vendredi 25 octobre 2013

Insomnie ...



Mais quelle heure est-il ...
Je ne veux pas regarder l'heure
Je sais qu'il est bien trop tôt
pour quitter le lit
renouer avec le quotidien ...
Trop tôt pour déjeuner,
allumer la radio
bruit de fond d'où parfois
émergent des infos qui attirent
mon attention.
Incessantes les pensées défilent,
s'enchevêtrent, incongrues parfois 
qui m'horripilent ! Mais
que faites-vous dans ma tête ?
Je ne vous ai pas appelées !
Elles sont là quand même,
 à mon corps défendant
je les chasse parfois
alors aussitôt,
une chanson - totalement stupide -
prend la place, l'occupe un moment
je me bats encore pour la faire taire 
" tata yoyo, qu'est-ce qu'y a sous ton grand chapeau ..." 
ah, mais fous-moi le camp !
Vite j'appelle à mon secours
des images chéries :
oui, toi mon petit- non mon grand 
(il faut te faire une raison
c'est un grand depuis un moment déjà)
tu souris mon fils,
 ton  regard si doux souvent,
 se teinte de malice ;
 une autre image ... et c'est ma grande : 
un vrai soleil ! Ma fille  ! ...
Je me tourne
et me retourne
dans ce lit qui veut m'expulser ...
Je cède : l'attrait
du petit-déjeuner 
tartines grillées, café, fruit ...
Il est quatre heures et demie ...
 Mais que vas-tu faire, si tôt !
Heureusement,
il y a Internet !

Dzovinar

2 commentaires:

  1. Il n' y a que la mère qui sache venir au secours de la femme
    fonction première de notre sexe dans notre espèce
    Je me demande souvent, maintenant que j'ai passé la cinquantaine, pourquoi la femme, une fois rempli sa fonction, son rôle dans le chaînon humain, n'en soit qu'au mi-temps (ou juste un peu plus) de son existence. Les petits sont vite grands et de plus indépendants rapidement. le fossé intergénérationnel s’accroît plus vite qu'autrefois. Dans le tourbillon de notre ère.
    Rôle d'aieul ?
    Les petits enfants, de nos jours, sont souvent très éloignés géographiquement. Du moins sous nos latitudes.
    Non, je ne sais pas pourquoi on est "petite maman je t'aime aussi haut que le soleil" que quelques années de notre lonnnnnnnnnnnnnngue existence de femme.

    RépondreSupprimer
  2. Mais non ! Nous serons toujours, et jusqu'au bout, "Petite maman, je t'aime aussi haut que le soleil" ou "maman chéie" oui oui, "chéie - il était si petit" mais dit autrement : pudeur - crainte du ridicule ... des mots qu'ils (nos enfants) remplacent par des attentions - surtout les garçons...

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar