lundi 27 mai 2013

26e Festival du Premier Roman - Mai 2013 - Chambéry (Savoie)

- 24 mai -


Quand d'heureuses circonstances incitent à
"voir du pays", il ne faut pas hésiter ...
et je n'hésite pas !


 Devant l'Hôtel de Ville de Chambéry,  les chapiteaux
dressés seront les abris (ce qui ne sera pas inutile en ces jours pluvieux) et les témoins de la fièvre de culture ! Des livres, des livres... des livres !
"3000 lecteurs, en France et à l'étranger, qui lisent en amont et choisissent les auteurs invités" parmi lesquels, cette année, notre ami Denis Donikian pour son roman "Vidures". 

L'indispensable "Point Infos" qui propose aux visiteurs, des rencontres avec les auteurs, des ateliers d'écriture ou de traduction ...

 Le "Café des Lecteurs" (très fréquenté) pour la chaleur et la détente autour d'une tasse de café, thé, ou d'un verre de vin de Savoie ... et de délicieuses pâtisseries faites "maison".


 Une belle opportunité se présente l'après-midi même de mon arrivée : rendez-vous au Palais de Justice pour assister à la  rencontre de trois écrivains :  le choix n'est pas anodin ; ce sont des écrivains "engagés". 

De gauche à droite : Makenzy Orcel (Haïti)  - Denis Donikian (Arménie) -
 Le modérateur Yann Nicol et Florin Irimia (Roumanie)
Denis Donikian (Vidures) et Florin Irimia (Defekt) ont abordé dans leur ouvrage respectif, la réalité tragique que constitue le quotidien de pays où la démocratie en est encore à ses balbutiements ...Florin Irimia explique que la vision sombre qu'il a de la Roumanie est partagée par les jeunes gens de son pays  ;  Denis se défend d'avoir écrit un livre sur l'Arménie, "c'est avant tout un roman"  ... qui s'inspire quand même de très près du dénuement d'un peuple abandonné à lui-même !

Makenzy est un poète ; il parle du sort des prostituées de Port-au-Prince et la folie de vivre malgré l'épouvante du tremblement de terre qui ravagea la ville en 2010 (Les Immortelles). Il avoue écrire pour la poésie de l'écriture et
ne se sent pas de "responsabilité" en tant qu'auteur - au contraire de Donikian et Irimia - mais nous dit en confidence, qu'il milite pour offrir, partout dans son pays, à grande échelle, des livres aux enfants déshérités afin de leur permettre l'accès à la culture...

- 25 mai - 



  Au "Café des lecteurs", à 9 h du matin, sont réunis, autour de Denis pour partager un petit-déjeuner offert par le festival, quelques lecteurs-admirateurs de son livre. Le mot n'est pas trop fort : ils ont adoré Vidures et veulent en savoir davantage ; ils ne seront pas déçus ! Denis leur parlera longuement de l'Arménie, du génocide des arméniens, des abricots d'arménie ... Un bonheur pour moi de constater que notre grand et talentueux écrivain - que la communauté arménienne semble ignorer - est à ce point apprécié par nos amis français ...
Myriam Anderson me dira pour me consoler, lorsque je lui ferai part de ma déception devant l'indifférence des nôtres : "Ferdinand Céline a été conspué avant d'être reconnu"

Myriam Anderson, Lectrice aux Editions Acte Sud
 Des signatures sont prévues tout l'après-midi : une autre occasion d'assister à l'intérêt des lecteurs venus nombreux, le livre en bandoulière, pour recueillir les précieux paraphes des auteurs et surtout profiter de cette opportunité pour les connaître davantage  




- 26 mai -

Nous avons rendez-vous à l'espace Larith avec Olivier Brunhes et Denis Donikian.
Une occasion pour découvrir la ville qu'il faut traverser

La fontaine aux éléphants dite "la fontaine des quatre sans culs"


Le musée savoisien

qui mériterait une visite ... Une autre fois peut-être

Autour du thème "L'espoir des sans rien"
Olivier Brunhes évoque son parcours d'homme de théâtre : comédien d'abord, il prend la décision de travailler autrement,  en s'intéressant aux personnes handicapées mentales. Son premier roman "La nuit du chien", entre violence et poésie, aboutit à la résurrection finale du personnage.   

 Olivier Brunhes

Denis Donikian quant à lui, souligne que "Vidures", malgré la noirceur du récit, conduit les personnages vers l'espoir d'autres lendemains.


Le festival fermera ses portes après avoir tenu son pari avec maestria : celui d'avoir su procurer plaisirs, émotions, découvertes, au gré des rencontres de qualité permettant ainsi aux visiteurs venus en confiance, de trouver là de quoi  satisfaire leurs curiosités, leurs goûts du rêve, leurs désirs de connaissances et d'évasion...

******* 
Editions Acte Sud "Vidures" et "La nuit du chien"
Editions Brumar (Roumanie) "Defekt" 
Editions Zulma (Haïti) "Les immortelles"

 et d'autres romans :  www.alphalire.com

Contact "Festival du Premier Roman" de Chambéry-Savoie

2 commentaires:

  1. Et toi tu me procures l'envie de rajouter à ma longue liste de livres à lire, celui de Donikian. Merci

    RépondreSupprimer
  2. C'est très dur, mais superbe. Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer

Quelques lignes signalant votre passage me feront toujours plaisirs. Si vous n'avez pas de blog, vous pouvez néanmoins poster un commentaire en cliquant sur "Anonyme" et signer de votre nom ou un avatar. Amicalement,
Dzovinar