre arménien - Je souris en lui répondant : merci, je sais.  

Je compris que ce n'était pas une volonté délibérée d'ignorer notre existence ; c'était ainsi, nous n'étions pas inscrits dans leur "schéma mental" c'est tout ...   

 Anton nous communiqua toutes sortes d'explications sur différentes personnalités françaises qui apportèrent leurs contributions à la ville, mais à aucun moment il n'évoqua l' "Holodomor" ukrainien qui me paraissait être pourtant un épisode important de leur histoire ; quand je lui posai la question, il dit : oui, il y a un Musée consacré à cette tragédie, mais sa visite n'est pas au programme...

Nous étions là pour nous émerveiller de préférence, non pour pleurer sans doute ... 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar