dimanche 20 avril 2014

Leurre


Enfant, innocent,
nos rêves sont notre univers
si réel, car l'imagination
est forte
on peut croire en tout
tout ce en quoi ceux que l'on aime
nous disent qu'il faut croire ...
Il n'y a pas à réfléchir
seulement à se laisser porter.
L'enfance passe avec les premiers
coups de la vie
 - la vraie vie
Et le regard qu'on portait
sur les êtres et les choses
lentement se modifie
On aime toujours 
avec la même ferveur
ceux qui nous ont élevés et aimés
mais l'on comprend 
qu'ils ne savent pas tout
que les valeurs qu'ils nous ont transmises
 leurs certitudes
ne résistent pas toujours aux assauts 
d'un monde que l'on découvre sans foi ni loi.
Et toute la croyance dans un ailleurs
ô combien parfait
lieu de repos éternel
s'écroule comme château de cartes.
 On est seul face à soi-même
Un seul recours possible
sa propre force
qu'il faut accroître sans cesse
pour ne pas laisser sombrer son âme
dans les flots de l'amertume
des espoirs déçus
des rêves perdus
Rester debout quand même
en sachant bien
que le long chemin
que chaque rencontre enrichit
qui permet de donner sens à notre vie
est le seul trésor qui nous soit offert
 tant que nous vivons. 
Sans garantie.

Dzovinar




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou d'un avatar. Amicalement,
Dzovinar